SOS-Médecins Lyon réquisitionné pour 48 heures

SOS-Médecins Lyon réquisitionné pour 48 heures

29.12.2014

A Lyon, les libéraux membres de SOS-Médecins ont décidé de rejoindre le mouvement de grève national de leurs confrères. Mais la préfecture a pour sa part choisi de réquisitionner la structure pour assurer la permanence des soins...

« SOS-Médecins participe au mouvement de protestation des médecins libéraux contre le projet de loi de santé, mais est réquisitionné. Ne quittez pas, une opératrice va prendre votre appel. » Lorsqu'on compose le numéro de SOS-Médecins Lyon, le message d'accueil annonce d'emblée la couleur : SOS-Médecins est en grève et entend bien le faire savoir aux patients, malgré les réquisitions.

« A Lyon, plus d'une cinquantaine de médecins font partie de l'association, indique le Dr Pierre-Henry Juan, président de SOS-Médecins Lyon et vice-président de SOS-Médecins France. Ils sont tous solidaires de la mobilisation. »

Pourtant, les patients peuvent continuer à faire appel à la structure, car le préfet du Rhône, Stéphane Rouvé, a signé des arrêtés de réquisition pour la période de grève, du lundi 29 décembre à 8 heures jusqu’au mercredi 31 décembre à 8 heures. Le centre d'appel de l'association, avec ses dispositifs de prise d'appel et de régulation, mais aussi « les locaux, les moyens de communication et d'exercice de la médecine » sont requis pour assurer la permanence et la continuité des soins.

350 actes par jour

Néanmoins, ces mesures n'empêchent pas les membres de SOS-Médecins de vouloir faire entendre leur voix. Ils protestent notamment contre la mise en place du tiers-payant intégral, « car la logistique ne suit pas ». Et ils plaident pour le maintien d'une permanence des soins ambulatoire 24 heures sur 24.

« Nous voulons défendre la permanence des soins ambulatoires (PDSA), explique le Dr Pierre-Henry Juan. Les pleins pouvoirs donnés aux directeurs des agences régionales de santé dans ce domaine laissent craindre un système à deux vitesses. Dans le Nord-Pas-de-Calais et en Lorraine par exemple, la PDSA s'arrête déjà à minuit. Ce n'est pas encore le cas en Rhône-Alpes, mais nous ne savons pas jusqu'où ces mesures vont faire tache d'huile... »

Pour lui, la suppression de la PDSA après minuit est une mesure « incohérente », qui risque de provoquer une inflation des coûts. « Si on compare le prix d'une visite médicale à 82.5 euros aux 300 euros pour un transport et un coût moyen de passage aux urgences, c'est un système qui n'est pas économiquement satisfaisant », observe-t-il.

A Lyon, SOS-Médecins effectue en moyenne 350 actes par jour, dont près de 130 entre 20 heures et 8 heures. Avec la grève des médecins généralistes et spécialistes, l'association est encore davantage mise à contribution. Ses lignes téléphoniques sont saturées et le temps d'attente devient de plus en plus long. « Heureusement, nous n'avons pas encore à faire face aux épidémies de grippe, gastro ou bronchiolite, sinon ça serait une catastrophe... », confie le Dr Juan.

De notre correspondante Anne-Gaëlle Moulun
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires
 
30.12.2014 à 07h28

« Sos est bien la preuve que le soins payant n'est pas une cause de renoncement aux soins ressentis comme urgent
350 actes par jour dont 130 la nuit tous relèvent-ils de la pds
A vérifier
Madame l Lire la suite

Répondre
 
29.12.2014 à 21h51

« Pourquoi requestionner les grévistes puisque le ministre a déclaré, dès le début de la grève, que les français trouveront bien à se faire soigner ?. Elle a même dit qu'il n'y a d'affluences aux urge Lire la suite

Répondre
 
29.12.2014 à 20h48

« Belle reconnaissance de l'utilité de l'action de SOS »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Climat et santé : le CNOM appelle les médecins à sensibiliser leurs patients

pollution

« Les médecins sont les premiers à prendre en charge les conséquences du changement climatique sur la santé de leurs patients. Ils doivent p... 4

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

aphp activite

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... 5

Les libéraux de l'UNPS cherchent des alternatives au tiers payant généralisé

tiers payant

Discuter avec le gouvernement d'une alternative au tiers payant généralisé ? L'Union nationale des professionnels de santé (UNPS) n'est pas... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter