Réseau de surveillance Ebola : autosatisfecit de l’InVS

Réseau de surveillance Ebola : autosatisfecit de l’InVS

22.12.2014

« Près de 10 mois après sa mise en place, le dispositif de surveillance renforcée de la maladie à virus Ebola en France a montré sa capacité à identifier précocement les personnes présentant des symptômes compatibles à une maladie à virus Ebola et ayant eu des expositions à risque. »

L’institut de veille sanitaire (InVS) ne cache pas sa satisfaction à l’occasion du bilan du système de surveillance renforcée, mis en place en mars 2014, publié dans le dernier numéro du bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH).

96,5 % de cas exclus d’emblée

Entre le 23 mars et le 8 décembre, 655 signalements ont été traités par l’InVS et ses partenaires régionaux. La très grande majorité de ces cas, 96,5 %, ont été exclus d’emblée. Seuls 21 signalements ont donc été classés comme des cas possibles, mais ils ont tous été secondairement exclus sur la base de résultats biologiques.

La Guinée Conakry est le premier pays d’origine des signalements (38 %), suivi de la RDC (11 %), du Nigeria (9 %) du district de Bamako (8 %), de la Sierra Leone (3 %) et du Liberia (2 %). Les signalements restant (29 %) concernaient des personnes qui ne provenaient pas d’une des zones épidémiques et qui ont donc été rapidement écartées par les membres du SAMU, de l’agence régionale de santé concernée et de l’InVS chargés de trier les cas à chaque appel. Les auteurs rappellent que 367 signalements, soit 58 % du total, ne répondaient pas à la définition d’un cas suspect et ont été exclus d’emblée.

L’Île-de-France en tête des cas possibles

Sur les 21 signalements de cas possible, 13 ont eu lien en Île de France, avec une majorité de signalements au retour de Guinée Conakry (76 %). Tous ces cas possibles ont été admis dans un des 12 établissements de référence habilités pour la prise en charge des patients cas possibles ou cas confirmés. Pour l’InVS, ce faible nombre d’hospitalisations est un bon résultat, qui prouve que le dispositif de surveillance renforcée est parvenu à éviter que ces établissements ne soient débordés.

Les auteurs notent cependant que la proportion importante de signalement ne correspondant pas à la définition de cas suspects traduit une mauvaise connaissance de la définition d’un cas suspect par certains professionnels de santé. Ils notent aussi que l’évolution des nombres de signalements est très influencée par la médiatisation d’événements nationaux, comme la prise en charge de cas confirmés ou internationaux comme les premiers cas autochtones hors d’Afrique.

Damien Coulomb
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Le vin, un alcool comme les autres ? L'Élysée désavoue Buzyn, les acteurs de la santé publique s'indignent

Vin

Le vin est-il un alcool comme un autre ? La polémique ne cesse d'enfler entre défenseurs de la santé publique et partisans du monde... 26

Recertification : rapport en septembre, les médecins libéraux furieux d'avoir été exclus du comité de pilotage

Un rapport sur la recertification des compétences des médecins sera rendu en septembre 2018 par une mission installée jeudi, annoncent les... 23

Plan de prévention de la radicalisation : les professionnels de la santé concernés

radicalisation

Le Premier ministre Édouard Philippe, accompagné notamment de la ministre de la Santé Agnès Buzyn, a dévoilé un plan national de prévention... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter