Chirurgie de la main : un PU-PH parisien craint la catastrophe à partir du 5 janvier

Chirurgie de la main : un PU-PH parisien craint la catastrophe à partir du 5 janvier

18.12.2014
  • 1418896837573417_IMG_144157_HR.jpg

Plus d’un « SOS Mains » sur deux est privé (36 sur 58). Si tous se mettent en grève le 5 janvier, « les hôpitaux vont exploser », pronostique le Pr Emmanuel Masméjean, de l’hôpital européen Georges-Pompidou, dans le 15e arrondissement parisien (AP-HP).

Ce chirurgien orthopédiste redoute une saturation complète du système à Paris, où le public ne prend en charge qu’une faible part des urgences de la main (un cas sur dix, selon le Pr Masméjean). « Il n’y a que deux hôpitaux publics spécialisés pour les urgences de la main en Ile-de-France, l’HEGP et Saint-Antoine. Si les cliniques privées ne prennent plus d’urgences, le système sera bloqué en l’espace de quelques heures. Quand le SAMU aura fait fois trois fois le tour du périphérique, il risque de déposer les cas urgents dans des établissements non spécialisés. Il existera bien sûr des risques importants d’amputations si les délais sont dépassés », assène Emmanuel Masméjean.

Valeur de l’acte

Le Pr Masméjean échange des mails réguliers avec le syndicat Le BLOC et suit de très près les réactions de ses confrères libéraux. Il a une activité libérale, prend des dépassements, et souscrit à leurs revendications : « Je soutiens sans aucune réserve les collègues du privé. Si la ministre décide d’étendre l’interdiction des dépassements d’honoraires à l’hôpital public, j’arrête d’exercer tout de suite ou je demande le secteur 3 (déconventionnement). Je connais la "vraie" valeur d’un acte, et je n’accepterai pas de baisser mes tarifs. On doit aussi considérer que nous sommes les médecins européens les moins payés. Malheureusement, avec le temps, les médecins hospitaliers français (dont moi-même) ont déjà accepté un salaire qui ne correspond plus à la valeur actuelle de l’acte médical. »

Delphine Chardon
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 56 Commentaires
 
19.12.2014 à 15h40

« Dans le département de l'Essonne ( et dans d'autres), le SAMU refuse d'emmener les urgences vitales dans des établissements privés, même s'ils sont plus proches et mieux équipés. Peut-être anticipai Lire la suite

Répondre
 
19.12.2014 à 15h35

« Tant mieux si c'est la catastrophe dans les hôpitaux publics, une réquisition démontrera le caractère indispensable du privé. »

Répondre
 
19.12.2014 à 15h34

« Le Dr Masméjean oublie les hôpitaux militaires, volontairement ? »

Répondre
 
19.12.2014 à 11h49

« À propos parmi les grévistes de pointe, il y a les urgentistes hospitaliers qui réclament la suppression du secteur privé des PUPH, qu'en pense le Dr Masméjean? »

Répondre
 
19.12.2014 à 07h58

« Armons nous et partez! Les PUPH comptent bien sur la grève des libéraux pour défendre leur secteur privé a hôpital public! Manipulation! »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

HTA : les 10 axes et les 60 propositions de la SFHTA

hta

L'HTA est banalisée en France et trop souvent perçue comme un simple facteur de risque cardio-vasculaire, s'inquiète la Société française... 4

Migrants : le Défenseur des droits s'alarme d'une défaillance des droits fondamentaux

ddd

Le monde associatif saisit le défenseur des droits (DDD), Jacques Toubon, ce 18 décembre, journée internationale des migrants, avec... 1

Un quart des ophtalmologistes refusent les nouveaux patients, selon un sondage

Les Français attendent en moyenne 87 jours pour obtenir un rendez-vous chez l'ophtalmologiste, constate une étude nationale* réalisée par... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter