Loi de santé : pourquoi les médecins des centres de santé ne feront pas grève

Loi de santé : pourquoi les médecins des centres de santé ne feront pas grève

12.12.2014

À contre-courant de la majorité des instances représentatives des professionnels de santé, l’Union syndicale des médecins de centres de santé (USMCS) n’appelle pas les quelque 2 200 généralistes salariés des 400 structures polyvalentes et médicales de France à faire grève à la fin de l’année.

S’ils comprennent la colère des médecins libéraux, urgentistes et des cliniques, et s’ils estiment pareillement le projet de loi « insuffisant », les médecins des centres jugent illusoire de se battre pour un système de santé « déjà en phase terminale »*.

Fin d’un cycle

« Nous, médecins de centres de santé, ne ferons pas grève, car nous ne voulons pas entretenir l’illusion que le système doit durer jusqu’à l’agonie », explicite le Dr Éric May, président du syndicat.

Selon le médecin salarié du centre de Malakoff (Hauts-de-Seine), le « lamentable » échec des négociations sur la rémunération des équipes libérales, « qui menacent de faire sombrer avec elle l’accord national des centres de santé » illustre la fin d’un cycle.

Favorable au tiers payant généralisé – « une excellente initiative de Marisol Touraine » – et appréciant le volet prévention du projet de loi de santé, le Dr May regrette toutefois que le texte ne donne pas « l’indispensable élan » à la création de nouvelles structures de santé.

Avantages du salariat

Et de rappeler les avantages de l’exercice médical en centre : travail organisé déjà en équipe pluriprofessionnelle, salariat « avec tous les avantages liés à ce statut » (congés maternité, formation), indépendance d’exercice garantie, « trajectoires efficientes » des patients avec l’hôpital, délégation des fonctions autres que purement médicales (informatique, secrétariat, facturation, gestion du tiers payant intégral).

« Ce que nous voulons pour Noël ? Que la révolution du premier recours se concrétise enfin ! », concluent les médecins salariés des centres.

* La Fédération nationale des centres de santé (FNCS) a pour sa part apporté son soutien au front généraliste qui appelle à la fermeture des cabinets les 23 décembre et 6 janvier.

Anne Bayle-Iniguez
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 21 Commentaires
 
Raphaël L Médecin ou Interne 15.12.2014 à 21h17

« Des "Jaunes" comme en Mai - Juin 68 »

Répondre
 
15.12.2014 à 18h28

« Et pourquoi ne pas faire coexister les 2 systèmes ? Ceux qui veulent être libéraux le font et ceux qui veulent être salariés aussi !!!
Et libre accès aux patients d'aller voir qui ils veulent. Ne no Lire la suite

Répondre
 
16.12.2014 à 15h38

« "D'autant plus que ces deux systèmes peuvent être parfaitement complémentaires, surtout dans les zones difficiles et / ou sous-médicalisées. Confraternellement. Médecin. »

Répondre
 
13.12.2014 à 20h03

« Tout à fait emblématique de la culture française: ne surtout pas entreprendre, fuir le risque à tout prix et rechercher la tutelle bienfaitrice (pour ne pas dire maternelle...) de l'état !
Plus per Lire la suite

Répondre
 
16.12.2014 à 15h34

« "Et vous pour vous enrichir par votre travail, la boîte de NUROFEN° c'est 3 euros 50 ou bien peut-être alors 5 euros 95, comme vu ce jour dans un reportage télévisé. Merci de garder vos réflexions Lire la suite

Répondre
 
16.12.2014 à 23h01

« Ce ne sont pas des arnaques. Une petite épicerie de quartier ou de village est plus chère qu'un supermarché car elle obtient des prix moins avantageux de son grossiste, car elle commande en moindres Lire la suite

Répondre
 
13.12.2014 à 16h35

« Tient il y a "un trou dans le système", va me chercher du plâtre que l'on rebouche ce joli rond et en plus il y a " le vent glacial de Sibérie "qui s'y engouffre pour l'agrandir ! »

Répondre
 
13.12.2014 à 22h49

« "TienS".
Et quel rapport avec le sujet ??? »

Répondre
 
13.12.2014 à 14h03

« Cherchez donc la raison : les salariés "protégés" par le pouvoir socialo-communiste ne sont évidemment pas des libéraux ! »

Répondre
 
13.12.2014 à 19h13

« Qui sont libéraux ? Les économistes qui souhaitent une libéralisation des professions réglementées et leur ouverture à la concurrence, ou ceux qui ont manifesté fin septembre contre toute réforme en Lire la suite

Répondre
 
13.12.2014 à 22h48

« Vous oubliez que "libéral" a deux significations. "Profession libérale" et "politique libérale" : rien à voir !
Pas d'amalgame SVP. »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

HTA : les 10 axes et les 60 propositions de la SFHTA

hta

L'HTA est banalisée en France et trop souvent perçue comme un simple facteur de risque cardio-vasculaire, s'inquiète la Société française... 4

Migrants : le Défenseur des droits s'alarme d'une défaillance des droits fondamentaux

ddd

Le monde associatif saisit le défenseur des droits (DDD), Jacques Toubon, ce 18 décembre, journée internationale des migrants, avec... 1

Un quart des ophtalmologistes refusent les nouveaux patients, selon un sondage

Les Français attendent en moyenne 87 jours pour obtenir un rendez-vous chez l'ophtalmologiste, constate une étude nationale* réalisée par... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter