Drame à la maternité d’Orthez : l’anesthésiste belge remise en liberté

Drame à la maternité d’Orthez : l’anesthésiste belge remise en liberté

11.12.2014
  • 1418313239572196_IMG_143792_HR.jpg

La cour d’appel de Pau a décidé ce jeudi de remettre en liberté l’anesthésiste belge incarcérée après le décès d’une patiente à la maternité d’Orthez fin septembre. Le Dr Helga Wauters reste placée sous contrôle judiciaire. Elle a l’interdiction d’exercer la médecine et l’obligation de résider en France. La cour d’appel l’oblige en outre à verser une caution de 50 000 euros, et à fréquenter un centre de lutte contre l’alcoolisme.

En première instance, la justice avait rejeté cette demande de remise en liberté. Le Dr Wauters avait reconnu avoir bu le 26 septembre durant son temps de travail. Rappelée dans la soirée pour un accouchement difficile, elle avait utilisé un ballon manuel pour ventiler la patiente au lieu du respirateur. Elle avait intubé les voies digestives au lieu des voies respiratoires. La parturiente était décédée quatre jours plus tard.

Pour l’avocat de la famille de la victime, cette remise en liberté est « difficile à accepter ». Fréquenter un centre antialcoolique n’est à ses yeux « pas assez contraignant ». « Le soir, explique Me Philippe Courtois au « Quotidien », elle rentrera à son domicile et pourra continuer à boire. Son souhait a été réexprimé ce matin, elle veut réexercer la médecine. Or son problème d’alcool existe toujours. Une hospitalisation complète aurait pu permettre de contrôler son alcoolisme. »

Pour l’avocat de la famille, le drame aurait pu être évité

La détention provisoire est une mesure tout à fait exceptionnelle pour un médecin. Pour le Dr Wauters, l’incarcération aura duré plus de deux mois (du 3 octobre à ce jour). « Ce n’était pas son premier fait d’alcoolisme, reprend Me Courtois. L’instruction a révélé que ce médecin a été licenciée en Belgique après un problème rencontré lors de la pose d’une péridurale. Le 24 septembre, deux jours avant le drame, le Dr Wauters ne s’est pas présentée pour une intervention médicale à Orthez car elle n’avait pas entendu son portable sonner. Il a fallu ce décès pour mettre le problème des addictions à l’hôpital sur la place publique. Ce drame aurait pourtant pu être évité. »

L’avocat reproche à la clinique d’Orthez de n’avoir pas pris attache avec les précédents employeurs de l’anesthésiste belge avant de la recruter. Il ne comprend pas que l’équipe, la voyant sous l’emprise de l’alcool, n’ait pas réagi. Que pouvaient faire ses collègues ? L’anesthésiste belge était seule le soir de l’accouchement difficile. « Le drame aurait pu être évité, répète Me Courtois. Le Dr Wauters n’a reçu sa lettre de mise à pied pour ne pas s’être présentée le 24 septembre [l’avant-veille de l’accouchement, NDLR] qu’après sa mise en examen. Pourquoi ? »

À l’instruction d’éclaircir les zones d’ombre. Le procureur a saisi 17 dossiers de décès au sein de l’établissement depuis l’arrivée de la médecin belge. Les enquêteurs vont retourner en Belgique pour interroger ses anciens employeurs, puis viendra le moment de la confrontation avec les professionnels présents le jour de l’accouchement. Le procès devrait avoir lieu fin 2015 au tribunal correctionnel d’Orthez.

Delphine Chardon (avec AFP)
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 5 Commentaires
 
11.12.2014 à 20h28

« Les hôpitaux en mal de médecins recrutent n'importe qui, le personnel médical valse au bout de quelques mois, c'est inadmissible de légèreté »

Répondre
 
11.12.2014 à 16h11

« Belle démonstration également de la nécessité de réformer en profondeur l'ordre des médecins français aussi pour confier aux préfectures la vérification des antécédents judiciaires (certes absents p Lire la suite

Répondre
 
11.12.2014 à 15h58

« L'alcoolisme est un facteur aggravant quand on provoque un accident de la route et il est à espérer qu'il en soit de même quand on entube l'œsophage au lieu de la trachée. Une jeune maman est morte Lire la suite

Répondre
 
11.12.2014 à 23h54

« Cher confrère, juste un petit détail nous intubons un patient et MST nous entube...
Sinon bienvenu dans un bloc opératoire pour ma prochaine césarienne... Vous comprendrez alors les implications et Lire la suite

Répondre
 
12.12.2014 à 10h23

« La belle excuse !
L'alcoolisme des chauffeurs d'autocar n'est pas plus acceptable -mais pas moins non plus - que celui des anesthésistes. »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Climat et santé : le CNOM appelle les médecins à sensibiliser leurs patients

pollution

« Les médecins sont les premiers à prendre en charge les conséquences du changement climatique sur la santé de leurs patients. Ils doivent p... 4

Les libéraux de l'UNPS cherchent des alternatives au tiers payant généralisé

tiers payant

Discuter avec le gouvernement d'une alternative au tiers payant généralisé ? L'Union nationale des professionnels de santé (UNPS) n'est pas... 7

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter