La dette, ce « boulet » qui freine la modernisation des hôpitaux

La dette, ce « boulet » qui freine la modernisation des hôpitaux

04.12.2014
  • 1417714962569430_IMG_143044_HR.jpg

Les plans Hôpital 2007 et Hôpital 2012 ont certes permis de rénover le parc hospitalier, mais ils ont aussi creusé l’endettement de façon spectaculaire. La dette des hôpitaux est ainsi passée de 10 à 30 milliards d’euros en l’espace de dix ans, a expliqué Yves Gaubert, en charge du pôle finances au sein de la Fédération hospitalière de France (FHF), ce jeudi, devant les députés de la MECSS qui entament une série d’auditions sur la dette des hôpitaux.

En cause, les chantiers de construction lancés par dizaines aux quatre coins du territoire, qui ont été financés en bonne partie par les emprunts bancaires (l’État n’a apporté que peu de capital). « À l’époque, il fallait que les dossiers aillent vite. La relance de l’économie était l’un des objectifs », a déclaré Yves Gaubert.

Le béton a coulé, beaucoup trop par endroits, sans prendre en compte la baisse des durées d’hospitalisation et le développement de la chirurgie ambulatoire, qui imposent une réduction des surfaces. « L’intérêt de court terme » a prévalu, a déploré Yves Gaubert, parlant de « fuite en avant ». « Cela a été fait avec une large contribution des pouvoirs publics, d’abord des ARH, puis des ARS », a-t-il précisé.

Sortir des emprunts toxiques coûte très cher

Après les chantiers et les grues, il a fallu payer. Et la note est salée, d’autant qu’une partie de la dette est assise sur des emprunts structurés, dits « toxiques ». Les hôpitaux payent des intérêts parfois faramineux. Pour sortir des prêts toxiques, il faudrait pas loin de 2 milliards d’euros.

Le fonds de 100 millions d’euros mis en place pour aider les collectivités et les hôpitaux plombés par un emprunt toxique n’est pas à la hauteur des enjeux, juge la FHF, qui continue de pousser les hôpitaux à aller vers le contentieux. Entre 20 et 30 hôpitaux ont assigné leur banque en ce sens. D’autres pourraient suivre.

Au rythme de remboursement actuel, il faudra 18 ans pour supprimer la dette des hôpitaux. Laquelle « obère la capacité de restructuration et de modernisation » des hôpitaux, met en garde Yves Gaubert, qui souligne que le virage ambulatoire ne pourra être pris sans de lourds investissements. « Les petits hôpitaux se retrouvent dans une impasse », conclut-il.

La FHF réclame une réforme de la tarification à l’activité (T2A), mais malgré les travaux lancés par le ministère de la Santé depuis deux ans, aucune piste à ses yeux pertinente ne se dégage vraiment.

D. Ch.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 13 Commentaires
 
06.12.2014 à 11h52

« Voilà un article instructif qui démontre à posteriori que les décideurs d'une époque, toutes catégories confondues, sont des stratèges approximatifs. Au final les dettes seront honorées par le contr Lire la suite

Répondre
 
05.12.2014 à 10h45

« Tout à fait d'accord avec les commentaires précédents ! Malheureusement, on a l'impression que l'ensemble de l'état et de ses services fonctionne sur ce modèle : on dépense sans compter et parfois s Lire la suite

Répondre
 
04.12.2014 à 23h34

« Bah un peu plus un peu moins !
Si on a dépensé sans contrôle ni responsabilité (à quand le tribunal pour les coupables?) 500 millions d'euros pour le Dossier personnel informatisé, allons y, allons Lire la suite

Répondre
 
05.12.2014 à 01h21

« Oui mais avec des robots en primes pour les logements à construire ! LE BTP à du mourron à se faire (humainement j'écris) ! »

Répondre
 
04.12.2014 à 22h03

« Il y a pourtant une solution très simple. L'hôpital et demain matin un établissement public industriel et commercial qui fonctionne comme une entreprise. »

Répondre
 
05.12.2014 à 01h23

« Avec les futures maisons de retraites pour les futurs retraités de l'armée ! Merci la CHINE ! »

Répondre
 
05.12.2014 à 13h20

« Comme une banque privée ? Type Lehmann brothers ou Dexia par exemple ?
Ou comme General Motors renflouée par dizaines de Md$ par le contribuable américain. »

Répondre
 
04.12.2014 à 19h51

« Sarko a voulu que les directeurs soient les seuls patrons alors qu'ils n'y connaissent rien : ils sont directeurs d'administration, ils ne savent ni ce qu'est un malade ni même souvent un soignant o Lire la suite

Répondre
 
05.12.2014 à 13h23

« Oui et en plus j'ai appris par un des directeurs adjoints de mon CHU que les DG qui "'bâtissaient" touchaient des primes spéciales assez importantes. Ceci explique peut-être l’empressement de certai Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

aphp activite

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... Commenter

Manque de temps, frustration, relations avec les patients : ces facteurs de stress qui mènent les généralistes au burn-out

La sensation de « travail empêché » chez les médecins joue fortement sur l'épuisement émotionnel et la dépersonnalisation, deux causes de... 9

Rénovation du dépistage néonatal : vers la création d'un centre national de coordination

dépistage néonatal

Le ministère de la Santé lance un appel à candidatures national pour désigner le centre hospitalier universitaire qui accueillera le futur... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter