À Colombes, un collectif de défense s’oppose au « démantèlement » du centre de santé municipal

À Colombes, un collectif de défense s’oppose au « démantèlement » du centre de santé municipal

01.12.2014
  • 1417445594568183_IMG_142590_HR.jpg

Des médecins, patients et syndicats de salariés associés à un comité de défense demandent à la maire de Colombes de suspendre la fermeture des activités spécialisées du centre municipal de santé.

« Nous refusons votre projet de démantèlement du centre de santé alors qu’aucune concertation n’a été engagée ni avec les agents du centre, ni avec les Colombiens », écrivent l’Union syndicale des médecins de centres de santé (USMCS), le comité des usagers du CMS de Colombes mais aussi la CFDT, l’UNSA et la CGT. Tous réclament une concertation dans une lettre ouverte à la maire UMP Nicole Goueta.

« La suppression annoncée des consultations de spécialistes, dentistes et de la radiologie va créer un désert médical à Colombes, expliquent les signataires. Cette fermeture précipitée et sans concertation plonge les malades dans l’incertitude quant à leur prise en charge médicale et suscite un mécontentement partagé par de nombreux Colombiens. »

Pas de raison commerciale

La municipalité de Colombes avait annoncé début novembre la décision d’arrêter l’activité dentaire, de radiologie et de médecine spécialisée (dermatologie, cardiologie, gynécologie, ORL, ophtalmologie, rhumatologie...) de son centre municipal de santé à la fin de l’année 2014. La municipalité invoque un déficit de 1,1 million d’euros par an de la structure et entend recentrer son activité sur la médecine générale.

Cet argument financier ne passe pas. « Le CMS n’a pas plus de raison commerciale que les autres services publics municipaux », affirment les défenseurs du centre. Ils observent que de nombreux investissements ont été réalisés ces dernières années pour rénover l’accueil du centre, l’équiper d’un mammographe, d’un échographe, ou encore numériser la radiologie.

La fermeture des activités spécialisées du centre pourrait contribuer à engorger les consultations et urgences de l’hôpital public de Louis-Mourier et les médecins libéraux de Colombes, avancent les signataires de la lettre ouverte. Le centre municipal de santé prend en charge aux tarifs opposables 6 000 personnes par an.

Christophe Gattuso
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 9

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 6

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter