La FHP réclame l’abrogation des 35 heures et le retour aux 40 heures

La FHP réclame l’abrogation des 35 heures et le retour aux 40 heures

27.11.2014
  • 1417095678567260_IMG_142388_HR.jpg

C’est dit : Lamine Gharbi, président de la Fédération de l’hospitalisation privée (FHP), s’est prononcé sans détour en faveur du rétablissement de la durée légale de travail à 40 heures par semaine, lors d’une audition devant les députés, ce jeudi matin.

« Du MEDEF à la FHF [Fédération hospitalière de France, représentant les hôpitaux publics], on demande de reposer la question des 35 heures », a insisté le porte-parole national des cliniques. Et le président de la FHP d’argumenter, en évoquant la difficulté à boucler les plannings depuis le passage aux 35 heures, le raccourcissement du temps de transmission, menaçant la qualité des soins, l’impossibilité à recruter davantage en raison des difficultés financières du secteur (« 30 % des établissements sont en déficit »).

La FHF aussi réclame des assouplissements

L’audition de Lamine Gharbi s’est déroulée devant la commission d’enquête chargée d’évaluer l’impact social et financier de la réduction du temps de travail. Le président de la FHF, auditionné en septembre par cette même commission, avait réclamé des assouplissements, tout en se défendant d’exiger le retour des 39 heures.

Mais pour le président de la FHP, le secteur hospitalier ne peut correctement fonctionner avec des journées de 7 heures de travail. Seulement 4 % du personnel des cliniques privées travaillent 35 heures par semaine. 3 % bénéficient de jours de RTT. L’immense majorité des salariés du secteur (93 %) travaille avec des cycles variables d’une semaine à l’autre (deux jours de travail une semaine, cinq jours de travail la semaine suivante, par exemple).

40 heures par semaine pour améliorer la qualité des soins

Le retour aux 40 heures présenterait plusieurs avantages pour les cliniques, assure Lamine Gharbi. Il permettrait de « dynamiser le dialogue social », de « conforter la qualité des soins », et de « réduire les situations de précarité », en réintégrant dans les équipes les professionnels actuellement sous CDD ou en intérim.

Les membres de la commission d’enquête ont demandé si les 35 heures n’avaient pas quelque vertu : Lamine Gharbi ne leur trouve « aucune grâce ». « On ne travaille pas assez », assène-t-il.

Le 20 novembre, le ministre de l’Économie Emmanuel Macron avait déclaré devant la commission parlementaire que « la durée légale doit rester à 35 heures ». Avant d’ajouter que les 35 heures ont été « un progrès qu’il faut faire respirer aujourd’hui vers plus de flexibilité ».

Delphine Chardon
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 13 Commentaires
 
29.11.2014 à 15h57

« À lire les différents commentaires, on comprend vite que l'égalité-fraternité n'est pas équitablement répartie entre les différentes catégories d'actifs dans ce pays; certains "actifs" veulent prése Lire la suite

Répondre
 
28.11.2014 à 16h15

« 35 heures ne sont que dans les textes , quand on veut être de véritables soignants , on ne peut appliquer cette inertie . »

Répondre
 
28.11.2014 à 11h42

« "Dynamiser le dialogue social" ! La vaseline dans une main et la baguette dans l'autre !
"conforter la qualité des soins" avec moins de moyens et toujours plus de dépenses inutiles et sans contrôles Lire la suite

Répondre
 
28.11.2014 à 09h30

« Tant qu'ils pourront fabriquer des ambulances en bandes de plâtre pour "s'épanouir personnellement", je pense sincèrement que 39-40h/semaine ne les tuerons pas. De toute façon, l'orgie dépensière de Lire la suite

Répondre
 
28.11.2014 à 09h14

« Les RTT et les 35h ont évité pas mal d'arrêts travail dans les hôpitaux ( richement dotés en personnel administratif , soit dit en passant) tandis que les effectifs de personnel soignant ont bien fo Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Manque de temps, frustration, relations avec les patients : ces facteurs de stress qui mènent les généralistes au burn-out

La sensation de « travail empêché » chez les médecins joue fortement sur l'épuisement émotionnel et la dépersonnalisation, deux causes de... 5

Rénovation du dépistage néonatal : vers la création d'un centre national de coordination

dépistage néonatal

Le ministère de la Santé lance un appel à candidatures national pour désigner le centre hospitalier universitaire qui accueillera le futur... 1

AP-HP : contre un « plan social imposé », les personnels bravent la pluie et Martin Hirsch

aphp

Une trentaine de personnels de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) se sont rassemblés ce lundi devant le siège parisien du... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter