Légalisation de l’IVG : 68 % des médecins y étaient favorables il y a 40 ans

Légalisation de l’IVG : 68 % des médecins y étaient favorables il y a 40 ans

26.11.2014
  • IVG sondage

    Légalisation de l’IVG : 68 % des médecins y étaient favorables il y a 40 ans

26 novembre 1974. Simone Veil défend son projet de loi légalisant l’interruption volontaire de grossesse devant une Assemblée nationale qui lui est hostile (écouter son discours ci-dessous). La ministre de la Santé est la cible de violentes attaques et de propos outranciers.

Jacques Médecin, député des Alpes-Maritimes, évoque une « barbarie organisée et couverte par la loi comme elle le fut par les nazis »Jean Foyer, ministre de la Santé de 1972 à 1973, prédit le pire : « Le temps n'est pas loin où nous connaîtrons en France les avortoirs, ces abattoirs où s'entassent des cadavres de petits hommes. »

Le Conseil national de l’Ordre des médecins est lui aussi farouchement opposé à cette mesure. Son président, le Pr Jean-Louis Lortat-Jacob, adresse aux parlementaires une lettre dans laquelle il rappelle les fondements de l’éthique médicale et met en garde le législateur contre les risques de dérives vers l’euthanasie.

Oui à la libéralisation, à condition de ne pas pratiquer...

Cette prise de position contraste avec le sondage réalisé par la Sofres auprès de 200 généralistes au mois de novembre 1974 et publié début décembre par « le Quotidien ». Près de 68 % se disent alors « partisans d’une libéralisation de l’avortement ». Parmi les moins de 35 ans, le score monte même à 89 %… D’accord pour la légalisation, mais les médecins se montrent plus timides lorsqu’il s’agit de pratiquer eux-mêmes l’IVG. Ils ne sont que 15 % à se déclarer prêts à le faire (46 % parmi les moins de 35 ans).

sondage_qdm_0_0.jpg

Cinq ans plus tard, l’Ordre nuance ses propos. Dans « Le Télégramme » du 9 octobre 1979, le Pr Lortat-Jacob admet que « la loi Veil a apporté une amélioration sanitaire considérable, puisqu'elle a permis la quasi-disparition des accidents septicémiques graves dus à l'avortement clandestin de jadis ». Sur le principe, l’Ordre reste toutefois hostile à ce texte, comme à « tout ce qui compromet la vie dès la conception », explique son président devant les caméras de la télévision le 8 octobre de la même année, alors que le Parlement doit voter la reconduction de la loi Veil

S. L.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
ddd

CMU, AME et refus de soins : le Défenseur des droits tance les plateformes de rendez-vous médicaux

Six mois pour faire le ménage dans les mentions discriminatoires ciblant des patients précaires ou étrangers. C'est ce que réclame le Défenseur des droits, Jacques Toubon, dans deux décisions à l'attention des plateformes de... 20

Études de médecine : deux voies d'accès proposées, arbitrages en janvier

etudes

Terminée la voie royale de la première année commune aux études de santé (PACES) pour entrer en médecine ! Dès 2020, plusieurs entrées... 14

Les cellules tumorales circulantes, un outil pour mieux traiter les cancers du sein métastatiques

La quantité de cellules tumorales circulantes (CTC) est un élément pronostique de la maladie. Mais est-ce que cette information peut être... Commenter

« Mainmise » sur la formation, « propositions rétrogrades », jeunes et libéraux cognent sur le rapport sur le CHU de demain

chu

Médecins et conférences hospitalières n'ont visiblement pas la même vision du système de santé de demain. Dans la foulée de la remise en... Commenter

Rougeole : plus de 10 000 cas recensés à Madagascar

rougeole

Après une forte augmentation des cas de rougeole signalés début décembre au Brésil et au Venezuela, c’est au tour de Madagascar de... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter