400 cantons fragiles auraient besoin d’un centre de santé, selon une étude de la FEHAP

400 cantons fragiles auraient besoin d’un centre de santé, selon une étude de la FEHAP

26.11.2014
  • 1417018017566838_IMG_142273_HR.jpg

La Fédération des établissements privés non lucratifs (FEHAP) a identifié 398 zones géographiques (cantons) où implanter en priorité un nouveau centre de santé médical ou polyvalent, dans le cadre d’un travail de recherche* inédit présenté ce mercredi à Deauville, lors du 39e congrès de la FEHAP.

Pour parvenir à ce résultat, le géographe Emmanuel Vigneron, auteur de l’étude, a établi une classification territoriale fondée sur les critères de l’INSEE (qui recense 3 735 cantons en France) et les travaux de la « Nouvelle fabrique des territoires », société de conseil spécialisée.

L’auteur a repéré (par élimination) 398 secteurs qui présentent une fragilité de l’offre sanitaire en prenant en compte le contexte socio-économique (ruralité, urbanité), sanitaire et social (niveau de surmortalité prématurée, densité de médecins généralistes) et l’éventuelle présence d’un centre de santé médical/polyvalent ou d’une maison de santé pluridisciplinaire.

La cartographie qui en résulte révèle un schisme entre le nord et le sud de la France. Les principaux cantons en mal de centres de santé (carte ci-dessous) se situent dans le Nord - Pas-de-Calais, en Picardie, en Haute-Normandie, sur les côtes nord de la Bretagne et dans la partie nord de la « diagonale du vide ».

 

Cliquer pour agrandir la carte

200 millions d’euros de financement

Selon les calculs du géographe, le coût de financement de ces 400 nouvelles structures s’élèverait à 200 millions d’euros, dont une grande partie serait à la charge des collectivités territoriales.

Conscient de la fragilité économique des centres existants, plombés notamment par le coût de la gestion du tiers payant pratiqué systématiquement, l’auteur précise que le manque d’investissement initial n’est pas le seul frein à la création de nouveaux centres. « Les coûts de fonctionnement doivent être financés à l’équilibre de telle sorte que [les centres] ne soient pas condamnés avant de vivre », s’inquiète Emmanuel Vigneron. Emboîtant le pas à l’inspection générale de l’offre de soins (IGAS), l’auteur suggère de reporter sur l’Assurance-maladie la gestion du tiers payant.

Un vivier de 1 500 médecins

Emmanuel Vigneron évalue à 1 500 le nombre de médecins (dont 1 000 généralistes) qui seraient nécessaires pour faire « tourner » ces 400 nouvelles structures, soit 2,5 équivalents temps plein par centre.

Pour trouver ce vivier médical, l’auteur recommande d’augmenter le numerus clausus, « sous réserve d’un engagement de servir pendant dix ans dans l’un de ces centres ».

À travers ce travail d’enquête, la FEHAP – dont les adhérents gèrent 400 centres – adresse un message clair à Marisol Touraine, signifié en préface. « Sur ces 400 communes ou cantons ruraux, lit-on, il serait légitime que la nouvelle dynamique annoncée de service territorial de santé au public [prévu dans le projet de loi de santé] se traduise par de nouvelles implantations, au regard des signaux socio-démographiques délivrés par ces territoires. »

* « Les centres de santé: une géographie rétro-perspective », Emmanuel Vigneron, Paris, FEHAP, novembre 2014, 248 pages. A télécharger sur le site de la FEHAP.

Anne Bayle-Iniguez
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 6 Commentaires
 
28.11.2014 à 01h19

« Ah oui et ça va coûter combien cette plaisanterie ? Je croyais que la France n'avait plus de sous ? »

Répondre
 
27.11.2014 à 07h14

« Même si la conclusion est négative pour la médecine libérale enfin un "expert" qui demande l'élévation du numerus clausus !
De toute façon le temps que cela se fasse ce n'est pas 400 centres qu' il Lire la suite

Répondre
 
26.11.2014 à 23h49

« Une fois trouvés les financements, ce sera le coup fatal pour l'exercice libéral dont les jeunes pour la plupart ne veulent plus ! »

Répondre
 
27.11.2014 à 09h24

« Entièrement d'accord avec vous. En revanche dans 10 ans que je n'entende pas ces "jeunes" pleurer parce qu'avec leur BAC+9 ils ne gagnent pas assez. Le fonctionnariat a un coût... »

Répondre
 
26.11.2014 à 20h27

« Pour bien connaître région, je constate que l'auteur met des centres de santé là où viennent de s'ouvrir des maisons de santé pluridisciplinaire, la concurrence va être rude, et coûteuse il va fallo Lire la suite

Répondre
 
27.11.2014 à 00h18

« ... Et ils ne retiendront pas que le tiers payant est ruineux à gérer ! »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Le vin, un alcool comme les autres ? L'Élysée désavoue Buzyn, les acteurs de la santé publique s'indignent

Vin

Le vin est-il un alcool comme un autre ? La polémique ne cesse d'enfler entre défenseurs de la santé publique et partisans du monde... 30

Recertification : rapport en septembre, les médecins libéraux furieux d'avoir été exclus du comité de pilotage

Un rapport sur la recertification des compétences des médecins sera rendu en septembre 2018 par une mission installée jeudi, annoncent les... 25

Plan de prévention de la radicalisation : les professionnels de la santé concernés

radicalisation

Le Premier ministre Édouard Philippe, accompagné notamment de la ministre de la Santé Agnès Buzyn, a dévoilé un plan national de prévention... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter