Sécurité des soins : ce que révèlent les indicateurs de qualité en milieu hospitalier

Sécurité des soins : ce que révèlent les indicateurs de qualité en milieu hospitalier

24.11.2014
  • 1416847147566322_IMG_142107_HR.JPG

Décès d’une parturiente à la maternité d’Orthez, mort d’un enfant opéré de l’appendicite à Metz... L’actualité récente rappelle qu’un drame en médecine est parfois vite arrivé.

À l’occasion de la Semaine de la sécurité des patients, les autorités sanitaires (HAS, DGOS au ministère de la Santé) appellent les professionnels de santé à redoubler d’efforts pour respecter les protocoles et les référentiels de bonnes pratiques. Chaque année en France, 300 000 événements indésirables liés aux soins sont recensés.

La publication régulière d’indicateurs de qualité, depuis plusieurs années, sert de baromètre. La tenue du dossier patient, par exemple, a progressé : quatre établissements sur cinq atteignent à présent l’objectif national de performance.

La réunion de concertation pluridisciplinaire en oncologie est également entrée dans les mœurs : le nombre de patients bénéficiant d’une RCP a été multiplié par trois entre 2011 et 2014. Neuf fois sur dix, au moins trois spécialités différentes participent à la réunion, moment clé où la stratégie thérapeutique est adoptée collectivement.

Le courrier de fin d’hospitalisation est souvent incomplet

D’autres indicateurs soulignent a contrario les points faibles du système de santé, et l’existence de marges de progrès. Le dossier anesthésique, dont la qualité est globalement satisfaisante, comporte une faille : la douleur postopératoire n’est tracée que dans 60 % des dossiers. Autres points à améliorer : le courrier de fin d’hospitalisation, trop souvent incomplet, et pas envoyé suffisamment rapidement au généraliste, ainsi que l’informatisation du dossier patient, complète dans seulement 10 % des établissements MCO. L’évaluation du risque d’escarre chez l’adulte, autre exemple, est loin d’être systématique dans les établissements MCO (40 % de traçabilité seulement).

Au chapitre des infections nosocomiales, les autorités ne publient pas de taux par hôpital, encore moins par service. Ce sont les actions de prévention qui sont scrutées en détail. Hôpitaux et cliniques ont ainsi progressé sur le bon usage des antibiotiques : la plupart réévaluent les prescriptions à 48/72 h, suivent les consommations et utilisent des tests d’orientation rapide de diagnostic en service d’urgence. La formation des nouveaux prescripteurs est identifiée comme un point à améliorer.

Publication du premier indicateur de résultats en 2016

Au total, une vingtaine d’indicateurs portant sur les processus et les moyens sont collectés tous les ans ou tous les deux ans, de façon obligatoire, par tous les établissements de santé. Les résultats sont en ligne sur le site scopesante.fr, ouvert au grand public en 2013.

De nouveaux indicateurs sont en cours d’élaboration pour la radiologie, la médecine d’urgence et la chirurgie ambulatoire. Ils permettront d’affiner l’évaluation du système de santé français. L’étape suivante sera la publication d’indicateurs de résultats, qui jetteront une lumière crue sur les taux de mortalité et de morbidité en milieu hospitalier. Sur ce terrain, la France, en retard, avance très prudemment. Un premier indicateur de résultats sera généralisé en 2015 et rendu public en 2016. Il portera sur le taux de thrombose veineuse profonde et d’embolie pulmonaire après la pose d’une prothèse de hanche ou de genou. Des indicateurs de résultats sur la mortalité hospitalière, la mortalité post-hospitalière et la qualité en chirurgie ambulatoire sont également à l’étude. Leur date de publication n’est pas annoncée.

Delphine Chardon
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 7 Commentaires
 
25.11.2014 à 19h38

« Les indicateurs dits de "qualité" ne révèlent à peu près rien sur la qualité véritable des soins en milieu hospitalier. Ils contribuent par contre à réduire la qualité réelle des soins de deux maniè Lire la suite

Répondre
 
25.11.2014 à 14h28

« Et si les médecins apprenaient à écouter leurs patients quand certains indiquent des malaises, des complications, quand la famille interpelle sur le comportement "impressionnant" de leur proche hosp Lire la suite

Répondre
 
25.11.2014 à 08h42

« C'est exactement la différence entre savoir et faire savoir ! Tout cet arsenal de capteurs administratifs ou techniques de notre exercice est vraiment chronophage, car il nous est demandé de soigner Lire la suite

Répondre
 
24.11.2014 à 22h09

« En même temps que les carrières hospitalières n'attirent pas faute de reconnaissance et de moyens pour bien soigner, les strates administratives exigent de plus en plus de traces écrites pour pouvoi Lire la suite

Répondre
 
24.11.2014 à 23h24

« Cqfd. L'HAS s'arroge maintenant, et c’était couru d'avance, la qualité du travail, bien qu'elle ne fasse que... des stats ou recommande ce que nos sociétés savantes nous ont déjà appris.
Et pendan Lire la suite

Répondre
 
24.11.2014 à 21h31

« Comme si les accidents malheureux évoqués en exergue avaient quelque chose à voir avec le non respect de la bonne tenue du dossier et de la trace des indicateurs ! »

Répondre
 
24.11.2014 à 23h03

« D'accord avec vous. Les accidents graves cités ici n'ont aucun lien d'aucune espèce avec les améliorations qu'on pourrait éventuellement attendre de la meilleure tenue des dossier médicaux et de so Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Lévothyrox : l'ANSM s'interroge sur l'apport des réseaux sociaux sur la pharmacovigilance

ansm levothyrox

En plus des spécialités de lévothyroxine déjà présentes, une prochaine pourrait arriver début 2018. « Une évaluation de demande d’AMM pour... 9

Un exosquelette permet à un jeune chirurgien italien paraplégique d'opérer ses patients

Marco Dolfin

Chirurgien orthopédiste en milieu hospitalier à Turin, Marco Dolfin est devenu paraplégique à la suite d'un accident de la route. Après un... 4

Au carrefour de l'hôpital et des soins de villeSous-utilisée mais prometteuse, l'HAD trace sa route

Abonné
had

Lors des universités d'hiver de l'hospitalisation à domicile, organisées par la FNEHAD, la ministre de la Santé a insisté sur la nécessité... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter