VHC : les nouveaux antiviraux efficaces en cas de réinfection du greffon chez les transplantés

VHC : les nouveaux antiviraux efficaces en cas de réinfection du greffon chez les transplantés

14.11.2014
  • 1415974606563363_IMG_141201_HR.jpg

    VHC : les nouveaux antiviraux efficaces en cas de réinfection du greffon chez les transplantés

La réinfection du greffon par le VHC survient très fréquemment chez les patients ayant bénéficié d’une transplantation du foie pour des lésions liées à une hépatite C chronique. Essentiellement due à la persistance d’une réplication du virus de l’hépatite C, la réinfection peut évoluer chez 2 à 10 % des transplantés vers une hépatite fibrosante cholestatique. Jusqu’ici, les traitements se limitaient à la retransplantation.

Les résultats présentés lors de la conférence annuelle de l’American Association for the Study of Liver Diseases (AASLD) qui se tient jusqu’à demain à Boston, montrent que les antirétroviraux à action directe (AAD) qui révolutionnent le traitement de l’hépatite C chronique pourraient aussi bouleverser la prise en charge des réinfections chez les patients transplantés.

Une avancée majeure

L’étude multicentrique ANRS CULPIT lancée en octobre 2013 visait à évaluer les nouvelles molécules antivirales dans cette indication. Elle a permis d’analyser le devenir de 23 patients présentant une hépatite fibrosante cholestatique ayant reçu pendant 24 semaines différents schémas thérapeutiques comportant du sofosbuvir et/ou du daclastavir en association ou non au Peg-interferon et/ou de la ribavirine.

À l’issue du traitement, aucun décès n’a été constaté et aucune transplantation n’a été nécessaire. Tous les patients avaient une charge virale indétectable à l’arrêt du traitement, et 87 % d’entre eux avait une réponse clinique complète : disparition de l’ascite et de l’ictère. Le suivi des patients se poursuit afin de vérifier que la réponse virologique et clinique se maintient. Quatre semaines après l’arrêt du traitement, un rechute virologique a été observée chez un seul patient qui avait reçu une combinaison sofosbuvir/ribavirine. La rechute ne s’est pas accompagnée d’une dégradation clinique.

Ces premiers résultats constituent « une avancée majeure pour ce type de patients. On constate une amélioration très rapide, en quelques semaines, et spectaculaire de leur état général. Le nombre de patients est certes relativement limité. Mais pour une complication post-transplantation qui était jusqu’à présent mortelle dans 100 % des cas, nous apportons pour la première fois la preuve qu’un traitement efficace est désormais possible », a expliqué le Pr Vincent Leroy (CHU de Grenoble).

Dr Lydia Archimède
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Climat et santé : le CNOM appelle les médecins à sensibiliser leurs patients

pollution

« Les médecins sont les premiers à prendre en charge les conséquences du changement climatique sur la santé de leurs patients. Ils doivent p... 4

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

aphp activite

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... 5

Les libéraux de l'UNPS cherchent des alternatives au tiers payant généralisé

tiers payant

Discuter avec le gouvernement d'une alternative au tiers payant généralisé ? L'Union nationale des professionnels de santé (UNPS) n'est pas... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter