Maladie de Lyme : les pharmaciens du laboratoire Schaller condamnés à 9 mois de prison avec sursis

Maladie de Lyme : les pharmaciens du laboratoire Schaller condamnés à 9 mois de prison avec sursis

13.11.2014

Viviane Schaller, 66 ans, docteur en pharmacie, et ancienne gérante d’un laboratoire d’analyses biologiques à Strasbourg, et Bernard Christophe, 65 ans, diplômé en pharmacie mais non inscrit à l’Ordre des pharmaciens, ont été condamnés à 9 mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Strasbourg, pour escroquerie à l’assurance-maladie, pour la première, et exercice illégal de la pharmacie, pour le second.

Viviane Schaller a été reconnue coupable d’avoir appliqué pendant des années un protocole de dépistage de la borréliose de Lyme non homologué par les autorités sanitaires, qui l’a amenée à annoncer à des milliers de patients qu’ils étaient porteurs de cette affection, alors que les tests classiques (Elisa, Western Blot) restaient négatifs. Le laboratoire Schaller a d’ailleurs dû fermer en juin 2012 sur ordre de l’Agence régionale de santé d’Alsace.

280 820 euros pour l’assurance-maladie

Son ex-dirigeante a été condamnée par le tribunal à rembourser 280 820 euros à la Caisse primaire d’assurance-maladie, soit le montant des remboursements octroyés par la CPAM pour ces milliers de tests pratiqués hors des protocoles officiels. Elle a été relaxée de complicité d’exercice illégal de la pharmacie.

Son ancien associé Bernard Christophe a été condamné pour avoir fabriqué et commercialisé hors du cadre réglementaire un remède à base d’huiles essentielles, le « Tic Tox », et doit verser 10 000 euros de dommages et intérêts à l’Ordre des pharmaciens. Il a été relaxé de complicité d’escroquerie à l’assurance-maladie.

Cette condamnation intervient après plus de 2 ans de procédure. Le procès s’était rouvert en septembre 2014 alors qu’en septembre 2012, le tribunal avait mis sa décision en suspend en l’attente d’un complément d’information.

Polémique

Une avocate de la défense Me Catherine Faivre a annoncé que les deux acteurs du laboratoire Schaller feraient appel de ces condamnations. « Il faut accorder à des personnes qu’on peut qualifier de lanceurs d’alerte la protection à laquelle ils ont droit. C’est ce que nous dirons devant la cour d’appel. Il est du pouvoir des juges d’interpréter la loi », a-t-elle indiqué.

« J’ai mis le doigt sur une anomalie, ça dérange », a commenté Viviane Schaller, tandis que Bernard Christophe a fustigé « l’industrie pharmaceutique qui continue de vendre des tonnes de médicaments pour soigner les centaines de symptômes induits par Lyme ».

De nombreux malades, notamment l’association« Lyme sans frontières »,soutiennent les praticiens, ainsi que quelques médecins, comme le Pr Christian Perronne, chef de service en infectiologie à l’hôpital universitaire Raymond Poincaré de Garches et président de la Commission spécialisée Maladies transmissibles (CSMT) du Haut Conseil de santé publique, qui dénonce une « sous-estimation dramatique de cette maladie ».

Coline Garré
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 6 Commentaires
 
14.11.2014 à 08h43

« Être lanceur d'alerte c'est une chose. Escroquer la CPAM c'est autre chose.
Être lanceur d'alerte bien. Mais on peut aussi voir le problème autrement : vendre des huiles essentielles pour guérir une Lire la suite

Répondre
 
20.11.2014 à 11h39

« Chouette on vient "d'apprendre" que la maladie de Lyme n'existait pas .... »

Répondre
 
13.11.2014 à 21h57

« Il faut savoir si on doit protéger les lanceurs d'alertes ! Pourquoi en seraient-ils donc exclus ? »

Répondre
 
13.11.2014 à 21h34

« Pour avoir vu le reportage sur la maladie de Lyme de Canal+(Spécial Investigation), cette condamnation ne fait que continuer le processus de lynchage lancé par l'ARS pour qui ne respecte pas leur mo Lire la suite

Répondre
 
13.11.2014 à 21h25

« J'ai personnellement été associé dans un groupe de laboratoires dont un des biologistes a escroqué plus de 600.000€ à l'assurance maladie en fausses déclarations de prélèvements. En dépit d'innombr Lire la suite

Répondre
 
13.11.2014 à 21h24

« PAS CLAIR DU TOUT !
PIONNIERS OU FALSIFICATEURS ?
MAIS LES GENS QUI ONT FAIT DES BILANS N'ÉTAIENT ILS PAS EN MAUVAISE SANTE ? N'ONT ILS PAS EU DES TESTS CROISES AVEC D'AUTRES LABOS QUI CONFIRMAIENT Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Lévothyrox : l'ANSM s'interroge sur l'apport des réseaux sociaux sur la pharmacovigilance

ansm levothyrox

En plus des spécialités de lévothyroxine déjà présentes, une prochaine pourrait arriver début 2018. « Une évaluation de demande d’AMM pour... 9

Un exosquelette permet à un jeune chirurgien italien paraplégique d'opérer ses patients

Marco Dolfin

Chirurgien orthopédiste en milieu hospitalier à Turin, Marco Dolfin est devenu paraplégique à la suite d'un accident de la route. Après un... 4

Au carrefour de l'hôpital et des soins de villeSous-utilisée mais prometteuse, l'HAD trace sa route

Abonné
had

Lors des universités d'hiver de l'hospitalisation à domicile, organisées par la FNEHAD, la ministre de la Santé a insisté sur la nécessité... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter