La médecine scolaire menacée d’« extinction », selon le principal syndicat de la profession

La médecine scolaire menacée d’« extinction », selon le principal syndicat de la profession

06.11.2014
  • 1415289415561105_IMG_140687_HR.jpg

Les médecins scolaires sont de moins en moins nombreux, et vivent une situation « d’abandon » qui risque d’aboutir à leur « extinction », a alerté ce mercredi le SNMU-Unsa Éducation, principal syndicat de la profession.

Le métier de médecin scolaire souffre d’un manque d’attractivité. En octobre, 263 postes étaient vacants. Un tiers des postes proposés n’ont pas été pourvus au dernier concours. Il y a actuellement 1 100 médecins scolaires pour 12 millions d’élèves. La moitié devrait partir à la retraite d’ici cinq ans, estime le syndicat.

Palliatif à la pénurie de spécialistes

Selon le SNMU-UNSA Éducation, le travail des médecins scolaires est d’autant plus nécessaire que certains enfants ne sont pas ou peu suivis médicalement par ailleurs, faute de médecins spécialistes libéraux pour s’en charger. Ils sont à même de diagnostiquer des troubles de la vision, de l’ouïe, ou de la parole comme la dyslexie, qui peuvent compliquer les apprentissages, a affirmé le SNMU.

En Ille-et-Vilaine, « on attend 12 à 18 mois pour avoir un rendez-vous ophtalmologique pour un enfant », a constaté le syndicat. « À Pantin, je voyais des enfants qui n’allaient qu’aux urgences », a ajouté Jocelyne Grousset, secrétaire générale.

Le syndicat regrette le « silence » du ministère de l’Éducation nationale sur la déclinaison concrète d’un parcours santé de la maternelle au lycée. Et s’agace de « l’abandon de la médecine scolaire […], tout à fait paradoxal à l’heure où le [même] ministère affirme la promotion de la santé comme une des missions de l’école ».

A. B.-I. (avec l’AFP)
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 17 Commentaires
 
07.11.2014 à 23h24

« Profession: médecin
C'est un métier passionnant, peu connu, qui devient difficile en raison des secteurs qui ne font qu'augmenter, et ce malgré les dires politiciens qui font miroiter aux familles d Lire la suite

Répondre
 
07.11.2014 à 16h51

« Par ailleurs je ne pense pas être la pour pallier à un déficit de spécialistes comme semble l'entendre votre article. Ma mission de dépistage ne m'y autorise pas et loin de moi cette idée !
Le débat Lire la suite

Répondre
 
07.11.2014 à 16h34

« Pourquoi ne pas laisser ce poste aux infirmières, spécialisées ? C'est de la médecine où personne ne veut travailler , avec un salaire qui ne nous attire pas, et avec une activité trop peu intéressa Lire la suite

Répondre
 
07.11.2014 à 20h25

« C'est de la médecine comme vous le dites si bien. Et allez pratiquer en médecine scolaire vous ne direz pas que c'est peu intéressant !!!
Et côté salaire renseignez vous à l'inspection d´académie Lire la suite

Répondre
 
11.11.2014 à 18h22

« On peut aussi proposer de supprimer les 2/3 des généralistes et de les remplacer par des infirmières ou des paramédic
Connaissez vous le travail de médecin scolaire ? Ou en êtes vous à celui de méde Lire la suite

Répondre
 
07.11.2014 à 15h58

« Un métier très varié que peu de collègues reconnaissent ... Il suffit de voir comment la médecine scolaire n'est pas considérée alors que son exercice nécessite des connaissances spécifiques qui mér Lire la suite

Répondre
 
11.11.2014 à 18h25

« Tout à fait d'accord sauf pour les vacances scolaires qui ne correspondent qu'à l'annualisation du temps de travail »

Répondre
 
07.11.2014 à 12h34

« Patients, dépêchez-vous ! Tout doit disparaître : médecins scolaires, médecins du travail, médecins généralistes... »

Répondre
 
08.11.2014 à 20h00

« Ah mais enfin ! Tous dans les "trust hospitaliers" là ! "Je veux que la médecine en FRANCE soit la 1 ère ! Signé "j'y suis, j'y reste !" »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Agnès Buzyn écarte à nouveau la coercition à l'installation

Buzyn

Agnès Buzyn a écarté ce mercredi la proposition d'un conventionnement sélectif des médecins de secteur II dans les zones surdotées, piste... 1

Une étudiante en PACES de Marseille se suicide, la communauté médicale en émoi

suicide Fac marseille

Une étudiante inscrite en première année commune aux études de santé (PACES) à la faculté de médecine d'Aix-Marseille vient de se donner la... 6

Lévothyrox: le Conseil d'État donne raison au gouvernement dans sa gestion des effets indésirables

Levothyrox

Le Conseil d'État a donné raison ce 13 décembre au gouvernement, face à un patient traité avec le médicament Levothyrox, qui avait saisi en... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter