« L’accessibilité des cabinets n’est pas un obstacle insurmontable », affirme une députée PS

« L’accessibilité des cabinets n’est pas un obstacle insurmontable », affirme une députée PS

22.10.2014

Martine Carrillon-Couvreur, députée socialiste de la Nièvre et présidente du Conseil national consultatif des personnes handicapées (CNCPH), estime que la mise en conformité des cabinets médicaux pour les rendre accessibles aux personnes handicapées est un enjeu primordial. « Il existe des solutions : l’accessibilité n’est pas un obstacle insurmontable, les médecins ne doivent pas y voir qu’une contrainte », a-t-elle affirmé ce matin*.

L’ordonnance du 27 septembre 2014, complétant la loi handicap du 11 février 2005 sur l’accessibilité universelle, accorde des délais de 3 ans (notamment pour les cabinets médicaux) à 6, voire 9 ans pour la mise aux normes du bâti, via les agendas d’accessibilité programmée (Ad’AP).

Initiatives locales

La parlementaire a observé les craintes et les réticences de la profession sur ce sujet. Le directeur général de l’agence régionale de santé d’Ile-de-France, Claude Évin, déclarait encore ce mardi 21 octobre, lors d’une conférence sur l’installation des libéraux : « Pour l’accessibilité, je n’ai pas de crédits, pas de solution. »

Martine Carrillon-Couvreur, fine connaisseuse du monde du handicap – elle a travaillé plus de 20 ans comme chef de service puis directrice d’établissement médico-social –, ne se paie pas de mot. Elle a en effet mis dès 2013 sa réserve parlementaire à disposition des mairies pour les accompagner dans la mise en accessibilité des bâtiments publics.

La vice-présidente de la commission des Affaires sociales de l’Assemblée nationale suit avec attention les initiatives locales dans son département. « Des médecins n’ont pas attendu pour aménager leurs locaux, certains ont déjà trouvé des solutions pour accueillir leur patientèle, quitte à déménager », constate Martine Carrillon-Couvreur. Dans les départements, les préfectures auront des services dédiés à l’accompagnement des professionnels, rappelle-t-elle.

À rebours des discours alarmistes, la députée incite plutôt les médecins à réfléchir à l’avenir de leur patientèle, qui inéluctablement vieillit. Et même si l’ordonnance sur l’accessibilité est en deçà des attentes des associations de personnes handicapées, qui dénoncent de trop nombreuses dérogations, elle a au moins le mérite de conduire les libéraux à s’interroger, selon elle.

La formation des médecins à renforcer

Martine Carrillon-Couvreur s’inquiète également des lacunes de la formation des médecins sur le handicap. « On ne va pas y arriver s’il n’y a pas de volet dédié au handicap dans les études médicales, et si les futurs médecins ne se sont pas mis à son contact lors de stage, par exemple », a-t-elle déclaré. « Certains jeunes médecins sont démunis, ils sont parfois mal à l’aise face à une personne handicapée », poursuit-elle.

Plus largement, c’est l’ensemble de la société qui est appelée à concentrer ses efforts sur l’accessibilité. « La France a encore du chemin à faire », conclut la députée.

* Asclépiades organisées par « Décision Santé ».

Coline Garré
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 13 Commentaires
 
23.10.2014 à 20h17

« Absent pour maladie pendant 2mois avec un remplaçant au cabinet=> 50 patients selon ameli sont partis'' sous d'autres cieux'' ..... on oblige personne a venir dans un cabinet médical Lire la suite

Répondre
 
23.10.2014 à 20h07

« Je paye encore le crédit de mon cabinet... déménager, c'est simple à dire pour la dame députée... et qui voudra de ce local ?
Un jeune médecin installée et dégoûtée déjà de la médecine libérale ! »

Répondre
 
26.10.2014 à 16h46

« Bonjour

kiné depuis plus de 30ans en RDC ....... à 2 nous avons accueilli en 30 ans pas moins d'1 handicapé chacun................ Pas de quoi se lancer dans des travaux ....Le tout accessible est Lire la suite

Répondre
 
23.10.2014 à 11h17

« Il nous faut un compte ouvert et sans contrôle comme les députés pour les frais imprévus exemple achat de la permanence des députés , on pourra faire tous sans regarder dans le rétro de nos revenus Lire la suite

Répondre
 
23.10.2014 à 09h03

« On fait des visites a domicile ça suffit comme ça ! »

Répondre
 
23.10.2014 à 11h31

« Il suffira d'arrêter d'en faire ... avec des locaux accessibles ... plus d'excuses pour ne pas venir au cabinet ! »

Répondre
 
24.10.2014 à 12h29

« Il suffit d'arrêter les "il suffira" ! »

Répondre
 
23.10.2014 à 08h40

« Payez, cochons de médecins. Vous avez déjà financé la télétransmission. Mais qu'en est-il des bâtiments publics, du métro ?Quel cynisme hypocrite de faire appel à notre "compréhension du handicap" ! Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Une étudiante en PACES de Marseille se suicide, la communauté médicale en émoi

suicide Fac marseille

Une étudiante inscrite en première année commune aux études de santé (PACES) à la faculté de médecine d'Aix-Marseille vient de se donner la... 13

Lévothyrox: le Conseil d'État donne raison au gouvernement dans sa gestion des effets indésirables

Levothyrox

Le Conseil d'État a donné raison ce 13 décembre au gouvernement, face à un patient traité avec le médicament Levothyrox, qui avait saisi en... 3

Réguler l'installation des spécialistes de secteur II en zone surdotée : la mesure choc du CESE

cese

Depuis plusieurs semaines, la question de la liberté d'installation ne quitte pas le débat public. Le Conseil économique, social et... 21

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter