Coup de grâce pour le Val-de-Grâce, les hôpitaux militaires se restructurent

Coup de grâce pour le Val-de-Grâce, les hôpitaux militaires se restructurent

16.10.2014
  • 1413477701555024_IMG_138877_HR.jpg

À peine 24 heures après l’annonce de la transformation du Val-de-Grâce en pôle de recherche par le ministre de la Défense, le service de santé des armées (SSA) a signé un accord avec l’AP-HP et l’ARS d’Ile-de-France.

« L’objectif est d’assurer un niveau d’activités chirurgicales et médicales suffisant pour le maintien des compétences des praticiens du service de santé des armées », précise le ministère de la Défense dans un communiqué. La loi de programmation militaire prévoit la suppression d’environ 2 000 postes du SSA sur la période 2014-2019. Des passerelles seront donc créées entre le service de santé des armées et la fonction publique hospitalière.

Le médecin général des armées Jean-Marc Debonne a livré ce matin quelques précisions sur les restructurations à venir. « En touchant d’abord à la composante hospitalière et changeant la destination du Val-de-Grâce, le ministère de la Défense fait la démonstration de sa profonde mutation, explique-t-il. Il s’agit de mettre en place un nouveau modèle hospitalier militaire à horizon 2020 reposant sur des hôpitaux de plate-forme en Ile-de-France et en PACA pour reconfigurer notre service de santé de manière différente. »

Premier pas vers un modèle plus sécuritaire

« L’évolution du Val-de-Grâce s’inscrit dans cette réorganisation qui vise à renforcer et pérenniser sa capacité à répondre aux besoins de nos armées », poursuit le médecin général. Cette mission délicate fait disparaître d’un trait de plume 350 lits en plein centre de Paris et met sur le marché 1 000 équivalent temps plein civils et militaires particulièrement bien formés. Environ un tiers du personnel du Val-de-Grâce devra être reclassé.

Les équipements de radiothérapie dont l’activité n’est plus considérée prioritaire dans l’armée, seront mis à la disposition de l’hôpital Cochin. « C’est à l’AP-HP désormais de se positionner sur cette activité », rebondit le général Debonne qui espère que ce transfert sera rapidement programmé et organisé. Il serait aussi question de partager des blocs opératoires avec l’institut Curie.

« Nous avons peu de temps pour conduire cette transformation et nous en discuterons avec tous les établissements qui eux-mêmes se restructurent, poursuit le médecin général des armées. Nous conduirons naturellement toutes les études pour nous assurer que les projets répondent à de véritables besoins de la population. »

Percy et Bégin pérennisés et consolidés

Le redéploiement des activités hospitalières du Val-de-Grâce vers les hôpitaux de Percy et Bégin doit permettre de renforcer les positions du SSA et la densité de leurs équipes. « Rénovés et plus récents ces deux établissements vont permettre de répondre aux demandes sans investissements supplémentaires », affirme le général Debonne.

Pour l’heure, le Val-de-Grâce va être réorienté vers de nouvelles fonctions en restant un haut lieu de formation, rejoint par la direction de la recherche dont l’institut militaire restera pourtant à Brétigny. Le général Debonne n’exclut pas d’y implanter aussi la direction de l’offre de soin du service de santé des armées.

Laurence Mauduit
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 12 Commentaires
 
17.10.2014 à 19h52

« On peut quand même admirer la détermination et la rapidité d'exécution des militaires. A comparer avec la lamentable histoire de l´Hotel Dieu ou tout était prêt pour la suppression des lits et l in Lire la suite

Répondre
 
17.10.2014 à 19h37

« 3 hôpitaux des armées à Paris, n'est-ce pas un peu trop ??? Depuis 20 ans on ferme des établissements du SSA dont la taille et les équipements ne correspondaient plus à l'exercice d'une médecine mod Lire la suite

Répondre
 
17.10.2014 à 15h00

« Avec les 3 guerres que flamby a déjà déclenchées, il est criminel de fermer le Val-de-Grâce. »

Répondre
 
17.10.2014 à 13h53

« J'espère que je ne vais pas perdre mon poste d'attaché à Cochin !
Courage... fuyons »

Répondre
 
17.10.2014 à 11h02

« Aucune pudeur !
Amour propre : Zéro.
Attendre un retour de la "Confiance " ??? Pfff!!!
Soyons,un peu sérieux ! »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 1

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... Commenter

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter