Hypocholestérolémiants : l’UNOF appelle au boycott des demandes de mise sous accord préalable

Hypocholestérolémiants : l’UNOF appelle au boycott des demandes de mise sous accord préalable

06.10.2014
  • 1412597833551371_IMG_137860_HR.jpg

L’UNOF, branche généraliste de la CSMF, dénonce les décisions parues le 23 septembre au Journal officiel, subordonnant l’initiation de traitement de la Rosuvastatine et de l’Ezétimibe à l’accord préalable de l’assurance-maladie à partir du 1er novembre.

Le comité directeur de l’UNOF, qui s’est réuni le samedi 4 octobre, appelle l’ensemble des médecins généralistes à boycotter ces demandes de mise sous accord préalable « pour toute prescription faite dans le respect des AMM et des recommandations de la HAS ». Pour le syndicat, cette décision n’a d’autre but que « d’humilier les médecins généralistes libéraux en leur supprimant toute liberté de prescription ».

La responsabilité médico-légale en question

Parallèlement, l’UNOF annonce qu’elle va saisir le directeur de l’UNCAM et le président de l’Ordre des médecins sur les conséquences de cette décision « qui risque d’entraîner une non-prescription mécanique de ces médicaments ».

L’UNOF s’interroge « sur la responsabilité médico-légale d’une éventuelle perte de chance pour un patient ». Cette même responsabilité pourrait être recherchée, précise le syndicat, en cas de survenue d’effets secondaires graves lors d’une prescription de substitution, après refus de remboursement de ces traitements par un médecin-conseil.

Tiers payant = consultation à 19,50 euros ?

Le projet de loi de santé reste également dans le collimateur du syndicat. Il aboutirait selon lui à l’instauration d’un tiers payant généralisé obligatoire, « financé par les médecins généralistes, avec un coût de 3,50 euros par acte ramenant le montant de la consultation à 19,50 euros ».

Haro enfin sur le PLFSS 2015 « en trompe-l’œil, qui reporte sur la ville une part importante des prescriptions hospitalières, annulant toute possibilité de revalorisation des actes de médecine générale ».

H.S.R.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires
 
07.10.2014 à 09h54

« On initie quelqu'un à quelque chose ; on n'initie pas quelque chose.
Initiation = début ; tout simplement ! »

Répondre
 
08.10.2014 à 16h09

« Bravo !! Haro sur ces anglicismes qui envahissent le monde médical par la faute de pseudo-traducteurs. On instaure un traitement on ne l'initie pas. »

Répondre
 
Stéphane L
Stéphane L La rédaction du Quotidien du Médecin 08.10.2014 à 17h21

« La rédaction du "Quotidien" comprend votre souci de préserver la langue française de ces anglicismes. Mais il se trouve que c'est la décision publiée au Journal officiel qui parle d' "initiation de Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

L'OMS veut limiter les interventions médicales inutiles lors de l'accouchement

accouchement

Depuis plus de 20 ans et quel que soit le pays, les accouchements sont de plus en plus médicalisés, sans que cela soit justifié. Le recours... 3

La chirurgie cardiaque chez des nouveau-nés associée à un risque 20 fois plus élevé de perte auditive

bebe

Une étude observationnelle monocentrique, menée à l’hôpital pour enfants de Philadelphie, aux États-Unis, et dont les résultats sont... Commenter

Accès partiel : le Parlement donne son feu vert

Le Parlement vient de ratifier définitivement deux ordonnances sur la santé dont celle qui autorise certains professionnels d'autres États... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter