L’urticaire chronique spontanée reste mal diagnostiquée

L’urticaire chronique spontanée reste mal diagnostiquée

03.10.2014
  • 1412352924551103_IMG_137773_HR.jpg

    L’urticaire chronique spontanée reste mal diagnostiquée

L’urticaire chronique spontanée touche entre 150 000 et 180 000 personnes en France. Souvent considérée à tort comme une manifestation de l’allergie, reste mal diagnostiquée et mal traitée. Une journée lui est consacrée ce vendredi 3 octobre.

Affection de la peau assez répandue, l’urticaire touchera une personne sur 5 au cours de sa vie. Cependant, si l’urticaire aiguë est de nature allergique et disparaît au bout de quelques heures à quelques jours, ce n’est pas le cas de l’urticaire spontanée chronique (UCS) dont les symptômes durent au-delà de 6 semaines et qui est sans facteur déclenchant connu.

L’UCS concerne entre 0,6 et 1 % de la population générale et près de la moitié d’entre elle présente à la fois des papules/plaques et des angio-œdèmes. Elle touche 2 fois plus de femmes que d’hommes avec un pic de fréquence de la maladie entre 20 et 40 ans et peut durer pendant des années avec une moyenne de 3 à 5 ans. Parmi les urticaires persistant plus de 6 mois, 40 % sont toujours présentes 10 ans plus tard et 20 % le sont toujours après 20 ans d’évolution.

Une journée mondiale pour mieux informer

Pour le Pr Laurence Bouillet, interniste au CHU de Grenoble, « l’urticaire chronique n’est pas une maladie rare, mais une maladie orpheline méconnue. Elle est malheureusement encore mal diagnostiquée et mal traitée ». Un constat que confirme le Dr Brigitte Milpied, dermatologue au CHU de Bordeaux : « La plupart des patients sont confrontés à un parcours extrêmement long et difficile, en partie parce que les médecins sont très mal formés et informés sur cette pathologie. »

Pour répondre aux attentes et aux interrogations des patients, mais également des professionnels de santé, une journée internationale de l’urticaire a été mise en place pour la première fois cette année. La France a décidé de centrer ses efforts sur la sensibilisation et l’information. L’Urticariaday2014 (www.urticariaday.org) est soutenu en France par l’association Asthme & Allergies, le groupe Urticaire de la Société Française de Dermatologie et le Groupe d’études et de recherches en dermato-allergologie.

Expliquer, rassurer et traiter

Afin d’éviter aux patients d’entamer un parcours d’errance thérapeutique long et onéreux, le Pr Bouillet insiste sur quelques points clés du diagnostic, en particulier l’interrogatoire afin de se faire préciser la durée d’apparition des plaques et connaître l’historique de la pathologie : « Il n’est pas rare d’être confronté à des personnes qui se présentent comme multi-allergiques, avec un dossier épais adressé par le médecin traitant dans lequel figure une liste cumulative des allergies successives et des évictions alimentaires, souvent depuis l’enfance. Le problème est que lorsque l’on est allergique à tout, on est en fait allergique à rien ! »

À l’instar du Pr Bouillet, le Dr B. Milpied pointe « le parcours du combattant » de ces patients qui n’ont pas été diagnostiqués correctement et dont la qualité de vie est fortement impactée. Pourtant, une prise en charge adaptée favorise grandement l’évolution : « Il est fondamental, lors de la première consultation, de prendre du temps pour expliquer la maladie, sa physiopathologie, les facteurs favorisant et rassurer sur l’évolution sans cesser de répéter que ce n’est pas une pathologie allergique ». Associé à cette éducation thérapeutique aux résultats probants, un traitement par antihistaminiques (jusqu’à 4 fois la dose AMM) est souvent efficace. Pour ceux qui sont en échec thérapeutique, l’omalizumab, un anticorps monoclonal humanisé dont l’indication dans le traitement de l’UCS a été récemment approuvée, a montré des résultats très encourageants.

Benoît Thelliez
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 4 Commentaires
 
04.10.2014 à 17h46

« Ce qui est drôle, c'est de constater que cette maladie non allergique se soigne avec les médicaments prototypes de l'inhibition des mécanismes allergiques !!
Quand à cette éducation qui améliore les Lire la suite

Répondre
 
05.10.2014 à 10h53

« J'allais le dire ! (Dupond-t) »

Répondre
 
04.10.2014 à 14h12

« C'est vraiment si fréquent que ça ? »

Répondre
 
04.10.2014 à 10h14

« N'importe quoi ! »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Les Généralistes CSMF planchent sur la démographie et contestent le « zonage » des ARS

Réunis en comité directeur, les Généralistes CSMF (ex-UNOF) ont décidé d'entamer un travail de fond sur leur projet politique, ciblé sur la... 1

Prendre en charge le burn-out : la HAS donne ses recommandations

burn out

En réponse à une saisine du ministère de la Santé au printemps 2016, la Haute Autorité de santé (HAS) rend publiques ses recommandations... 7

Le nouveau syndicat pour les infirmiers de bloc va consulter sur les conditions de travail

ibode

Depuis le 9 mai, les quelque 7 000 infirmiers diplômés d'État de bloc opératoire (IBODE) sont officiellement représentés par le Syndicat... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter