Un embryon en 3D pour améliorer le taux de succès de fécondation in vitro

Un embryon en 3D pour améliorer le taux de succès de fécondation in vitro

22.09.2014

C’est un petit bloc de résine. Ce pourrait être l’impression 3D d’un fruit, mais c’est bien celle d’un embryon préimplantatoire de trois jours que le Pr Samir Hamamah, chef de service au département de biologie de la reproduction au CHU de Montpellier, tient dans sa main. Une première en France. Mesurant 150 microns de diamètre, il a été grossi des milliards de fois. Sur la maquette, la zone pellucide ressemble à une orange pelée. On y distingue clairement les cellules et des fragments.

« Plus la présence de ces fragments est élevée, plus les chances de survie de l’embryon sont faibles », explique le Dr Elodie Salici, collaboratrice du service. « Or, la 3D nous permet de mieux discerner ces fragments que l’on distingue difficilement au microscope. C’est important car il faut que le taux de ces fragments, dont on pense qu’ils sont dus à leurs conditions de culture, soit inférieur à 20 % de la taille de l’embryon pour ne pas entraîner la mort celui-ci », précise-t-elle.

Aujourd’hui, il faut en moyenne 2,8 tentatives de fécondation in vitro pour permettre à un couple d’être parents. Une moyenne d’1,8 embryon est implanté à chaque tentative, ce qui entraîne des grossesses multiples dans près de 20 % des cas. « Ceci n’est pour l’heure qu’une preuve de concept. Un brevet au nom de l’INSERM, du CHU de Montpellier et de l’Université Montpellier 1 a été déposé le 1er juillet » , complète le Pr Hamamah, co-inventeur de cette approche avec les Drs Elodie Scalici et Samuel Mérigeaud de la société Tridilogy.

Sans enfreindre les règles d’éthique

Les découvreurs ne présentent pas cette nouvelle technique d’imagerie comme une révolution mais comme une approche nouvelle. Elle permettrait à la fois d’opérer à une meilleure sélection de l’embryon semblant le plus à même de se développer dans l’utérus, mais aussi faire de la pédagogie auprès des médecins, des étudiants, et des personnes concernées, puisqu’elle permet « de visualiser ce que représente un embryon dans sa conformation in vivo ».

Aujourd’hui, aucun couple n’a pu bénéficier de cette reconstitution 3D d’un embryon préimplantatoire. « Il nous faut examiner une cohorte embryonnaire, poursuit le Pr Hamamah. Nous aimerions commencer dans les semaines à venir. Puis publier avant que l’on imagine pouvoir généraliser cette pratique qui n’enfreint aucune règle éthique puisqu’il s’agit seulement de technique d’imagerie, sans intervention invasive sur l’embryon. »

De notre correspondant à Montpellier, Guillaume Mollaret
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Cannabis : le gouvernement veut mettre en place une contravention pour sanctionner l'usage et la détention

cannabis

Interrogé mercredi sur BFMTV, le ministre de l'Intérieur a annoncé qu'une simple contravention pourrait, dans les prochains mois,... 3

G7 : la Sicile est en état d’alerte après l’attentat de Manchester

Taormina G7

Une cité blindée et 400 opérateurs de santé spécialisés déployés sur le terrain. À l’occasion du G7 qui se tient les 26 et 27 mai à... Commenter

Législatives 2017 : la carte des médecins candidats

Législatives 2017 : la carte des médecins candidats-0

Les élections législatives se dérouleront les dimanches 11 et 18 juin. La date limite de dépôt des candidatures (dans les 577... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter