Mort d’un détenu : prison avec sursis requise pour le médecin et les infirmières accusés de négligences

Mort d’un détenu : prison avec sursis requise pour le médecin et les infirmières accusés de négligences

19.09.2014
  • 1411139267546318_IMG_136411_HR.jpg

Des peines de prison avec sursis ont été requises le 18 septembre à l’encontre d’un médecin et de deux infirmières, au terme de deux jours de procès, après la mort du détenu italien Daniele Franceschi à la prison de Grasse, en août 2010. Le drame avait ému l’Italie : le ministre des Affaires étrangères italien était intervenu pour que le corps soit rapatrié et autopsié une seconde fois.

Le vice-procureure du tribunal correctionnel de Grasse, Parvien Derivery, a dénoncé des « négligences et des erreurs déterminantes » de la part des soignants poursuivis pour « homicide involontaire » dans le sort de cet homme de 35 ans, décédé seul en cellule d’une crise cardiaque. Il était incarcéré en France pour l’utilisation d’une carte bancaire falsifiée dans un casino.

Le médecin, qui avait ausculté le détenu à 10 h le jour de sa mort, a expliqué s’être focalisé sur la douleur à l’épaule, privilégiant une hypothèse plus rhumatismale que coronarienne. Il avait néanmoins prescrit une analyse biologique, une radiographie pulmonaire, et un électrocardiogramme, « par souci de sécurité car la douleur était dans la partie supérieure du corps », a-t-il expliqué à la barre. Les résultats, disponibles sur le site Internet du laboratoire de l’hôpital de Grasse à 13 h 10, révèlent un taux trois fois supérieur à la normale de troponine, révélateur potentiel d’une souffrance cardiaque. Le laboratoire n’émet pas d’alerte, le médecin ne consulte pas le site. « Le laboratoire aurait dû me le signaler immédiatement par téléphone et personne ne m’a signalé la persistance et l’aggravation des symptômes du patient », s’est défendu le généraliste.

En milieu de journée, le codétenu de l’Italien et un surveillant alertent deux infirmières qui ne se déplacent pas, estimant que l’homme venait d’être ausculté par le médecin.

À 17 h10, Daniele Franceschi est trouvé inanimé dans sa cellule ; le décès est constaté à 17 h 50.

Difficultés de l’univers carcéral

« C’est un dossier emblématique de la captivité et de la situation de dépendance des détenus par rapport à leurs geôliers », a déclaré la procureure. Elle demande une peine d’emprisonnement d’un an avec sursis pour le médecin généraliste, aujourd’hui retraité, ainsi qu’une interdiction d’exercer d’un an et une amende de 20 000 euros.

Elle s’est montrée particulièrement sévère à l’encontre d’une jeune infirmière, qui a refusé de venir au procès en évoquant sa grossesse. Deux ans de prison avec sursis, une interdiction d’exercer pendant deux ans et une amende de 3 000 euros ont été requis pour sanctionner « son entêtement à ne pas intervenir ». Un expert médical estimait pourtant qu’elle pouvait être présente à son procès.

Six mois de prison avec sursis et 3 000 euros d’amende ont été demandés à l’encontre de sa collègue qui n’avait pas assisté à la visite médicale. « Je suis infirmière, j’ai des limites. Le médecin l’avait vu et avait fait un diagnostic. Les détenus veulent à tout prix être reçus à l’infirmerie. Si vous n’êtes pas strict, vous vous faites manger », a-t-elle expliqué.

« J’ai la conviction d’avoir exercé mon métier avec conscience professionnelle », a déclaré le médecin à l’issue du procès, en rendant hommage aux infirmières des prisons sollicitées sans cesse par les détenus.

Son avocat Michel Valiergue a fait état d’une forte pression journalistique et diplomatique dans ce dossier, et mis en exergue la responsabilité du laboratoire.

Le jugement est mis en délibéré jusqu’au 29 octobre. Les avocats des soignants ont demandé leur relaxe.

C. G. (avec AFP)
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 4 Commentaires
 
23.09.2014 à 10h58

« Euh... Le labo n'est pas inculpé ? »

Répondre
 
25.09.2014 à 20h58

« La justice poursuit mais fait l'impasse sur ses caresses et erreurs »

Répondre
 
20.09.2014 à 20h11

« Les labos sont devenus des usines à résultats, sans médecin responsable. Ils l'avertissent plus verbalement, devant un résultat réclamant des décisions urgentes. Ils ne préviennent plus le médecin p Lire la suite

Répondre
 
19.09.2014 à 22h23

« Hum, on voit ce qui arrive quand les soignants ne sont pas disponibles, en prison ou ailleurs !

Il ne manquerait plus qu'ils soient conduits a faire greve ! »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Climat et santé : le CNOM appelle les médecins à sensibiliser leurs patients

pollution

« Les médecins sont les premiers à prendre en charge les conséquences du changement climatique sur la santé de leurs patients. Ils doivent p... 4

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

aphp activite

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... 5

Les libéraux de l'UNPS cherchent des alternatives au tiers payant généralisé

tiers payant

Discuter avec le gouvernement d'une alternative au tiers payant généralisé ? L'Union nationale des professionnels de santé (UNPS) n'est pas... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter