Grippe : la surveillance perd son réseau GROG

Grippe : la surveillance perd son réseau GROG

18.09.2014
  • 1411058459545948_IMG_136306_HR.jpg

Les groupes régionaux d’observation de la grippe ferment leurs portes après 30 années de bons et loyaux services. En cause des négociations avec l’Institut de veille sanitaire (InVS) jugées insatisfaisantes. Depuis 2007, les travaux pour la restructuration du réseau étaient engagés, l’InVS désirant mutualiser le réseau des GROG composé de « vigies » : médecins généralistes, pédiatres, virologues et pharmaciens de toutes les régions de France avec le réseau Sentinelles animé par l’INSERM et l’université Pierre-et-Marie-Curie.

Le GROG a décidé de cesser ses activités de surveillance, à l’issue de deux assemblées générales en juin dernier et après un important travail de concertation avec l’InVS et le réseau Sentinelles. « Les membres du GROG ne se sont malheureusement pas reconnus dans le nouveau projet mis en place par l’InVS », a déclaré le Dr Emmanuel Debost, président du réseau GROG et médecin généraliste en Bourgogne, qui, personnellement, était favorable à la fusion. Cette décision a entraîné l’arrêt du financement apporté par l’InVS et le licenciement de cinq personnes, « une séparation douloureuse, car les personnes étaient présentes depuis 30 ans », a expliqué le Dr Debost.

La surveillance de la grippe sans les GROG

Le réseau GROG effectuait une surveillance de la grippe ainsi que d’autres virus, tels que le rhinovirus, et réalisait des prélèvements nasopharyngés afin d’identifier les différentes souches et suivre leur évolution grâce à un maillage territorial de « vigies ». Le réseau Sentinelles recueille, lui, par Internet les données des médecins des différentes régions mais ne possède pas de structure régionale.

Le nouveau plan proposé par l’InVS perd sa dimension régionale et surtout ses médecins de terrain. De fait, les prélèvements nasopharyngés seront moins nombreux. « Les virologues sont inquiets. Des prélèvements avant, pendant et après les épidémies sont nécessaires pour étudier l’évolution du virus et prévoir les nouvelles vagues épidémiques en région », précise le Dr Debost. L’association n’a cependant pas été dissoute : « On la préserve au cas où », poursuit le médecin.

240 médecins généralistes sur le pont

Le réseau Sentinelles joint par téléphone s’est exprimé sur la décision du GROG. « Leur décision va changer la structure, on le regrette car nous étions complémentaires. Mais nous respectons leur choix », a déclaré Thierry Blanchon, directeur du réseau Sentinelles. Il précise toutefois que la surveillance de la grippe restera efficace : « Nous nous sommes préparés avec l’InVS à la saison », poursuit-il. Le dispositif dispose d’un budget d’un peu moins de 600 000 euros et 240 médecins généralistes ont été recrutés pour la première année. « Le réseau est fiable, on l’étoffera les années suivantes », précise Jean-Claude Desenclos, le directeur scientifique adjoint de l’InVS.

Sophie Martos
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 4 Commentaires
 
19.09.2014 à 20h35

« Étant une des premiers sentinelles pédiatre du GROG auquel je communiquais mes résultats par Minitel au début ! Étant retraitée j ai continuer à visionner les courbes des épidémies chaque semaine. I Lire la suite

Répondre
 
19.09.2014 à 12h38

« Quel dommage ! J'étais un fervent utilisateur de leur publication sur le Net. Cela permettait de "motiver" les troupes pendant les périodes de vaccination. Je leur exprime mes sincères remerciement Lire la suite

Répondre
 
19.09.2014 à 12h21

« Oui il y a un "non-dit" dérangeant dans cette affaire... »

Répondre
 
19.09.2014 à 11h07

« Et la technocratie a gagné !!!
Adieu le GROG, on va vous regretter. »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Climat et santé : le CNOM appelle les médecins à sensibiliser leurs patients

pollution

« Les médecins sont les premiers à prendre en charge les conséquences du changement climatique sur la santé de leurs patients. Ils doivent p... 2

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

aphp activite

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... 3

Les libéraux de l'UNPS cherchent des alternatives au tiers payant généralisé

tiers payant

Discuter avec le gouvernement d'une alternative au tiers payant généralisé ? L'Union nationale des professionnels de santé (UNPS) n'est pas... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter