Activité libérale à l’hôpital : légère baisse des dépassements en 2013

Activité libérale à l’hôpital : légère baisse des dépassements en 2013

15.09.2014
  • 1410874613544563_IMG_135933_HR.jpg

    Activité libérale à l’hôpital : légère baisse des dépassements en 2013

60 millions de consommateurs et le CISS (collectif interassociatif sur la santé), en lutte contre les dépassements d’honoraires abusifs, viennent d’actualiser les données obtenues auprès de l’institut des données de santé (IDS). 68,7 millions d’euros de dépassements ont été facturés à l’hôpital public en 2013 (contre 69,1 millions en 2012 et 70 millions facturés en 2011).

Ces dépassements liés à l’activité libérale à l’hôpital ne représentent que 2,5 % des 2,7 milliards d’euros de dépassements totaux encaissés en 2012 (tous secteurs confondus). La médecine de ville et les cliniques privées sont donc bien plus concernées par la question.

En pratique, un peu moins de 5 000 (4 889) praticiens hospitaliers (métropole et outre-mer), sur un total de plus de 40 000, ont exercé en 2013 une activité privée au sein de l’établissement public les employant. Sur ce nombre, 43 % (2107) était installé en secteur 2 et à ce titre autorisé à facturer des dépassements d’honoraires.

33 000 euros en moyenne par praticien

La moyenne annuelle des dépassements perçus par les médecins hospitaliers s’élevait en 2012 à 33 000 euros. Dans certaines régions, ce montant est bien supérieur : 53 000 euros par praticien en Ile-de-France, 44 108 euros en Alsace. En Auvergne, Bretagne et Poitou-Charente, a contrario, la barre des 15 000 euros n’est pas franchie.

Les pratiques varient aussi selon les spécialités. La chirurgie et l’ophtalmologie sont les disciplines qui facturent les dépassements les plus élevés.

Selon le rapport Laurent sur l’activité libérale des PH, les très gros excès sont rares : 4 % des contrats d’activité libérale à l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) correspondent à des honoraires supérieurs à 300 000 euros. Aux Hospices civils de Lyon, ce taux est de 3 %. Une vingtaine de praticiens sont concernés.

Pression

Quelques-uns des champions du dépassement se montrent un peu moins gourmands depuis un an ou deux, sous l’effet de la pression des caisses et des médias. Cet ophtalmologue a divisé de moitié le tarif pour la cataracte (700 euros et non plus 1 400). Cet autre chirurgien orthopédique pose une prothèse de hanche pour 2 000 euros depuis le début de l’année. En 2012, il exigeait 2 600 euros.

Certains PU-PH, a contrario, refusent de rentrer dans le rang. Ainsi, l’un des 35 praticiens du CHU de Montpellier autorisés à avoir une activité libérale continue de bafouer le principe du tact et de la mesure.

« C’est une poignée de professionnels qui ternit la réputation de tout un dispositif, commente Thomas Sannié, du CISS Ile-de-France. (...) Le contrôle par les pairs a montré ses limites, il est temps que les pouvoirs publics prennent les mesures qui s’imposent pour que les abus ne se renouvellent plus ».

D. Ch.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 15 Commentaires
 
16.09.2014 à 19h19

« Vous trouverez ci-joint concernant Mr Sannié son propre profil LinkedIn confirmant son role de chargé de mission santé à la mutualité française.
Ce n'est pas tout, il est aussi membre du conseil de Lire la suite

Répondre
 
16.09.2014 à 11h41

« Quelles sont les raisons actuelles qui justifient encore l'exercice privé dans les CHU ?? Merci d'éclairer ma lanterne! Un PU-PH qui n'a jamais fait de privé et qui s'est efforcé d'accomplir sa trip Lire la suite

Répondre
 
16.09.2014 à 08h45

« Il n'est pas honnête de comparer les "dépassements" du privé et du public.
Dans le public c'est une activité accessoire qui s'ajoute au salaire et à tous les avantages sociaux qui vont avec.
Dans Lire la suite

Répondre
 
16.09.2014 à 08h44

« Que l'on fiche la paix à tout le monde plutôt que de vouloir couper tout ce qui dépasse. L'essentiel c'est que les patients soient clairement informés des tarifs en amont. Ensuite... ils disent oui Lire la suite

Répondre
 
16.09.2014 à 08h36

« Comment le CISS explique-t-il la désaffection des jeunes praticiens pour la médecine libérale ? S'inquiète-t-il du manque d'ophtalmologistes, d'anesthésistes?
Pour ma part, je pense que les soins on Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Plus de 120 médecins libéraux et hospitaliers dans la course aux législatives !

legislatives

Au moins 120 médecins de toutes spécialités se présentent aux élections législatives, qui auront lieu les dimanches 11 et 18 juin. La carte... Commenter

Précarité, accès aux soins, prévention, les premiers pas de la ministre Buzyn en visite à ATD Quart Monde

Buzyn ADT Quart Monde

En choisissant le centre de promotion familiale ATD Quart Monde de Noisy-le-Grand pour son premier déplacement, ce 24 mai, Agnès Buzyn a... 3

Législatives 2017 : la carte des médecins candidats

Législatives 2017 : la carte des médecins candidats-0

Les élections législatives se dérouleront les dimanches 11 et 18 juin. La date limite de dépôt des candidatures (dans les 577... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter