Un avant-goût de télépathie grâce à la stimulation magnétique transcrânienne

Un avant-goût de télépathie grâce à la stimulation magnétique transcrânienne

13.09.2014
  • axilum

    Un avant-goût de télépathie grâce à la stimulation magnétique transcrânienne

Télépathie : « transmission de pensée d’une personne à une autre en dehors de toute communication par les voies sensorielles », selon le dictionnaire Larousse. L’expérience menée au printemps dernier par des chercheurs américains (Harvard Medical School), espagnols (université de Barcelone) et français (société Axilum Robotics) s’en rapproche plus que jamais.

Pour la première fois, ils sont parvenus à communiquer de cerveau à cerveau, sans utiliser les cinq sens, un message codé en binaire entre deux individus séparés par des centaines de kilomètres (l’un en Inde, l’autre à Strasbourg). Leurs travaux, menés sur deux ans, ont été publiés le 14 août dans la revue PLOS ONE.

Les chercheurs ont eu recours à une interface cerveau-machine classique pour « lire » la pensée de l’émetteur. Un casque d’électrodes mesure l'activité électrique de ses neurones lorsqu'il se concentre sur des actions à réaliser (bouger les mains, les pieds). Ces ordres cérébraux sont associés à un code binaire  (0 ou 1) par un ordinateur. Lors de l'expérience, le sujet devait penser « bouger la main » pour émettre un 1, bouger le pied pour un 0. En répétant ce processus, il pouvait produire une séquence binaire (140 bits au total) correspondant au message à transmettre (les mots « ciao » et « hola »). Il était ensuite expédié par courrier électronique à Strasbourg.

journal.pone__0.png
Source : PLOS ONE

Stimulation occipitale

Comment « injecter » ce message directement dans le cerveau du sujet récepteur ? C’est la partie la plus originale de cette expérience. Les chercheurs ont fait appel à une méthode non invasive, la stimulation magnétique transcrânienne. « Cela consiste à exciter le cortex grâce à des impulsions magnétiques brèves et indolores. Selon l’endroit où on applique cette stimulation, on va pouvoir exciter soit le cortex moteur, soit le cortex visuel », explique le Dr Michel Berg, PDG d’Axilum Robotics, la société française qui a mis au point le robot TMS (transcranial magnetic stimulation) utilisé dans ces travaux.

Dans cette expérience, c’est une zone occipitale bien précise, située près de l’inion, qui était stimulée : le sujet percevait alors un phosphène, une tache lumineuse, dans son champ visuel. « En fonction des 0 ou des 1 qui arrivaient, on déclenchait ou non des phosphènes, détaille Michel Berg. Le récepteur disait ce qu’il ressentait, ce qui permettait de retrouver la séquence binaire et de décoder le message envoyé depuis l’Inde. »

La méthode est lente, nécessite un matériel encombrant, « mais l’objectif était de démontrer que c’était faisable », spécifie Michel Berg. Avec Axilum Robotics, le médecin entend poursuivre le développement des robots TMS. Ces appareils sont déjà utilisés dans plusieurs établissements hospitaliers français et américains dans le traitement des dépressions sévères et douleurs neuropathiques chroniques. Et maintenant dans la télépathie...

journal.pone_.0105225.g001_0.png
Source : PLOS ONE

S. L.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 11 Commentaires
 
15.09.2014 à 12h54

« La médecine "scientifique" a encore un long chemin à faire... »

Répondre
 
14.09.2014 à 11h45

« On n'est pas encore au point , mais telle que la science le conçoit on peut imaginer que la télépathie soit un jour une activité banale »

Répondre
 
14.09.2014 à 12h12

« " Certains n'ont pas attendu la machine pour dire que cela existe et on les a pris pour des fous, d'ailleurs on ne savait plus qui était fou et qui ne l'était pas maintenant"
Quant aux animaux c'est Lire la suite

Répondre
 
14.09.2014 à 12h29

« "1 siècle de retard ! Pas mal non ?" »

Répondre
 
14.09.2014 à 01h39

« Où voient-ils une quelconque télépathie là-dedans ??? Même un "avant-gout" ???
enregistrement d'un signal électrique, codage, transmission par courrier électronique, induction d'une sensation visuel Lire la suite

Répondre
 
Hervé M Médecin ou Interne 13.09.2014 à 20h57

« La glande pinéale et d'autres structures du cerveau et corps bourré de capteurs dont on ne nous parle pas pendant nos études un peu limitées sont adaptées a l’émission/réception... notamment grâce a Lire la suite

Répondre
 
13.09.2014 à 17h53

« Essayons en mettons un téléphone portable non pas sur l'oreille mais n'importe ou sur le crâne ! »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Lévothyrox : l'ANSM s'interroge sur l'apport des réseaux sociaux sur la pharmacovigilance

ansm levothyrox

En plus des spécialités de lévothyroxine déjà présentes, une prochaine pourrait arriver début 2018. « Une évaluation de demande d’AMM pour... 8

Nouvelles consultations, nouveaux contrats conventionnels : la CNAM a fait ses comptes

cnam

La Caisse nationale d'assurance-maladie (CNAM) a dressé ce vendredi un bilan chiffré des nouveaux actes, tarifs et contrats mis en place... 1

Un exosquelette permet à un jeune chirurgien italien paraplégique d'opérer ses patients

Marco Dolfin

Chirurgien orthopédiste en milieu hospitalier à Turin, Marco Dolfin est devenu paraplégique à la suite d'un accident de la route. Après un... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter