Le projet de transfert à Montreuil de la maternité des Lilas abandonné par l’ARS Ile-de-France

Le projet de transfert à Montreuil de la maternité des Lilas abandonné par l’ARS Ile-de-France

10.09.2014
  • 1410341967542839_IMG_135457_HR.jpg

Le projet de transfert de la maternité des Lilas au centre hospitalier intercommunal de Montreuil, dans le même département de Seine-Saint-Denis, a été abandonné devant la forte opposition qu’il suscitait, a indiqué ce mardi l’AFP.

« L’abandon du projet de délocalisation de la maternité à Montreuil nous a été annoncé par Claude Evin », directeur général de l’Agence régionale de santé (ARS) Ile-de-France, a indiqué Madeline Da Silva, présidente de l’association Naissance et membre du collectif de soutien au maintien de la maternité aux Lilas, établissement pionnier de l’accouchement sans douleur et du droit des femmes à l’interruption volontaire de grossesse (IVG).

Une victoire pour l’équipe médicale des Lilas

« Le projet de Montreuil étant rejeté par les équipes de la maternité, il faut que nous travaillions avec elles pour trouver une autre solution, qui soit elle aussi finançable et viable », a confirmé l’ARS.

Le projet initial, qui consistait à reconstruire la maternité dans le même quartier, va donc être remis à l’étude. Pilule, avortement, accouchement sans douleur : la maternité, qui pratique 1 500 accouchements par an, est emblématique de la lutte pour le droit des femmes depuis sa création il y a 50 ans, mais ses locaux sont vétustes et exigus.

C’est une franche victoire pour les personnels des Lilas. Le projet de transfert à Montreuil, datant de juin 2013, avait suscité une forte opposition des équipes, dont celle du charismatique Dr Marie-Laure Brival, chef du service gynécologie-obstétrique. Tous craignaient de devoir renoncer à la spécificité de leur approche et avaient organisé maintes actions et manifestations.

Selon Mme Da Silva, ce projet coûterait « 24 millions d’euros ». Pour qu’il aboutisse, il faut « que l’État s’engage à hauteur de 19 millions d’euros, les collectivités locales apportant le reste », a-t-elle estimé.

A. B.-I. (avec l’AFP)
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
11.09.2014 à 08h07

« Pendant qu'on supprime les maternités rurales, le gouvernement caresse dans le sens du poil sa clientèle bobo parisienne.
Deux poids, deux mesures...
Médecin »

Répondre
 
11.09.2014 à 22h42

« L'ARS c'est le gouvernement ??? »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

À La Baule, l'exécutif s'emploie à rassurer les managers d'hôpital « saturés » par les GHT

Cécile Courrèges

Six heures de train pour quinze minutes de discours. En faisant dans la même journée un aller-retour Paris/La Baule (Loire-Atlantique) pour... Commenter

Les ophtalmos veulent former au moins 200 internes par an pour réduire les délais de rendez-vous

ophtalmologistes

Le Syndicat national des ophtalmologistes de France (SNOF) a annoncé ce vendredi vouloir poursuivre le travail engagé pour réduire les... Commenter

Solidays, Marche des fiertés... Paris se mobilise contre le SIDA

Solidays

Ce week-end se tiendra la 19e édition du festival Solidays à l'Hippodrome de Longchamp, à Paris. En plus des 80 concerts proposés, le... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter