« Hippocrate », le film : ce que les médecins en pensent

« Hippocrate », le film : ce que les médecins en pensent

09.09.2014
  • 1410272837542274_IMG_135406_HR.jpg

    « Hippocrate », le film : ce que les médecins en pensent

Sur les écrans depuis le 3 septembre, la comédie dramatique de Thomas Lilti raconte les premiers pas d’un interne à l’hôpital. Unanimement salué par la presse, « Hippocrate » a enregistré un beau démarrage en salle. Sur Internet, les médecins sont plus divisés sur la pertinence du film. Revue de Web.

Il a aimé : Martin Winckler, saisi par le réalisme d’« Hippocrate »

Le médecin écrivain a livré à « Télérama » ses impressions sur l’œuvre de son confrère Thomas Lilti. D’abord parce que, dit-il, « j’avais l’impression d’être trente ans en arrière... ».

« J’ai parfaitement reconnu l’atmosphère et le cadre d’un hôpital français, et ce réalisme m’a saisi, désolé, atterré même », confie à « Télérama » Martin Winckler qui retrouve dans le film les travers, selon lui, de la médecine française. « Ce n’est pas vraiment l’intérêt du patient qui compte, c’est la structure hospitalière qui dicte ses lois », estime l’ex-praticien pour qui on ne tient pas compte de l’avis du patient.

Il n’a pas aimé : Dr Gérald Kierzek, « ça m’a fait mal »

« Je n’ai pas passé un bon moment. Cela m’a fait souffrir, cela m’a même fait de la peine car cela met à mal l’hôpital public et la probité médicale. Sur un plan déontologique, cela m’a fait mal », a confié Dr Gérald Kierzek à « Paris Match ». Le médecin réanimateur à l’Hôtel-Dieu ne remet pas en cause le réalisme du film qu’il trouve crédible accordant à Thomas Lilti le fait d’avoir bien retranscrit la vie à l’hôpital. Mais « quelque chose de négatif en ressort », explique-t-il. « Les dialogues, les ficelles scénaristiques sont fausses. Je suis sorti de ce film en me disant : "les patients vont mettre ma parole en doute". »

Ils ont aimé : des médecins en exercice, « un film très réaliste »

Deux médecins en exercice ont répondu aux questions d’Europe 1 acceptant de commenter les scènes clefs du film. « Globalement, c’est un film quand même très réaliste sur la vie des internes à l’hôpital, sans excès de pathos et de bons sentiments », commente l’un d’eux. Même si « ça reste un peu exagéré ». « Les personnages paraissent parfois un peu simples. Le réalisateur a voulu montrer des traits de caractères qui sont vrais, mais que j’ai trouvé un peu caricaturaux ». Même critique à l’égard de Benjamin, le personnage principal du film : « On a vraiment l’impression que le héros découvre l’hôpital. Dans la réalité, ce n’est pas le cas d’un interne, qui a fait l’externat. Il a passé toutes ses matinées à l’hôpital et ses après-midi en cours, pendant trois ans. »

S. L.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 16 Commentaires
 
15.09.2014 à 00h17

« Bon rendu de l'ambiance des services, du compagnonnage hospitalier médical et paramédical mais quelles caricatures de personnages mal dégrossis de jeune interne et de FFI à vif ! J'ai ri à revoir le Lire la suite

Répondre
 
12.09.2014 à 12h39

« J'ai vu ce film ce soir, j'ai pleuré. C'est tellement la réalité de l'hôpital: l'interne et le FFI avec les mêmes charges de travail mais pas du tout la même considération au niveau administratif et Lire la suite

Répondre
 
11.09.2014 à 01h27

« En vous lisant , je me rends compte que certains soixante huit hard's peuvent encore mordre mais l'air est devenu irrespirable!
Que s'est -il passé ?
Est-ce le polonium administratif qui aurait fait Lire la suite

Répondre
 
10.09.2014 à 11h43

« Terriblement réaliste et tristement réaliste !! Malgré la loi Kouchner rien n'a changé l hôpital refermé sur lui-même
À mon avis très bon outil d enseignement avant les ECN pour les étudiants, même Lire la suite

Répondre
 
10.09.2014 à 09h59

« Je me suis retrouvée dans plusieurs scènes
Confrontation avec le "grand patron" quand on ne sort pas du cocon de la grande médecine et qu'on est fille d'ouvrier il faut faire trois plus "ses preuve Lire la suite

Répondre
 
11.09.2014 à 00h42

« A l'hôpital en 2014 l'aide soignant est toujours appelé docteur et la femme médecin est toujours prise pour l'infirmière, ou a droit à un "madame" quand le (la) malade réalise qu'elle est médecin. J Lire la suite

Répondre
 
11.09.2014 à 17h10

« "Chefs mysogynes" pléthore de femmes- internes en chirurgie"
magnifique !
Moi je dirai femmes-chefs mysogynes et pléthore d'hommes-internes en chirurgie"= la parité !
Quand à "madame" Quel honneur s Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Manque de temps, frustration, relations avec les patients : ces facteurs de stress qui mènent les généralistes au burn-out

La sensation de « travail empêché » chez les médecins joue fortement sur l'épuisement émotionnel et la dépersonnalisation, deux causes de... 4

Rénovation du dépistage néonatal : vers la création d'un centre national de coordination

dépistage néonatal

Le ministère de la Santé lance un appel à candidatures national pour désigner le centre hospitalier universitaire qui accueillera le futur... 1

AP-HP : contre un « plan social imposé », les personnels bravent la pluie et Martin Hirsch

aphp

Une trentaine de personnels de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) se sont rassemblés ce lundi devant le siège parisien du... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter