Une usine de moustiques transgéniques pour lutter contre la dengue

Une usine de moustiques transgéniques pour lutter contre la dengue

27.08.2014
  • 1409129318539354_IMG_134572_HR.jpg

L’Agence de veille sanitaire brésilienne n’a pas encore donné son feu vert pour la commercialisation de moustiques transgéniques, mais l’usine est déjà prête ! L’entreprise anglaise Oxitec, spécialisée dans le contrôle des populations d’insectes, propose de lutter contre la dengue en développant des moustiques transgéniques dont la progéniture serait incapable de parvenir à l’âge adulte. Relâchés en grandes quantités dans la nature, ces vecteurs « stériles » entrent en compétition avec leurs cousins sauvages viables et réduiraient un peu plus la population à chaque accouplement.

500 000 insectes par jour

Sur les trois espèces transgéniques qui figurent dans le pipeline d’Oxitec, la variété d’Aedes aegypti OX513A est la seule qui soit aux portes de la commercialisation. C’est cette souche qui doit sortir de l’usine construite dans l’Etat de São Paulo, au Brésil, qui produit déjà quelque 500 000 insectes par jour depuis juillet dernier. Ses installations comprennent trois salles, la première abrite les cages dans lesquelles sont placés les femelles et quelques mâles pour la reproduction, la seconde contient les étendues d’eau pour le développement des larves, et la troisième les flacons de moustiques mâles prêts à être livrés.

Interrogée par l’AFP, la biologiste Sofia Pinto responsable du site a précisé que l’Aedes Aegypti est « une espèce qui ne pique que les humains, et le projet ne vise que cette espèce d’insecte, originaire d’Afrique et considérée comme une espèce envahissante au Brésil », soulignant ainsi l’impact écologique limité qu’aurait une réduction drastique des effectifs de ce moustique en Amérique du Sud.

Une évaluation encore en cours

Pour rendre sa décision, l’agence de régulation brésilienne doit s’appuyer sur plusieurs études financées par Oxitec dont la plus importante se poursuit depuis 2011 dans l’Etat de Bahia, au nord-est du pays. Les premiers résultats montrent une diminution de 80 % de la population de moustiques sauvages.

Damien Coulomb
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
29.08.2014 à 11h38

« Attention et hop voilà "SUPERDENGUE" ! »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Après l'échec de Lille pour l'Agence européenne du médicament, Aubry et Bertrand, furieux, taclent Macron

agence européenne du médicament

C'est une défaite qui laisse un goût amer. La maire de Lille Martine Aubry (PS) et le président des Hauts-de-France Xavier Bertrand (LR)... 6

Le tabac, premier facteur de risque de cancer aux États-Unis

tabac

Plus d'un quart des cancers aux États-Unis sont associés à la consommation de tabac, selon les résultats d'une étude américaine qui dresse... 1

Reste à charge zéro : Agnès Buzyn ne veut pas « offrir des montures Chanel à tout le monde »

reste a charge optique

Agnès Buzyn a apporté ce mardi des précisions sur deux mesures phares du candidat Macron, réformes désormais dans les tuyaux : le « reste à... 6

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter