L’excès de sodium favoriserait les poussées de SEP

L’excès de sodium favoriserait les poussées de SEP

27.08.2014
  • 1409144128539442_IMG_134585_HR.jpg

    L’excès de sodium favoriserait les poussées de SEP

Une alimentation trop salée pourrait contribuer à augmenter l’activité clinique et radiologique de la sclérose en plaques (SEP). C’est ce que suggère une étude récente publiée dans une édition de neurologie du groupe British Medical Journal.

L’étude s’est appuyée sur des données encore très expérimentales. Les études animales ont en effet montré qu’un régime hypersodé augmentait les poussées d’encéphalite auto-immune expérimentale (EAE, modèle de SEP) en stimulant l’activité d’une sous population de cellules immunitaires T, les lymphocytes Th17 dont le rôle a été clairement démontré dans l’EAE.

L’équipe de Mauricio F. Farez (département de neurologie, Institut Raul Carrea, Buenos Aires, Argentine) a conduit une étude observationnelle chez 70 patients atteints de SEP chez lesquels les apports sodés ont été estimés par le dosage urinaire du sodium, puisque 80 à 90 % du sodium ingéré sont excrétés par voie urinaire. La consommation de sodium a été divisée en 3 groupes : consommation faible (inférieure à 2 g/j), consommation modérée comprise entre 2 g et 4,8 g par jour et consommation élevée supérieure à 4,8 g/j , sachant qu’il faut multiplier la teneur en sodium par 2,5 pour obtenir la teneur en sel.

Les auteurs observent une corrélation positive entre le taux d’exacerbation de la SEP et la quantité de sodium absorbée, après avoir ajusté sur tous les paramètres confondants : âge, sexe, durée de la maladie, consommation tabagique, taux de vitamine D, indice de masse corporelle et traitements en cours.

Les taux d’exacerbation étaient respectivement 2,75 et 3,95 fois plus élevés lorsque la consommation de sodium était jugée moyennement élevée ou très élevée comparés au taux d’exacerbation du groupe ayant la consommation de sel la plus faible. De plus, les sujets dont la consommation était la plus élevée, avaient un risque 3,4 fois supérieur de présenter de nouvelles lésions visibles à l’IRM.

Mauricio F. Farez and al. Sodium intake is associated with increased disease activity in multiple sclerosis. J Neurol Neurosurg Psychiatry 2014 ; 0 : 1-6.

A. T.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
27.08.2014 à 16h10

« C'est déjà reconnu, la Tension artérielle non contrôlée serait le système nocif contre les SEP le plus dévastateur. Le cerveau est fragile, il faut éviter de le solliciter. Comme le saut dans le vi Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Agnès Buzyn écarte à nouveau la coercition à l'installation

Buzyn

Agnès Buzyn a écarté ce mercredi la proposition d'un conventionnement sélectif des médecins de secteur II dans les zones surdotées, piste... 1

Une étudiante en PACES de Marseille se suicide, la communauté médicale en émoi

suicide Fac marseille

Une étudiante inscrite en première année commune aux études de santé (PACES) à la faculté de médecine d'Aix-Marseille vient de se donner la... 6

Lévothyrox: le Conseil d'État donne raison au gouvernement dans sa gestion des effets indésirables

Levothyrox

Le Conseil d'État a donné raison ce 13 décembre au gouvernement, face à un patient traité avec le médicament Levothyrox, qui avait saisi en... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter