Le virus Ebola présent en RDC

Le virus Ebola présent en RDC

25.08.2014

La République démocratique du Congo (RDC) a confirmé dimanche soir la présence du virus Ebola sur son territoire. La province de l’Équateur, dans le nord-ouest du pays, est touchée par une épidémie de fièvre hémorragique qui a fait 13 morts depuis le 11 août. Selon le ministre congolais de la Santé, Félix Kabange Numbi, cette épidémie « n’a aucun lien avec celle qui sévit en Afrique de l’Ouest ».

Un expert de l’OMS, un épidémiologiste selon le porte-parole de l’organisation, a contracté le virus au Sierra Leone. Il s’agirait du premier cas d’Ebola parmi les 400 personnes déployées par l’OMS dans les pays touchés, Guinée, Liberia, Sierra Leone et Nigeria.

Au Liberia, le pays le plus touché, l’agence américaine de développement (USAID) a livré samedi près de 16 tonnes d’équipements médicaux (nécessaire pour abris temporaires, unités de purification de l’eau, gants, masques, combinaisons) tandis que l’ONU et l’OMS ont promis le même jour au pays des moyens « sans précédent » pour faire face à la propagation de l’épidémie. L’OMS s’est engagée à construire des centres de soins supplémentaires autour de la capitale Monrovia, « afin d’augmenter le nombre de lits pour Ebola jusqu’à 500 dans les six prochaines semaines ».


L’hôpital de la Croix-Rousse, à Lyon, prêt à accueillir d’éventuels patients
 
Une chambre d’isolement à pression négative, dite chambre P4, protégée par deux sas : l’hôpital de la Croix-Rousse à Lyon est prêt à accueillir d’éventuels patients atteints du virus Ebola, dans une unité de grand isolement, hautement spécialisée. Comme cet établissement des Hospices civils de Lyon ( HCL), huit autres hôpitaux français, dont trois à Paris et sa région, font office de centres de référence pour cette pathologie. L’hôpital de la Croix-Rousse est chargé, lui, de gérer dans les régions Rhône-Alpes et Auvergne tous les cas pouvant relever d’une contagion par le virus de la fièvre hémorragique Ebola
L’hôpital dispose notamment, au sein de son service des maladies infectieuses et tropicales, d’une chambre d’isolement de haute sécurité, dite chambre P4, aménagée pour éviter toute contagion.
 
Dr I. D. (avec AFP)
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
26.08.2014 à 09h15

« A quand la mise en quarantaine (en fait, 20 jours quand même!) Des nombreux migrants et touristes qui vont revenir pour la rentrée scolaire...? Quel sera le ministre (ir)responsable de l'hécatombe s Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Les Généralistes CSMF planchent sur la démographie et contestent le « zonage » des ARS

Réunis en comité directeur, les Généralistes CSMF (ex-UNOF) ont décidé d'entamer un travail de fond sur leur projet politique, ciblé sur la... 2

Prendre en charge le burn-out : la HAS donne ses recommandations

burn out

En réponse à une saisine du ministère de la Santé au printemps 2016, la Haute Autorité de santé (HAS) rend publiques ses recommandations... 10

Alcool : la métanalyse qui met fin au mythe des bienfaits d'une consommation modérée

alcool

Ces dernières années ont vu leur lot d’études annonçant l’effet cardiovasculaire protecteur de la consommation modérée d’alcool (en... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter