Le vrai du faux - Idées reçues de l'été - « On pèse moins lourd l’été »

Le vrai du faux - Idées reçues de l'été« On pèse moins lourd l’été »

07.08.2014

Cliché, recette de grand-mère ou lieu commun, « le Quotidien », avec l’aide de quelques experts, s’attaque aux idées reçues en matière de santé et de bien-être estival.

  • Balance

L’instabilité pondérale obéit-elle (aussi) à un rythme saisonnier ? Oui, répond la rumeur, qui se vérifie chaque année avec un pic de la courbe de poids à la sortie de l’hiver et son infléchissement sous le soleil de l’été.

Un yoyo de la balance, un stop and go graisseux dont plusieurs facteurs concourent à l’explication : l’hiver, on fait du gras pour assurer la thermorégulation de l’organisme. Le besoin de se réchauffer avec des plats roboratifs s’accompagne d’une envie de se faire plaisir avec des produits sucrés, une récompense par la pâtisserie ingérée comme un antidépresseur. Le bilan calorique qui s’ensuit est d’autant plus net que le mode de vie hivernal est plus sédentaire. Le cocooning au coin du feu est propice au stockage des graisses. Bouger moins pour éliminer moins.

L’été, les deux phénomènes s’inversent : le besoin d’accumuler des graisses et des sucres s’estompe, l’appétit se modérant en mangeant moins, peut-être sous l’action de certaines hormones, comme la décroissance du taux de mélatonine observée l’été, alors qu’il s’élève en hiver. Dans le même temps, les beaux jours stimulent l’envie et le goût de l’exercice physique, propice au déstockage calorique. Sans oublier les mécanismes liés au niveau d’hydratation : moins l’organisme est hydraté, plus le corps retient l’eau. Et la recrudescence des régimes alimentaires en vue de l’exposition du corps sur les plages des vacances conforte cette réalité : on pèse moins lourd l’été.

epidemio1.jpg

L’Institut national de la santé américain a vérifié la réalité de la prise de poids hivernale chez 195 adultes en bonne santé. Par rapport au poids de l’année précédente en septembre, ces sujets ont présenté une prise de poids moyenne d’un demi-kilo environ lorsqu’ils étaient pesés au mois de février. En revanche, entre le poids qu’ils faisaient en février et celui du mois de septembre suivant, la modification était moins significative. Cette surcharge pondérale hivernale est certes moins accusée que celle accréditée par la rumeur, mais elle n’en reflète pas moins la réalité. (Yanovski J.A., et al. 2000. A prospective study of holiday weight gain. N Engl J Med 342 : 861-867).

expert1.jpg

Dr Yves Le Goff, maladies de la nutrition, Saint-Brieuc
Pr Jean-Claude Carel, chef du service d’endocrino-pédiatrie à l’hôpital Robert-Debré

« En dehors des modes comportementaux, une chronobiologie saisonnière semble bien agir sur le poidsEn l’absence d’études disponibles, quelques pistes peuvent être suggérées, comme l’effet de l’éclairement de la rétine et le processus de photostimulation qui modifie des neuromédiateurs comme la sérotonine , une hormone qui agit sur le système digestif et la régulation des fonctions de thermorégulation.

On peut aussi évoquer le rôle de la mélatonine qui interviendrait dans l’appétit et est associée à l’augmentation du risque d’obésité. Enfin, des hormones thyroïdiennes sont davantage secrétées sous l’action du froid, comme l’adrénaline, qui régule le métabolisme des protéines, des lipides et des glucides. »

« Ces pistes endocriniennes restent à explorer », comme le souligne le Pr Jean-Claude Carel.

Christian Delahaye
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 4 Commentaires
 
07.08.2014 à 12h27

« Pourquoi cette question ? On a certainement plus de choses à faire l' été que l'hiver, on mange déjà différemment, et notre alimentation ( fruits, légumes, salades) est différemment absorbé et on a Lire la suite

Répondre
 
07.08.2014 à 10h29

« Mauvaise lecture: le confrère cite les hormones thyroïdiennes d'une part et l'adrénaline d'autre part. »

Répondre
 
07.08.2014 à 09h47

« S'agit-il d'une prise de poids hivernal comme certains articles pseudo-scientifiques semblent le faire croire, ou bien tout simplement d'une reprise de poids en hiver après le regain d'activité d'ét Lire la suite

Répondre
 
07.08.2014 à 08h21

« La rétention d'eau en période de sécheresse j'ignorais totalement et l'adrénaline comme hormone thyroïdienne aussi »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Taux de tiers payant insuffisant : des médecins limousins « épinglés » par leur caisse

tiers

Le tiers payant n'a pas fini de fâcher la profession. Alors que ce dernier est déjà un droit pour les assurés couverts à 100 % par... 4

Résultats des ECNi 2017 : où, quand, comment récupérer le classement

ECNi

Après une ultime réunion du jury qui se tient à Paris, le classement 2017 des épreuves classantes nationales informatisée sera dévoilé... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter