Le paracétamol ne fait pas mieux que le placebo dans les lombalgies

Le paracétamol ne fait pas mieux que le placebo dans les lombalgies

25.07.2014
  • 1406304572538686_IMG_134325_HR.jpg

Des conseils et de la réassurance, le traitement de première ligne des lombalgies communes pourrait relever davantage de l’accompagnement médical que du soin pharmacologique. C’est ce que suggère l’étude australienne PACE (en anglais pour Paracétamol for Low-Back Pain Study) publiée dans le « Lancet » chez 1 652 sujets venus consulter pour lombalgies. Que les sujets aient pris du paracétamol en systématique (dose équivalant à 3 990 mg/jour), à la demande (dose maximum de 4 000 mg/jour) ou un placebo, le temps de récupération totale, l’absence de douleur étant définie par un score de 0 ou 1 sur une échelle visuelle analogique (EVA) allant de 0 à 10, était de 16-17 jours, 17 jours dans chacun des 2 groupes avec paracétamol et 16 jours dans le groupe placebo. Pour l’intensité de la douleur, le handicap, le score fonctionnel, le sommeil et la qualité de vie, le paracétamol n’a pas fait mieux non plus que le placebo. Il était demandé aux 235 centres recruteurs à Sydney (dont 181 médecins généralistes) de donner des conseils à chacun des patients inclus.

Un profil de tolérance inégalé

L’étude PACE dirigée par le Dr Christopher Williams remet en question une recommandation universelle « qui n’a pas fait l’objet de débat ni d’études depuis très longtemps », selon l’éditorial signé par deux médecins généralistes de l’université de Rotterdam. Et si cet antalgique a la faveur de tous, il ne la doit pas à son niveau de preuve d’efficacité, qui est assez faible, mais à son bon profil de tolérance, bien meilleur que les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), qui sont à peine plus efficaces.

Faut-il alors abandonner le paracétamol ? Ce n’est pas la position des auteurs. D’abord, parce que l’on ne dispose pas d’alternative médicamenteuse aussi sûre. Ensuite, parce qu’il faudrait pourvoir disposer de preuves plus robustes avant de changer les recommandations. Les médecins australiens reconnaissent quelques limites à l’étude PACE, la principale étant que la prise totale médiane de seulement 2 660 mg/jour n’était pas optimale. Dans le groupe paracétamol systématique en particulier, la dose a chuté de 3 500 mg/jour la première semaine à 2 800 mg la seconde. Peut-être qu’une pleine dose aurait fait mieux. Ce défaut d’observance amène à penser que le dosage pourrait être plus pratique et que la stratégie intensifiée. Si l’impact de l’accompagnement mérite d’être évalué à part entière, cet aspect de la prise en charge peut d’ores et déjà être relancé et encouragé.

The Lancet, publié en ligne le 24 juillet 2014

Dr Irène Drogou
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 10 Commentaires
 
28.07.2014 à 12h10

« La réforme signée - non mise en action - privilégie la rémunération des pharmaciens dans la tranche de prix des boîtes de paracétamol, si sa prescription s'effondre nous allons perdre beaucoup. Et f Lire la suite

Répondre
 
28.07.2014 à 12h07

« La réforme signée - non mise en action - privilégie la rémunération des pharmaciens dans la tranche de prix des boîtes de paracétamol , si sa prescription s'effondre nous allons perdre beaucoup. Et Lire la suite

Répondre
 
27.07.2014 à 11h16

« J'ai encore tout faux. Je suis parfois/souvent lombalgique et le paracétamol me soulage. J'ai certainement besoin de suivre une TTC. »

Répondre
 
25.07.2014 à 22h05

« Avant de penser aux antalgiques ou de déléguer au kiné du coin, il faudrait peut-être examiner et faire un diagnostic »

Répondre
 
25.07.2014 à 22h04

« Ce qui est vraiment dommage c'est que la simple "Aspirine du Rhône" ait été bannie depuis quelques années sous prétexte de quelques "accidents graves" défrayant les chroniques en "Incontestables Etu Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Plus de 120 médecins libéraux et hospitaliers dans la course aux législatives !

legislatives

Au moins 120 médecins de toutes spécialités se présentent aux élections législatives, qui auront lieu les dimanches 11 et 18 juin. La carte... Commenter

Le nouveau directeur général de l'OMS s'appelle Tedros Adhanom Ghebreyesus

OMS Patron

L'Éthiopien Tedros Adhanom Ghebreyesus, 52 ans, a été élu ce 23 mai nouveau directeur général de l'OMS (Organisation mondiale de la santé).... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter