Une infirmière assassinée, un syndicat dénonce « l’insécurité grandissante »

Une infirmière assassinée, un syndicat dénonce « l’insécurité grandissante »

23.07.2014

La profession est en émoi après le meurtre, dimanche 20 juillet, d’une infirmière libérale de 63 ans. Les faits se sont déroulés à Strasbourg, dans une résidence sociale, alors que la victime rendait visite à l’un de ses patients, un septuagénaire, qui aurait tiré deux coups de feu avec un fusil de chasse. Il aurait agi par dépit amoureux, selon les premiers éléments de l’enquête rapportés par l’AFP.

L’Ordre national des infirmiers et le SNIIL (Syndicat national des infirmières et infirmiers libéraux) ont présenté leurs condoléances à la famille de la victime. Didier Borniche, le président de l’Ordre, évoque un « acte abominable » et demande que « toutes les conséquences soient tirées de cette affaire » après le temps nécessaire du recueillement.

Des situations à risque, de nuit comme de jour

« Cet événement tragique démontre malheureusement une fois encore les situations à risque dans lesquelles les infirmiers et infirmières doivent parfois remplir leurs missions », rappelle l’Ordre.

Le SNIIL dénonce « l’insécurité grandissante » à laquelle est confrontée la profession, et en particulier les libéraux qui exercent « en très grande majorité directement au domicile de leurs patients », « sans protection, de nuit comme de jour, auprès de tous types de patients y compris psychiatriques, et dans tous les quartiers, même les plus difficiles ».

Amer, le syndicat regrette le maigre soutien apporté aux victimes par les autorités de tutelle et les médias, loin de celui exprimé « lorsque la violence touche un fonctionnaire de police, un médecin, un enseignant ou un cheminot ».

S. L.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
24.07.2014 à 08h09

« Va-t-on assigner au tribunal les politiques qui discréditent systématiquement les professions médicales et para-médicales, justifiant ainsi d'une certaine manière les actes criminels de ces "pauvres Lire la suite

Répondre
 
23.07.2014 à 23h17

« Soutien aux médecins ? Ah bon ??? Pas sûr que ce soit mieux pour les policiers ni les enseignants, d'ailleurs. Quant aux cheminots, ils se mettent en grève. »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Tiers payant : l'UFML Syndicat réclame une loi rectificative pour supprimer l'obligation

ufml

L'échéance légale se rapproche à grands pas et elle inquiète toujours la profession. En vertu de la loi de santé, le tiers payant est censé... 7

Temps de travail : les internes divisés sur le règlement des heures sup'

interne

Marisol Touraine avait promis l'an dernier la création d'un temps de travail additionnel (TTA) permettant à tous les internes d'être... 2

Santé des migrants : le CCNE contre toute instrumentalisation de la santé

ccne

Après le Défenseur des droits, l'Académie de médecine, et Santé publique France, le Comité consultatif national d'éthique (CCNE) joint sa... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter