Premier grand oral de Dominique Martin, probable futur directeur de l’agence du médicament

Premier grand oral de Dominique Martin, probable futur directeur de l’agence du médicament

23.07.2014
  • 1406128818538371_IMG_134239_HR.jpg

    Premier grand oral de Dominique Martin, probable futur directeur de l’agence du médicament

La commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale a auditionné ce mercredi matin Dominique Martin, dont la nomination à la direction générale de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) est envisagée par le gouvernement.

Cette audition consultative avait pour but de présenter le candidat à la succession du Pr Dominique Maraninchi aux élus de la République.

Dominique Martin a déposé son CV et sa déclaration publique d’intérêt. La même scène s’est reproduite au Sénat l’après-midi. Le gouvernement doit ensuite rendre sa nomination officielle sous la forme d’un décret en Conseil d’État.

Double casquette

Pendant plus d’une heure, Dominique Martin, 58 ans, a déroulé son parcours professionnel avant d’évoquer le poste à pourvoir et les décisions qui seraient les siennes une fois nommé.

Psychiatre, énarque, actuel directeur des risques professionnels à la CNAM, patron de l’office national d’indemnisation des accidents médicaux (ONIAM) de 2002 à 2011 et ancien conseiller de Bernard Kouchner au ministère de la Santé, Dominique Martin a mis en avant sa « double compétence de médecin et d’administrateur » pour justifier sa candidature, soutenue par Marisol Touraine.

Sous sa houlette, l’ANSM développera sa politique de surveillance, un « enjeu majeur et complexe » à ses yeux. « La pharmacovigilance est un maillon essentiel du dispositif, a-t-il assuré. Elle doit cependant se moderniser, s’organiser, disposer de systèmes d’informations efficaces et peut-être de moyens adaptés, et s’appuyer de plus en plus sur des réseaux de santé efficaces, comme par exemple celui des pharmacies, grâce au développement du dossier pharmaceutique. »

Dominique Martin compte également retrouver la « capacité d’influence » « perdue » de l’ANSM au niveau européen.

En somme, le candidat inscrira son action « dans la continuité » de son prédécesseur et « poursuivra la réforme » engagée par la loi de renforcement de la sécurité du médicament de décembre 2011.

Chausse-trappe

Comme lors d’un entretien d’embauche, la vingtaine de députés présents (sur les quelque 70 membres de la commission) a ensuite interrogé Dominique Martin sur sa légitimité à candidater à ce poste à risques, en profitant au passage pour lui glisser quelques conseils sur la marche à suivre.

Le député socialiste de la Haute-Garonne Gérard Bapt a suggéré que la nouvelle ANSM soit « plus sensible » aux alertes sanitaires déclenchées par les associations d’usagers. Lors des précédents scandales sanitaires relatifs aux pilules de troisième et quatrième générations, l’Association des victimes d’embolie pulmonaire (AVEC) a souffert d’un « retard à l’allumage » de l’ANSM, a illustré le cardiologue.

Arnaud Robinet, député UMP de la Marne, a pour sa part rappelé à Dominique Martin son audition par la commission Mediator du Sénat, en février 2011.

Alors à la tête de l’ONIAM, Dominique Martin avait indiqué n’avoir « aucune compétence » dans le domaine de la pharmacovigilance, faisant ainsi le jeu de ses détracteurs. Trois ans après, pourquoi cela aurait-il changé ?

Le médecin a soigneusement évité ce chausse-trappe en rappelant le contexte de sa « déclaration d’incompétence en pharmacovigilance ». « En tant que directeur de l’ONIAM, j’intervenais dans le strict cadre de mon champ de compétence sur la réparation du dommage corporel », a-t-il insisté. C’est la raison pour laquelle il avait alors répondu, certes « un peu vite », n’avoir aucune compétence en la matière.

A.B.-I.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Après l'échec de Lille pour l'Agence européenne du médicament, Aubry et Bertrand, furieux, taclent Macron

agence européenne du médicament

C'est une défaite qui laisse un goût amer. La maire de Lille Martine Aubry (PS) et le président des Hauts-de-France Xavier Bertrand (LR)... 1

Le tabac, premier facteur de risque de cancer aux États-Unis

tabac

Plus d'un quart des cancers aux États-Unis sont associés à la consommation de tabac, selon les résultats d'une étude américaine qui dresse... Commenter

Amputé, il porte plainte contre un urgentiste et l'hôpital de Grenoble

Thomas Veyret

Un jeune homme de 21 ans, amputé sous le genou après une mauvaise chute en trampoline, va porter plainte pour « blessures involontaires »... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter