Ebola : la FAO met en garde les populations contre la consommation de chauves-souris frugivores

Ebola : la FAO met en garde les populations contre la consommation de chauves-souris frugivores

22.07.2014
  • 1406041293538229_IMG_134209_HR.jpg

    Ebola : la FAO met en garde les populations contre la consommation de chauves-souris frugivores

L’organisation de l’ONU pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) s’inquiète du danger que représente la consommation de chauves-souris frugivores, le réservoir le plus probable du virus Ebola. « Il faut intensifier les efforts pour faire prendre conscience aux communautés rurales d’Afrique de l’Ouest des risques qu’elles courent de contracter le virus Ebola en consommant certaines espèces de faune sauvage », a déclaré la FAO.

Ces animaux - généralement consommés séchés ou dans une soupe épicée - sont un mets très apprécié dans la région.

« Nous ne suggérons aucunement que les populations arrêtent la chasse, mais elles ont besoin de directives claires, comme ne pas toucher les animaux morts ou vendre ou manger la chair d’animaux trouvés morts », explique le vétérinaire en chef de l’agence onusienne, Juan Labroth. La FAO souligne que les animaux malades ou ayant un comportement étrange sont « un signal d’alarme » et invite les populations à ne pas les chasser. La FAO rappelle que « le virus n’est anéanti que lorsque la chair est cuite à haute température ou bien fumée ».

Das un climat de méfiance

Plusieurs gouvernements ont déjà tenté sans succès de proscrire la vente et la consommation de viande de gibier, mais ils se sont heurtés à la suspicion des communautés rurales. « Il règne un climat de méfiance, à tel point que les gens cachent les malades au lieu de chercher une aide médicale. Il est très difficile de lutter contre la maladie avec les mythes et rumeurs qui circulent », relève Katinka de Balogh, spécialiste de santé publique vétérinaire à la FAO et coordonnatrice Ebola.

Afin d’endiguer la propagation d’Ebola en Guinée, au Liberia ou encore au Sierra Leone, la FAO, en collaboration avec les gouvernements de ces pays et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) va « mettre en place des systèmes de surveillance de la faune sauvage pour favoriser la détection précoce du virus ». La collaboration avec les gardes forestiers, les vétérinaires et les universités locales est essentielle. Les communautés rurales ont aussi « un rôle important à jouer en signalant une mortalité inhabituelle de la population animale », insiste Katinka De Balogh. La FAO tente enfin d’identifier des alternatives plus saines et plus durables de production animale à long terme, à même de fournir des compléments de protéines et de revenus pour ces populations.

Dr Lydia Archimède
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« L'humanité ne peut s'arrêter aux frontières de la France ! » : le Pr Pitti explique pourquoi il renonce à ses insignes d'officier de la légion d'honneur

Pr Raphaël Pitti

Le Pr Raphaël Pitti, chef du service de réanimation à la polyclinique de Gentilly (Nancy) et médecin humanitaire, a été promu au rang... 11

L'athérosclérose présente chez la moitié des 40-54 ans sans facteur de risque cardiovasculaire… Faut-il s'en soucier ?

athérosclérose

Une tension basse, une glycémie faible et un taux de cholestérol dans la norme suffisent-ils à garantir des artères saines ? Une étude... Commenter

La consommation d’antibiotiques en France reste à la hausse en ville

ANTIBIOTIQUES

La tendance à la hausse de la consommation d’antibiotiques en ville se poursuit depuis 2010, après une période de baisse (2000-2005) puis... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter