Le service de gynécologie-obstétrique de la clinique de Montbéliard autorisé à rouvrir

Le service de gynécologie-obstétrique de la clinique de Montbéliard autorisé à rouvrir

15.07.2014
  • 1405435881537381_IMG_133968_HR.jpg

    Le service de gynécologie-obstétrique de la clinique de Montbéliard autorisé à rouvrir

L’agence régionale de santé (ARS) de Franche-Comté a annoncé ce mardi avoir autorisé la réouverture du service de gynécologie-obstétrique de la clinique des Portes du Jura de Montbéliard (Doubs). L’autorisation sera effective à partir de lundi prochain, 21 juillet. Cela fait trois mois que l’établissement est fermé en raison de graves dysfonctionnements menaçant, selon le constat de l’ARS, la sécurité des parturientes et des nouveau-nés.

L’ARS a précisé dans un communiqué que la décision d’autoriser à nouveau cette clinique d’exercer l’activité de gynécologie-obstétrique a été prise après que l’établissement eut « procédé à deux recrutements complémentaires, dont un praticien temps plein », assurant ainsi « la sécurité des patientes et des nourrissons ». L’ARS « demeurera très vigilante et surveillera la mise en oeuvre des mesures prises », a-t-elle ajouté.

Décès d’un enfant, suicide d’un praticien

Début avril, l’ARS avait suspendu l’autorisation de la clinique des Portes du Jura de Montbéliard, qui appartient au Groupe Kapa Santé, d’exercer des soins de gynécologie-obstétrique. Elle avait notamment relevé une « insuffisance de l’équipe médicale en gynécologie obstétrique (qui) compromet sérieusement la qualité et la sécurité des soins lors des périodes d’astreinte ».

Cette interdiction avait été prolongée fin juin. Le Groupe Kapa Santé avait alors fait part de son intention d’assigner en justice l’ARS courant juillet.

La clinique des Portes du Jura fait l’objet de quatre informations judiciaires ouvertes entre 2011 et 2013 par le parquet de Montbéliard, dont deux pour « homicide involontaire » et deux pour « blessures involontaires ».

Un enfant est décédé à la naissance et une patiente est morte après un accouchement. Un gynécologue-obstétricien de 60 ans concerné par deux des quatre affaires s’est suicidé en octobre 2013.

S. L. (Avec AFP)
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Procès Cahuzac : les avocats supplient la cour d'appel d'éviter la « taule » à l'ex-ministre

Jérôme Cahuzac et l'un de ses avocats, Eric Dupond-Moretti.

La dernière journée d'audience du procès de Jérôme Cahuzac a été consacrée aux plaidoiries des avocats de la défense. Durant une heure,... 4

Mission sur l'accès aux soins : les déléguées planchent sur les freins au recrutement de médecins

Désert médical

Pour la seconde étape de leur tour de France, deux des trois délégués à l’accès aux soins (nommés par Agnès Buzyn pour porter le plan... Commenter

Cinq cas de rougeole à Lille liés à l'épidémie en Nouvelle Aquitaine

Carnet de vaccination

Cinq cas de rougeole ont été diagnostiqués depuis début janvier dans le milieu universitaire de Lille. Il s'agit de quatre étudiants du... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter