Loi de santé : les médecins libéraux entre malaise et colère

Loi de santé : les médecins libéraux entre malaise et colère

10.07.2014
  • 1405006737536961_IMG_133852_HR.jpg

La phase de concertation (juin/juillet) autour de la loi de santé de Marisol Touraine, pilotée par les directeurs d’administration centrale du ministère de la Santé (DGOS, DSS...), n’a pas convaincu les praticiens libéraux, loin s’en faut, qui oscillent entre abattement et exaspération.

La méthode, d’abord, ne passe pas. « On se fiche de nous, résume au « Quotidien » le Dr Roger Rua, président du Syndicat des médecins libéraux (SML). Ce sont des discussions sans intérêt dignes du café du commerce sur des orientations. On est très très loin du texte de loi ».

Dans la même veine, le Dr Jean-Paul Ortiz, président de la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF), affiche son agacement. « Il n’est pas possible de continuer à discuter sur un "powerpoint" général, on est dans l’impressionnisme ! Je peux comprendre que certains points durs de la loi ne soient pas arbitrés mais il faut une trame de texte ».

Joint également ce jeudi, le Dr Jean-Paul Hamon, président de la Fédération des médecins de France (FMF), dénonce « une bouillie informe... sauf si le plan est de détruire la médecine libérale ». Moins critique, le Dr Claude Leicher, président de MG France, juge la méthode de concertation du ministère « normale car elle s’accompagne d’autres contacts directs informels », même si lui aussi attend les textes.

Épines

Sur le fond ensuite, les syndicats estiment qu’il est difficile de se prononcer sur la plupart des sujets dès lors que les éléments clés ne sont pas explicités noir sur blanc. Mais plusieurs sujets de crispation sont apparus.

L’avenir de la convention médicale nationale est source de vive inquiétude syndicale. La CSMF en particulier récuse tout « démantèlement » de la convention sous couvert de territorialisation. « Les transferts de compétences vers les ARS, c’est non », résume le Dr Ortiz, pas opposé à une déclinaison régionale du cadre conventionnel. « Il ne peut pas y voir de négociation régionale aux mains des ARS », analyse aussi le Dr Leicher.

Autre point très sensible : les conditions des futures « pratiques avancées en soins » pour les professions paramédicales (infirmier clinicien notamment), inscrites dans la loi. Plusieurs syndicats se sont alarmés du risque de dépossession du médecin de ses missions (en cancérologie, dans la prise en charge du diabète...).

« Telles que les choses sont présentées, on prend une partie de l’activité du généraliste pour la transférer, ce n’est pas ça la coopération », relève le Dr Rua (SML). En cancérologie, « le ministère veut squizzer le médecin de premier recours avec l’infirmière », redoute le Dr Hamon. « Le risque, complète le Dr Leicher (MG France), c’est que l’hôpital se projette lui-même dans les différentes spécialités et dépossède les équipes de proximité de leurs missions ». La question des vaccins (rôle des sages femmes et des pharmaciens) déjà abordée plusieurs fois dans ces réunions, reste un sujet explosif. « Qui organise ? Qui surveille ? Quel sera le retour d’information au médecin traitant ? », s’inquiète le Dr Leicher.

Le DPC en faillite ?

Les représentants de la profession ont également souligné l’urgence de traiter le dossier du développement professionnel continu, en situation de quasi-faillite dès la rentrée. Pour l’instant, le ministère de la Santé propose une énième concertation à l’automne pour redéfinir le DPC (contenu, obligations). « Mais la mort du DPC, c’est maintenant », prévient le Dr Rua. « En octobre 2014, le chèque DPC sera un chèque sans provisions », précise le Dr Leicher.

Enfin, les syndicats de spécialistes affirment n’avoir obtenu aucune garantie sur l’avenir du secteur II dans le cadre du nouveau « service public hospitalier rénové » qui s’accompagnera d’un bloc d’obligations à respecter par les établissements dont la prise en charge sans dépassements d’honoraires. « Ce point est extrêmement inquiétant, la FHP a eu raison d’alerter », déclare le Dr Hamon. « Nous n’avons pas de réponse claire. Ils sont en train de définir un service public hospitalier qui risque, de fait, d’exclure les cliniques », analyse Jean-Paul Ortiz (CSMF).

D’autres objections syndicales portent sur la réforme des études médicales. Les syndicats redoutent qu’au-delà des mots le ministère de la Santé ne se donne pas les moyens de développer massivement les stages en cabinet libéral.

Tout n’est pas noir pour autant. Les syndicats s’accordent sur l’utilité du numéro unique de permanence des soins ambulatoires. L’extension du parcours de soins coordonnés aux enfants de moins de 16 ans fait son chemin également, même si les moyens restent à définir.

Le projet de loi santé est loin de faire l’unanimité mais il poursuit son petit bonhomme de chemin. De source syndicale, le texte pourrait être transmis au conseil d’État dès le 21 juillet.

Cyrille Dupuis
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 20 Commentaires
 
Hervé M Médecin ou Interne 10.08.2014 à 10h50

« Que nous réserve l’avenir ?
Jacques Attali dans son livre ’’Par qui seront nous gouvernés demain’’ donne la réponse... par les compagnies d'assurance qui financeront également la justice, la police Lire la suite

Répondre
 
Hervé M Médecin ou Interne 08.08.2014 à 11h30

« Mais les syndicats sont ils vraiment libres de soutenir leur position? Ne seraient ils pas tenus....par les bourses? »

Répondre
 
Hervé M Médecin ou Interne 04.08.2014 à 12h54

« Hum, il ne faudrait pas oublier l’aphorisme foucaldien ’’le pouvoir est partout, il suffit de s'en saisir!’’...
Les élites qui nous gouvernent utilisent cette logique, et pratiquent force suggestion Lire la suite

Répondre
 
13.07.2014 à 22h00

« Allons chers collègues, la déconvention est la seule solution pour ne pas accepter se faire "étatiser" ; libéral pour payer les charges mais aux ordres de la sécu et des ARS pour tout le reste. Que Lire la suite

Répondre
 
12.07.2014 à 09h07

« Marre de me faire prélever par l'URSSAF 185 euros par an pour nourrir ces syndicats. Je les garde, et j'adhère UFML quelle que soit ma spé ou non spé »

Répondre
 
14.07.2014 à 18h02

« "Eh bien en voilà " un partageur"! Je les garde" (l'exemple du narcissique dans toute sa plendeur ! "Cas très intéressant ! »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Agnès Buzyn écarte à nouveau la coercition à l'installation

Buzyn

Agnès Buzyn a écarté ce mercredi la proposition d'un conventionnement sélectif des médecins de secteur II dans les zones surdotées, piste... 1

Une étudiante en PACES de Marseille se suicide, la communauté médicale en émoi

suicide Fac marseille

Une étudiante inscrite en première année commune aux études de santé (PACES) à la faculté de médecine d'Aix-Marseille vient de se donner la... 6

Lévothyrox: le Conseil d'État donne raison au gouvernement dans sa gestion des effets indésirables

Levothyrox

Le Conseil d'État a donné raison ce 13 décembre au gouvernement, face à un patient traité avec le médicament Levothyrox, qui avait saisi en... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter