Les médecins portugais en grève contre l’austérité

Les médecins portugais en grève contre l’austérité

09.07.2014
  • 1404902421536564_IMG_133744_HR.jpg

Les praticiens portugais ont entamé mardi une grève de deux jours pour protester contre les coupes budgétaires qui frappent le service public de santé, menacé selon eux par la politique d’austérité.

Plusieurs centaines de médecins en blouse blanche, mais aussi des patients, ont manifesté devant le ministère de la Santé à Lisbonne pour dénoncer le « démantèlement du système de santé » et les fermetures de services dans les hôpitaux publics. « Il faut défendre cette grande conquête de la Révolution d’avril 1974 qu’est le Service national de santé », a déclaré Maria Merlinde Madureira, présidente de la Fédération nationale des médecins (FMAM), à l’origine du mouvement.

« Le gouvernement est en train d’anéantir notre système de santé, on manque d’effectifs et de matériel », a accusé le Dr Claudio Quintaneiro, 31 ans, médecin hospitalier à Figueira da Foz (Centre). Il « compte émigrer en Australie pour travailler dans de meilleures conditions ».

La FNAM a chiffré mardi soir à « environ 90 % » la participation à cette grève qui est soutenue par l’Ordre des médecins et a été suivie surtout par les praticiens hospitaliers. Le ministère a contesté ces chiffres.

Opérations reportées

Un service minimum était assuré dans les services d’urgence, les unités de soins intensifs et les centres de radiothérapie. La grève a toutefois entraîné le report de milliers de consultations et d’opérations chirurgicales. Bettina Schmidt, 50 ans, chirurgienne d’origine allemande qui travaille dans un hôpital à Cascais près de Lisbonne, a ainsi prévu de ne pas opérer ce mercredi. Pour elle, « le gouvernement veut privatiser le service public et va plus loin que les coupes demandées par la troïka » (UE-FMI-BCE) des créanciers du Portugal. Détérioration des conditions de travail dans les centres de soins et hôpitaux publics, suppressions d’effectifs, allongement du temps de travail, coupes salariales... les motifs de mécontentement des médecins ne manquent pas.

Tous assurent qu’il ne s’agit pas d’une grève corporatiste mais d’une mobilisation en faveur du service public et contre les coupes dans le budget de la santé, qui doivent représenter cette année plus de 300 millions d’euros, après déjà plusieurs années d’austérité.

(Avec AFP)
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
Hervé M Médecin ou Interne 09.07.2014 à 22h30

« Curieusement les compagnies d'assurances complémentaires se portent bien: l'austérité n'est pas pour ceux qui encaissent l'argent... Même si c'est grâce au travail des médecins qui sont pourtant le Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Lévothyrox : l'ANSM s'interroge sur l'apport des réseaux sociaux sur la pharmacovigilance

ansm levothyrox

En plus des spécialités de lévothyroxine déjà présentes, une prochaine pourrait arriver début 2018. « Une évaluation de demande d’AMM pour... 8

Nouvelles consultations, nouveaux contrats conventionnels : la CNAM a fait ses comptes

cnam

La Caisse nationale d'assurance-maladie (CNAM) a dressé ce vendredi un bilan chiffré des nouveaux actes, tarifs et contrats mis en place... 1

Un exosquelette permet à un jeune chirurgien italien paraplégique d'opérer ses patients

Marco Dolfin

Chirurgien orthopédiste en milieu hospitalier à Turin, Marco Dolfin est devenu paraplégique à la suite d'un accident de la route. Après un... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter