17 % de séjours évitables en soins de suite ? La FHP critique une « vision tronquée » de la CNAM

17 % de séjours évitables en soins de suite ? La FHP critique une « vision tronquée » de la CNAM

04.07.2014
  • 1404486091535792_IMG_133508_HR.jpg

    17 % de séjours évitables en soins de suite ? La FHP critique une « vision tronquée » de la CNAM

Le syndicat des soins de suite et de réadaptation de la Fédération de l’hospitalisation privée (FHP-SSR) s’étonne de certaines statistiques de l’Assurance-maladie (CNAM) publiées dans son rapport annuel "Charges et produits".

Selon la CNAM, 17 % des patients pourraient éviter chaque année un séjour en SSR avec un accompagnement au moment du retour à domicile (type Prado), soit 41 500 séjours.

Selon l’Assurance-maladie, les « séjours évitables » sont nombreux pour les méniscectomies, les nettoyages de genou ou la reconstruction des ligaments croisés (43 %), certains actes sur les articulations (hallux valgus, orteils en griffe... 38 %), la chirurgie du poignet et de la main osseuse ou non (de 34 % à 37 %), ou la chirurgie du canal carpien (33 %).

Moyennes pas significatives

La CNAM envisage un dispositif de mise sous accord préalable ciblant les établissements accusant un retard significatif de développement de la chirurgie ambulatoire.

Ce qui fait bondir les représentants de la FHP-SSR.

« 17 % de séjours évitables ? Mais de quels patients parle-t-on ? Sur quelles variables se base cette analyse ? Il faut prendre en compte l’ensemble de la description du terrain clinique du patient et notamment l’intensité des actes de rééducation et les comorbidités associées ainsi que son profil médico-social », affirme Théodore Amarantinis, délégué général de la FHP-SSR.

La FHP-SSR précise que si les durées moyennes de séjour en soins de suites sont hétérogènes, c’est surtout en raison d’un biais dans l’analyse. « On se demande si la CNAM n’a pas une vision tronquée de son analyse. En effet, si on ne prend pas en compte l’ensemble des caractéristiques médicales du patient et de son environnement social, les moyennes ne sont pas significatives, affirme Gabriel Bossy, président de la FHP-SSR. D’un point de vue médical, comme d’un point de vue économique, évincer en partie les SSR de la filière de soins reste extrêmement dangereux : c’est prendre le risque d’augmenter les récidives et les réhospitalisations, et diminuer les chances de récupération du patient. »

Ch. G.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Manque de temps, frustration, relations avec les patients : ces facteurs de stress qui mènent les généralistes au burn-out

La sensation de « travail empêché » chez les médecins joue fortement sur l'épuisement émotionnel et la dépersonnalisation, deux causes de... 5

Rénovation du dépistage néonatal : vers la création d'un centre national de coordination

dépistage néonatal

Le ministère de la Santé lance un appel à candidatures national pour désigner le centre hospitalier universitaire qui accueillera le futur... 1

AP-HP : contre un « plan social imposé », les personnels bravent la pluie et Martin Hirsch

aphp

Une trentaine de personnels de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) se sont rassemblés ce lundi devant le siège parisien du... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter