Une mairie bretonne tourne un clip décalé pour trouver un généraliste

Une mairie bretonne tourne un clip décalé pour trouver un généraliste

28.06.2014
  • limerzel

Ne trouvant pas de nouveau médecin généraliste, Limerzel, petite commune du Morbihan, a troqué l’annonce classique pour un clip diffusé sur les réseaux sociaux.

Fin mars, le Dr Éric Plancke, seul médecin généraliste en exercice sur Limerzel, 1 350 habitants, a décroché sa plaque pour prendre sa retraite. Ses recherches pour trouver un successeur n’ont rien donné.

Aucun candidat à la reprise de patientèle, pas plus de volontaire pour s’installer dans la toute nouvelle maison médicale qui a ouvert ses portes au début de l’année. « Comme nous avions eu la chance de voir un habitant de Limerzel investir à titre privé dans ce bâtiment, nous avons considéré qu’en contrepartie, il revenait à la mairie de se démener pour trouver un successeur », explique Serge Lubert, adjoint au Maire en charge du dossier.

L’idée émerge alors de se démarquer des autres communes qui cherchent elles aussi à attirer un médecin. « Nous avons constaté que souvent, quand les élus étaient invités à s’exprimer sur le sujet dans la presse locale, c’était pour déplorer l’absence de remplaçant, analyse Serge Lubert. Nous avons pensé qu’il fallait au contraire porter un message positif qui mette en avant les atouts de la proposition. »

Trois minutes pour faire le buzz

La piste d’un cabinet de recrutement est rapidement écartée. Les élus de Limerzel retiennent l’idée de tourner un clip vidéo, avec l’aide d’une agence de communication et d’un réalisateur professionnel. Construit sur un ton qui se veut humoristique, ironique même (plusieurs scènes montrent les conséquences d’une commune sans médecin, avec par exemple un enfant qui se casse un bras et qui est pris en charge par un plâtrier, une couturière qui pose trois points de suture à un jeune footballeur blessé... ), le film de trois minutes est censé créer le « buzz » et attirer l’attention d’un médecin.

« Nous avons pensé que l’installation ici pouvait notamment intéresser un médecin déjà expérimenté qui aurait envie de changer de lieu de vie, souligne l’élu. Nous sommes près de la mer (20 minutes), de Vannes (30 minutes) et même de Nantes (45 minutes) et Rennes (1 heure). Il est tout à fait possible de concilier vie professionnelle et vie privée. »

Cette initiative est suivie de près par les médecins voisins. « Depuis le départ de notre confrère de Limerzel, nous devons accepter de nouveaux patients car on comprend le désarroi des habitants, mais nous sommes inquiets pour cet hiver, confie le Dr Nathalie Kerner, qui exerce en cabinet avec son mari et une collaboratrice à Malansac, à une dizaine de kilomètres. On est obligés d’évaluer plus strictement les critères d’urgence, de différer certains actes de renouvellement, de demander à certains patients âgés, habitués à recevoir la visite du médecin, de se déplacer jusqu’au cabinet… » L’inquiétude s’accroît avec le départ dans les tout prochains jours d’un autre médecin du secteur.

De notre correspondant Olivier Quarante
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 7 Commentaires
 
29.06.2014 à 11h03

« Amusant le clip ! Aujourd'hui les jeunes internes, à quelques exceptions près, ne sont pas intéressés par les points, les plâtres, l'urgence, l'isolement, etc... 9/10 veulent être salariés 1/10 souh Lire la suite

Répondre
 
29.06.2014 à 00h16

« Pas terrible l'agence de "com"... En tout cas pas de quoi en faire un Buzz car ça manque d' "Art et de Manière" ! »

Répondre
 
28.06.2014 à 23h41

« Dommage pour cette commune qui n'est pas une exception. Malheureusement il y a encore des élus qui pensent qu'en plantant des maisons médicales on fait pousser des médecins.
Faire revenir les médeci Lire la suite

Répondre
 
28.06.2014 à 20h16

« Super clip. Dommage que cette bourgade soit orpheline de son "docteur". Ces gens-là ont un réel respect pour leur médecin confident des corps et des esprits. bon courage.
Dr. Stronok »

Répondre
 
28.06.2014 à 13h29

« Un médecin qui s'est parfaitement investi dans son cursus universitaire peut très bien faire un plâtre ! Quant aux défibrillateurs
ils sont maintenant entièrement automatisés; le médecin a la capaci Lire la suite

Répondre
 
28.06.2014 à 22h42

« Avant de poser le plâtre faut avoir fait une radio.... Un défibrillateur coûte cher..... La petite commune a déjà préparé le local.... mais cela serait étonnant que pour 13OO âmes Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Climat et santé : le CNOM appelle les médecins à sensibiliser leurs patients

pollution

« Les médecins sont les premiers à prendre en charge les conséquences du changement climatique sur la santé de leurs patients. Ils doivent p... Commenter

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

aphp activite

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... Commenter

Les libéraux de l'UNPS cherchent des alternatives au tiers payant généralisé

tiers payant

Discuter avec le gouvernement d'une alternative au tiers payant généralisé ? L'Union nationale des professionnels de santé (UNPS) n'est pas... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter