Contrat d’accès aux soins, tiers payant, étatisation, DPC : la CSMF voit rouge

Contrat d’accès aux soins, tiers payant, étatisation, DPC : la CSMF voit rouge

23.06.2014
  • 1403540518532322_IMG_132437_HR.jpg

La Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) durcit le ton. Dans une motion adoptée en conseil confédéral, ce week-end, le syndicat réclame à nouveau la solvabilisation intégrale et explicite des compléments d’honoraires des médecins signataires du contrat d’accès aux soins (quelque 11 000 praticiens à ce jour ont paraphé le CAS).

Les signataires du CAS attendent toujours les règles du jeu précises en matière de prise en charge de leurs dépassements. « Les complémentaires tentent de reporter à 2016 l’application de ce futur décret », affirme La CSMF qui fait de ce dossier un casus belli. À ce stade, le projet de décret prévoit que les contrats responsables prendront en charge les dépassements des médecins n’ayant pas adhéré au CAS dans la limite de 100 % du tarif opposable avec une dérogation pour les soins délivrés en 2015 et 2016 (limite portée à 125 %).

De la convention aux ARS

Le syndicat a adopté trois autres motions critiques sur des dossiers en suspens.

la CSMF s’oppose à « l’étatisation » de la médecine libérale que pourrait entraîner, à ses yeux, la future loi de santé dont les grandes orientations viennent d’être dévoilées par Marisol Touraine. Le syndicat redoute les transferts de compétences de la convention médicale nationale vers les agences régionales de santé (ARS) et s’oppose au service territorial de santé « complexe et rigide » qui placerait les médecins libéraux « sous la tutelle des ARS ».

La Confédération réaffirme son hostilité à la généralisation du tiers payant obligatoire et réclame – plutôt que la reconnaissance du médecin traitant de l’enfant – « un plan de santé publique autour de l’enfant » qui revaloriserait « l’ensemble de la prise en charge ».

Enfin, la CSMF demande au gouvernement d’assumer le financement du développement professionnel continu (DPC) des médecins libéraux. Le syndicat refuse « toute limitation de durée, du contenu, ou du nombre d’actions de DPC ». Il s’oppose aussi à la réduction du montant des forfaits DPC. Selon la CSMF, l’organisme gestionnaire s’apprête à rendre fongibles les budgets attribués à chaque profession pour financer les actions. Le premier arrivé serait le premier servi et les professionnels ne pourraient plus réaliser qu’une action par an. Un scénario inadmissible pour le syndicat.

Christophe Gattuso
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 20 Commentaires
 
24.06.2014 à 08h13

« ET si on se déconventionnait … enfin ! »

Répondre
 
24.06.2014 à 18h28

« "Le S3 vous connaissez ?" »

Répondre
 
24.06.2014 à 07h16

« Elle se meurt, elle se meurt la médecine libérale, ouf je déplaque dans 3 mois. Pratiquer la médecine en France est une usine à gaz, je ne comprends même plus les termes des discours syndicaux, vive Lire la suite

Répondre
 
23.06.2014 à 23h48

« Pour vivre heureux vivons couchés. Que dis-je vautrés. »

Répondre
 
Hervé M Médecin ou Interne 23.06.2014 à 22h56

« Hum, en expliquant tout ça a un jeune interne, j'ai eu la surprise d'entendre cette réponse : "un piège a cons vaut mieux que deux tu l'auras !"...Il est vrai qu'en transformant les médecins en "off Lire la suite

Répondre
 
24.06.2014 à 19h13

« Eh bien ce n'est pas mal "directeur de l'offre de soins et pourquoi pas balayeur d'offres de soins tant que l'on y est ! »

Répondre
 
23.06.2014 à 22h10

« Pauvre France »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Une étudiante en PACES de Marseille se suicide, la communauté médicale en émoi

suicide Fac marseille

Une étudiante inscrite en première année commune aux études de santé (PACES) à la faculté de médecine d'Aix-Marseille vient de se donner la... 11

Lévothyrox: le Conseil d'État donne raison au gouvernement dans sa gestion des effets indésirables

Levothyrox

Le Conseil d'État a donné raison ce 13 décembre au gouvernement, face à un patient traité avec le médicament Levothyrox, qui avait saisi en... 3

Réguler l'installation des spécialistes de secteur II en zone surdotée : la mesure choc du CESE

cese

Depuis plusieurs semaines, la question de la liberté d'installation ne quitte pas le débat public. Le Conseil économique, social et... 20

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter