« Il se peut très bien qu’un prochain matin, je ne me lève pas » : le témoignage poignant d’un chirurgien épuisé

« Il se peut très bien qu’un prochain matin, je ne me lève pas » : le témoignage poignant d’un chirurgien épuisé

18.06.2014
  • bloc

Le Dr X, médecin gynécologue et chirurgien de 54 ans, qui consulte en cabinet et opère en clinique en région parisienne, a livré un témoignage édifiant lors d’une conférence organisée en début de semaine à Paris par un cabinet spécialisé dans la régulation de troubles et la prévention de risques psychosociaux en milieu professionnel (1).

Exigences croissantes des patients « consommateurs », charges, honoraires, rivalités, ras-le-bol... : ce médecin « proche de l’épuisement » a expliqué sans fard les ressorts de sa détresse.

Manque de reconnaissance

« J’éprouve une certaine frustration à ne pas faire exactement les choses pour lesquelles j’ai une certaine compétence. Les femmes me demandent comme gynéco, mais le jour où elles doivent se faire opérer, elles vont à l’hôpital d’en face. Je n’ai pas fait 15 ans d’études pour ça. J’aimerais avoir des patientes qui ne passent pas leur temps à annuler leurs rendez-vous, ni à me demander avant tout combien je prends en honoraires. La relation avec les patients devient difficile, le lien s’est beaucoup dégradé en dix ans. Ils nous consomment, ils nous "chosifient". J’éprouve un sentiment de manque de reconnaissance, c’est une souffrance. J’ai 8 000 euros de charges fixes mensuelles, et j’ai parfois des problèmes économiques : en juin, je vais faire 8 000 euros tout juste d’honoraires, c’est-à-dire que je ne vais rien gagner. J’ai un sentiment de précarité.

Compétition

Mes relations avec mes collègues de la clinique sont bizarres. Tout le monde est à l’affût de travail, nous sommes tous dans la rivalité ! Au milieu de ces confrères, je me sens seule, très isolée. Il m’arrive d’aller boire un café avec eux, mais dès qu’il s’agit de boulot, tout change. Quand je me fais aider professionnellement par un collègue, je suis obligée de lui rétrocéder le montant de mon dépassement d’honoraires, sinon il ne m’aide pas. Et si on s’adresse des patients, c’est 20 % de rétrocession. Il faut être clair : le côté tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, ça n’existe pas. Vous ne pouvez guère attendre de soutien de gens qui sont en rivalité avec vous. Vous êtes toujours seul.

Retrouver le plaisir d’exercer

Je pourrais aller travailler à l’hôpital, je l’ai déjà fait. On y exerce en équipe, on est salarié, et sans soucis d’argent. Le problème c’est qu’à l’hôpital, "on ne fout plus rien". On vous dit, "arrête un peu, va moins vite, reste derrière ton ordinateur, on t’appellera dans une heure quand on sera prêts". Je ne le supporte pas, parce que je suis une bosseuse. Mais si je ne trouve pas de meilleure solution, j’y retournerai peut-être.

Si les choses continuent comme ça, je ferai peut-être un burn-out. J’ai un sentiment de ras-le-bol et suis proche de l’épuisement. Il se peut très bien qu’un prochain matin, je ne me lève pas. Je suis inquiète, et je me dis qu’il va falloir trouver une solution assez rapidement. Heureusement, j’ai beaucoup d’amis à qui je parle souvent. Je suis satisfaite de leur écoute, mais ça ne résout pas le problème. La solution, c’est à moi de la trouver. Mon problème, c’est comment faire pour me sentir un peu moins seule, et comment retrouver le plaisir d’exercer comme à mes débuts. »

(1) Cabinet LACT - La Clinique du travail.

H.S.R.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 61 Commentaires
 
04.07.2014 à 10h16

« Service d'entraide du groupe Pasteur Mutualité : 01 40 54 53 77
entraide@gpm.fr
Consultation souffrance du soignant
40 médecins référents. »

Répondre
 
24.06.2014 à 09h22

« Belle description clinique du "burn out" avec les classiques:
personnalité avec grande exigence pour soi ( et aussi grande peur de ne pas être à la hauteur ), surinvestissement dans son travail e Lire la suite

Répondre
 
23.06.2014 à 08h37

« Ce n'est pas la première fois que j'entends dire par un chirurgien libéral qu'il a quitté l'hôpital public par lassititude d'une activité réduite par la volonté de ne pas se bousculer du personnel f Lire la suite

Répondre
 
22.06.2014 à 15h52

« Le secteur 3 c'est la solution. Déconventionnement massif »

Répondre
 
24.06.2014 à 18h33

« Ah mais que voulez vous vous êtes en avance!il y a encore qui ont froid malgré le "lambeau" qui reste comme couverture ! »

Répondre
 
19.06.2014 à 20h44

« Chers confrères,
Rien ne changera si nous ne nous approprions pas les outils de ceux qui veulent nous étrangler .
Nous devons investir sur la maitrise de nos outils ou nous serons à la merci des pol Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Une étudiante en PACES de Marseille se suicide, la communauté médicale en émoi

suicide Fac marseille

Une étudiante inscrite en première année commune aux études de santé (PACES) à la faculté de médecine d'Aix-Marseille vient de se donner la... Commenter

Les libéraux de l'UNPS cherchent des alternatives au tiers payant généralisé

tiers payant

Discuter avec le gouvernement d'une alternative au tiers payant généralisé ? L'Union nationale des professionnels de santé (UNPS) n'est pas... 9

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter