Cannabis thérapeutique : un militant condamné mais dispensé de peine

Cannabis thérapeutique : un militant condamné mais dispensé de peine

17.06.2014

Un homme de 53 ans, qui milite pour la dépénalisation du cannabis thérapeutique dont il est lui-même un utilisateur régulier, a été condamné, lundi 16 juin, à Strasbourg, pour usage de stupéfiants, mais dispensé de peine.

Bertrand Rambaud, qui depuis une quinzaine d’années cultive et consomme du cannabis pour soulager des douleurs « inimaginables » dues aux effets secondaires de son traitement contre le VIH et l’hépatite, a indiqué qu’il ferait appel de cette condamnation symbolique, car « la seule conclusion possible de cette histoire, c’est une relaxe ». « Oui, je commets un délit, mais je ne le commets que pour pouvoir survivre, donc je n’accepte pas cette condamnation », a dit le militant aux journalistes.

Sans le cannabis, le prévenu « ne peut pas prendre les médicaments qui le maintiennent en vie », a souligné devant le tribunal correctionnel son défenseur Me Joseph Breham, qui a plaidé la relaxe au nom de « l’état de nécessité ».

Prescription de cannabis

L’avocat a fait état de plusieurs attestations médicales soulignant que le prévenu n’avait pas d’autre solution que le cannabis pour soulager ses douleurs et supporter son traitement. Son médecin lui a d’ailleurs prescrit du cannabis, qu’il peut se procurer dans des pharmacies aux Pays-Bas.

Me Breham a également produit devant le tribunal une lettre de soutien de l’ancien ministre (PS) de l’Intérieur Daniel Vaillant, qui a rencontré M. Rambaud en mai 2013 lors d’une audition parlementaire consacrée au cannabis thérapeutique, et qui a loué sa « démarche humaniste ».

Bertrand Rambaud avait été interpellé le 1er avril sur la voie publique à Strasbourg, par des policiers qui avaient remarqué son t-shirt décoré d’un logo faisant l’apologie du cannabis. Il a ensuite été placé en garde à vue pendant plus de 24 heures - lors desquelles il a été très malade. En perquisitionnant son appartement, la police a saisi quelque 200 grammes de fleurs de cannabis, 300 grammes de feuilles et 50 grammes de chanvre.

« Je respecte la loi de mon pays, sauf celle qui me met en danger », a déclaré au tribunal M. Rambaud, qui préside l’Union francophone pour les cannabinoïdes en médecine (UFCM-I-Care). Son association a organisé ces dernières années deux colloques à Strasbourg sur les vertus thérapeutiques du cannabis, associant médecins, patients et experts de plusieurs pays.

Le risque d’une « dépénalisation de fait »

Le représentant du parquet, Sébastien Hauger, avait requis trois mois de prison avec sursis, en soulignant que le rôle des tribunaux n’était pas « d’élargir la pharmacopée ». Il avait plaidé contre une dispense de peine, estimant qu’une telle décision enverrait le message d’une « dépénalisation de fait ».

Selon Me Breham, seuls trois tribunaux en France ont accordé la relaxe à des malades jugés pour des faits similaires, mais « il n’y a pas de jurisprudence de la Cour de cassation ». « Nous voulons obtenir une décision de principe disant qu’en France, lorsqu’on est malade, on peut consommer du cannabis », a martelé l’avocat.

Selon lui, les poursuites contre son client sont d’autant plus « hypocrites » qu’en janvier dernier les autorités sanitaires françaises ont donné leur feu vert à une première utilisation médicale du cannabis, en autorisant la mise sur le marché d’un spray à base d’extraits de chanvre, le Sativex, destiné à soulager les malades atteints de sclérose en plaques. Or le Sativex s’adresse à environ 25 000 patients potentiels, alors qu’au total « un million de malades en France ont besoin du cannabis pour se soigner », selon Me Breham.

Mise en garde de l’Académie de médecine

L’Acédémie de médecine a cependant mis en garde contre l’usage du cannabis, estimant qu’« aucun progrès significatif dans le domaine des effets thérapeutiques allégués n’est apparu récemment » (concernant le cannabis), alors que « les connaissances des effets adverses se sont précipitées et multipliées ». Concernant le Sativex, elle appelle à un « suivi rigoureux en matière de pharmacovigilance et d’addictovigilance ».

L’usage médical du cannabis est une réalité dans plusieurs pays européens dont les Pays-Bas, l’Espagne, l’Italie, l’Allemagne ou le Royaume-Uni, ainsi qu’au Canada, en Australie et dans plusieurs États américains.

Avec AFP
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
HPV

Papillomavirus : 50 organisations médicales réclament une vaccination universelle

Un appel pour un dépistage et une vaccination universelle contre le papillomavirus (HPV) vient d'être lancé par 50 organisations médicales, parmis lesquelles les Académies de médecine, de pharmacie, de chirurgie et des sciences... 4

Tiers payant intégral, moratoire sur les fermetures de lits et coercition : les communistes élaborent leur propre loi de santé

communistes

Quatre-vingt-six mesures dont 37 de première urgence. C'est ce que contient la proposition de loi de santé alternative que députés et... 13

Les députés retoquent l'obligation d'un stage dans les déserts médicaux pour les carabins

stage etudiant

Rétropédalage des députés ! L'obligation, introduite en commission, de faire un stage en zone sous-dotée pour les étudiants en médecine,... 7

Hépatite C : après la guérison, le risque de cancer du foie maintenu par une mutation épigénétique

hep c

Pour le première fois, des chercheurs de l'université de Strasbourg, dirigés par Thomas Baumert (Unité Inserm U1110), montrent que des... Commenter

Loi de santé : la CSMF menace d'un « conflit dur » avec les médecins si les députés ne se calment pas

affaires sociales

Réunie en assemblée générale ce week-end, la CSMF a tenu à mettre en garde le gouvernement sur le risque d'un « conflit dur » avec... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter