Accouchement « in the wild » : une émission de télé-réalité choque les médecins

Accouchement « in the wild » : une émission de télé-réalité choque les médecins

14.06.2014
  • bornwild

    Accouchement « in the wild » : une émission de télé-réalité choque les médecins

« Born in the wild. » Cette émission de télé-réalité américaine n’a pas encore été diffusée qu’elle fait déjà beaucoup parler d’elle. Le principe ? Filmer des mères qui font le choix d’accoucher dans la nature, sans assistance, en dehors de toute structure médicale.

Les spectateurs peuvent en avoir un avant-goût en visionnant une vidéo, disponible sur Youtube, et qui montre une femme donnant vie à son bébé dans le lit d’une rivière, en pleine forêt, entourée de sa famille. Ce petit film de 22 minutes, visionné plus de 23 millions de fois, aurait inspiré le network américain Lifetime, qui a dévoilé son émission à la presse le 4 juin dernier. Des images qui brisent l’intimité de la naissance et qui paraissent choquantes aux yeux de nombreux internautes.

Interrogé par la presse américaine, Eli Lehrer, vice-président en charge des programmes documentaires de Lifetime, assure qu’un médecin assistera, en cas de besoin, les volontaires qui participeront à « Born in the wild ». N’empêche, l’émission a suscité l’émoi, y compris en France. Pas seulement en raison de son voyeurisme.

La médicalisation en question

Pour le Pr Philippe Deruelle, gynécologue obstétricien au CHRU de Lille, et secrétaire général du Collège national des gynécologues et obstétriciens français (SYNGOF), elle présente un réel danger. « Ce type de publicité pour la naissance à domicile est dangereuse et déplacée. La naissance à domicile augmente la mortalité et la morbidité fœtale. On a aujourd’hui de nombreuses données scientifiques qui le démontrent », explique-t-il (*).

Sur le fond, « Born in the wild » traduit le désir des femmes de démédicaliser la naissance. Un souhait loin d’être illégitime aux yeux du praticien. « Dans les années 70, on a médicalisé la naissance pour abaisser la mortalité et la morbidité fœtale et néonatale. Revers de la médaille, la volonté de protocoliser systématiquement fait qu’on applique à tout le monde la même prise en charge. Cela peut paraître disproportionné dans certains cas », reconnaît le Pr Deruelle.

Mais les mentalités changent, assure le médecin : « Il y a une vraie prise de conscience des professionnels de la périnatalité. Les équipes cherchent un retour à la physiologie et ont le souci de fournir plus d’explications aux usagers. Il faut être vigilant mais dans le respect de ce que veulent les gens. »

Les maisons de naissance divisent

Officiellement expérimentées en France depuis l’année dernière, les maisons de naissance en sont un autre exemple. La prise en charge y est moins médicalisée que dans une unité d’obstétrique classique. Autonomes, ces établissements sont cependant adossés à une maternité et proches géographiquement. En cas de besoin, une patiente peut être transférée rapidement à l’hôpital.

« C'est cela l'enjeu, insiste le Pr Deruelle. En obstétrique, on a du mal à prédire la survenue d’une complication comme une hémorragie de la délivrance. Même une femme, dont la grossesse se passe très bien, n’est pas à l’abri d’une complication. Il faut être capable de répondre à l’urgence quand c’est nécessaire sans l’anticiper par des gestes inutiles. »

Reste que les maisons de naissance divisent les professionnels eux-mêmes. En décembre dernier, peu après le feu vert des autorités pour l'expérimentation des maisons de naissance, le Dr Jean Marty, président du SYNGOF, faisait part de ses réticences à l'égard de ces établissements.

« L’obstétrique a beaucoup progressé en confort et en sécurité, et avec ces maisons, on fait l’apologie d’un retour en arrière », expliquait-il alors, redoutant l'autonomisation des sages-femmes qui, selon lui, remet en question la sécurité des femmes.

(*) Perinatal and maternal outcomes by planned place of birth for healthy women with low risk pregnancies: the Birthplace in England national prospective cohort studyBMJ 2011;343:d7400 doi: 10.1136/bmj.d7400
Alternative versus conventional institutional settings for birth - The Cochrane Collaboration

S. L.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 6 Commentaires
 
16.06.2014 à 22h37

« La référence bibliographique indique un risque plus élevé en cas d'accouchement à domicile pour un primipare... Pour les multipartes à faible risque, il semble ne pas exister de différence significa Lire la suite

Répondre
 
17.06.2014 à 12h44

« Il "semble" ne pas y avoir de risque dites-vous; on en reparlera quant une parturiente perdra son bébé sur une procidence du cordon (risque imprévisible sur chaque accouchement) ou hémorragie du pos Lire la suite

Répondre
 
14.06.2014 à 23h15

« Me référant à la vidéo postée en lien par le Q.D.M je dirais que personne ne peut égaler une telle "Wonder Woman"en parturiente pseudo-libre !!! Personnellement, par expérience, je n'aurais jamais s Lire la suite

Répondre
 
14.06.2014 à 17h15

« La bêtise humaine ne se soigne qu'avant la naissance
Avec des zozos pareils nous sommes mal partis
L'éducation est le seule remède à la co.....
Il ne marche pas très vite ...
Par contre pour l'agg Lire la suite

Répondre
 
14.06.2014 à 13h24

« De toute façon cela fait "un tabac aux STATES et il est question de le diffuser quand même en FRANCE !
Vous feriez mieux de vous choquer sur l'autre diffusion ultra violente qui vient des states et Lire la suite

Répondre
 
14.06.2014 à 12h56

« Bien sur que c'est dangereux d'accoucher à la maison mais en même temps on continue de supprimer (via les ARS) toutes les "petites maternités" (faisant tout de même 1000/acc/an dans les grandes métr Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Un exosquelette permet à un jeune chirurgien italien paraplégique d'opérer ses patients

Marco Dolfin

Chirurgien orthopédiste en milieu hospitalier à Turin, Marco Dolfin est devenu paraplégique à la suite d'un accident de la route. Après un... 4

Au carrefour de l'hôpital et des soins de villeSous-utilisée mais prometteuse, l'HAD trace sa route

Abonné
had

Lors des universités d'hiver de l'hospitalisation à domicile, organisées par la FNEHAD, la ministre de la Santé a insisté sur la nécessité... Commenter

Tarifs, avantage maternité, installation : À Avignon, les remplaçants de REAGJIR distillent les bons et mauvais points de 2017

Deux jeunes médecins, les Drs Charline Boissy et Pierre de Bremond d’Ars, se sont improvisé journalistes à l'occasion du « Grand petit... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter