Le football américain « tape sur le système » des joueurs

Le football américain « tape sur le système » des joueurs

12.06.2014
  • 1402563512528991_IMG_131503_HR.jpg

    Le football américain « tape sur le système » des joueurs

Le monde du football américain ne sait plus trop à quel saint se vouer. Lundi 2 juin, le « Los Angeles Times » annonçait que Dan Marino, l’un des plus grands joueurs des années 1980-1990, poursuivait en justice la Ligue nationale de football (NFL) pour avoir mis sa santé en danger. Marino devenait ainsi le plus prestigieux des sportifs à engager une procédure contre la NFL au sujet des commotions cérébrales qu’ils ont subies au cours de leur carrière.

Mais le lendemain de cette nouvelle déroutante, le footballeur retirait sa plainte. Effet des chocs à répétition sur sa capacité de discernement ? Non, répond l’intéressé, qui plaide l’erreur. Des commentateurs remarquent toutefois que le retrait de la plainte de l’ancienne star augmente ses chances d’obtenir prochainement un poste au sein de son ancienne équipe, les Miami Dolphins.

Le problème des commotions cérébrales chez les footballeurs américains est loin d’être nouveau. Au cours d’une action de groupe, plus de 4 000 sportifs ont poursuivi l’année dernière la NFL, qui a promis de leur verser un total de 765 millions de dollars (564 millions d’euros). En janvier, cet accord a été invalidé par un juge fédéral, qui trouvait le montant de la transaction insuffisant en regard des dommages subis.

Un problème qui dépasse le football américain

Le sujet est même en train de devenir politique aux États-Unis. Barack Obama en a fait le thème d’une journée entière de discussions tenues fin mai à la Maison Blanche. « Nous devons changer une culture qui dit qu’il faut tout encaisser », a déclaré le président à cette occasion.

Au-delà des frontières des États-Unis, les commotions cérébrales chez les sportifs sont aussi un sujet de préoccupation. Les rugbymen, les boxeurs, et même les footballeurs y sont exposés. En France, le Dr Jean-François Chermann a ouvert en 2011 une consultation dédiée à ce sujet à l’hôpital Léopold-Bellan, à Paris. « Actuellement, il y a suffisamment d’arguments pour montrer que la répétition des commotions cérébrales peut avoir des conséquences délétères sur le cerveau à long terme », indique ce neurologue auteur d’un livre qui tire la sonnette d’alarme (KO, le dossier qui dérange, éditions Stock, 2010).

D’après lui, il s’agit d’un véritable problème de santé publique. Les sportifs professionnels, soucieux de leurs carrières, sont souvent désireux de revenir sur le terrain immédiatement après un choc, alors que le repos est obligatoire, même en cas de commotion légère. Ils tentent parfois de dissimuler les symptômes et donnent ainsi le mauvais exemple à des milliers d’amateurs qui, les voyant agir ainsi, sont tentés de les imiter.

Adrien Renaud
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Agnès Buzyn écarte à nouveau la coercition à l'installation

Buzyn

Agnès Buzyn a écarté ce mercredi la proposition d'un conventionnement sélectif des médecins de secteur II dans les zones surdotées, piste... Commenter

Une étudiante en PACES de Marseille se suicide, la communauté médicale en émoi

suicide Fac marseille

Une étudiante inscrite en première année commune aux études de santé (PACES) à la faculté de médecine d'Aix-Marseille vient de se donner la... 4

Lévothyrox: le Conseil d'État donne raison au gouvernement dans sa gestion des effets indésirables

Levothyrox

Le Conseil d'État a donné raison ce 13 décembre au gouvernement, face à un patient traité avec le médicament Levothyrox, qui avait saisi en... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter