La metformine rallonge la vie... d’un ver minuscule

La metformine rallonge la vie... d’un ver minuscule

04.06.2014
  • 1401896285527583_IMG_131049_HR.jpg

La metformine est très largement prescrite dans l’indication du diabète de type II, mais elle pourrait, selon une équipe de scientifiques belges, avoir une propriété inattendue : celle de rallonger l’espérance de vie. Dans un article publié dans les « Proceeding of the National Academy of Sciences » (PNAS), Wouter de Hæs de l’université catholique de Louvain, et ses collègues ont observé un tel phénomène chez un ver d’environ un millimètre de long : le Caenorhabditis elegans.

Pour comprendre ce qui se passait, ils ont analysé le protéome des mitochondries de ces animaux et ont observé une hausse de la production de dérivés réactifs de l’oxygène (dérivés instables de l’oxygène), ce qui démarrerait une réaction en chaîne conduisant à une augmentation de l’espérance de vie.

Le paradoxe de l’hormèse

Ce résultat peut sembler étonnant, car les dérivés réactifs de l’oxygène sont justement connus pour provoquer des dommages cellulaires via le stress oxydatif. Mais selon les auteurs, ce paradoxe apparent s’explique par le phénomène de l’hormèse, qui veut qu’une faible dose de toxique déclenche certains mécanismes d’autoréparation dans la cellule ou l’organisme, et que ces mécanismes une fois activés soient suffisants pour, non seulement neutraliser l’effet initial du toxique, mais également réparer d’autres défauts que le toxique n’avait pas provoqués.

Dans ce cas précis, la production de dérivés réactifs de l’oxygène accroît l’activation de l’enzyme peroxyredoxine PRDX-2 impliquée dans la réparation des cellules et la résistance au stress oxydatif, via la cascade d’activation des MAP kinase. Cette activation irait bien au-delà ce qui serait nécessaire pour réparer les dommages causés par l’augmentation initiale de dérivés réactifs de l’oxygène.

Une mécanique qui se répète d’une espèce à l’autre

Nous sommes évidemment très loin d’une preuve qu’un effet similaire existe chez l’homme ou même chez les vertébrés. Les chercheurs précisent néanmoins que la voie de signalisation du PRDX-2 n’a que très peu changé au cours de l’évolution, ce qui pourrait impliquer que l’effet de la metformine s’appliquerait à d’autres espèces.

Wouter de Hæs et al, Metformin promotes lifespan through mitohormesis via the peroxiredoxin PRDX-2, PNAS, publication en ligne du 2 juin 2014

Damien Coulomb
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
04.06.2014 à 19h45

« Le nouveau viagra sera donc remboursé, celui qui rallongera la vie du (minuscule) vers que les hommes ont entre les jambes ?
Plus sérieusement, rallonger la vie n'est pas dans les cartons des économ Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Manque de temps, frustration, relations avec les patients : ces facteurs de stress qui mènent les généralistes au burn-out

La sensation de « travail empêché » chez les médecins joue fortement sur l'épuisement émotionnel et la dépersonnalisation, deux causes de... 9

Rénovation du dépistage néonatal : vers la création d'un centre national de coordination

dépistage néonatal

Le ministère de la Santé lance un appel à candidatures national pour désigner le centre hospitalier universitaire qui accueillera le futur... 1

AP-HP : contre un « plan social imposé », les personnels bravent la pluie et Martin Hirsch

aphp

Une trentaine de personnels de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) se sont rassemblés ce lundi devant le siège parisien du... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter