ASCO 2014 : une association prometteuse dans les récidives de cancer ovarien

ASCO 2014 : une association prometteuse dans les récidives de cancer ovarien

03.06.2014
  • 1401804442527094_IMG_130933_HR.jpg

    ASCO 2014 : une association prometteuse dans les récidives de cancer ovarien

L’association d’un antiangiogénique, le cediranib, et d’un inhibiteur PARP, l’olaparib, diminue de 58 % la progression du cancer ovarien comparativement à l’olaparib seul. Les résultats de cet essai de phase II, sponoré par le National Institutes of HealthNHIH) et le National Cancer Institute (NCI), viennent d’être présentés au congrès annuel de l’ASCO qui se tient actuellement à Chicago.

L’étude concerne 90 patientes atteintes de récidive d’un cancer ovarien sensible au platine, de haut grade ou BRCA positif, assignés après randomisation soit à l’olaparib seul (400 mg deux fois par jour) soit à l’olaparib (200 mg deux fois par jour) associé au cediranib (30 mg/j). Les groupes ont été stratifiés selon la présence d’une mutation BRCA et selon l’existence d’un traitement anti-angiogénique antérieur. Les patientes, âgés de 58 ans en moyenne, ont été recrutées entre octobre 2011 et juin 2013.

En mars 2014, la survie sans progression a été de 16,6 mois dans le groupe recevant l’association des deux traitements contre 9 mois dans le groupe assigné à l’olaparib seul (HR 0,42 : 95 % ; CI [0,23-0,76], p = 0,005). Le taux de réponse objectif a été de 80 % pour les patientes assignées à la combinaison thérapeutique contre 48 % pour le groupe assigné à l’olaparib seul (p = 0,002). Les effets secondaires, fatigue, diarrhées, hypertension, ont été plus fréquents dans le groupe de patientes recevant l’association.

Par voie orale

« Ilfaut notre que l’association thérapeutique peut être administrée par voie orale ce qui est un avantage supplémentaire par rapport aux chimiothérapies IV, a déclaré Percy Ivy, représentant le NCI. Cela signifie que les patientes pourront accéder plus facilement au traitement pour peu que les équipes soient en mesure de prendre en charge les effets secondaires. »

Sur la base de ces résultats encourageants, d’autres études de phase III vont débuter chez des patientes présentant un cancer résistant au platine.

Chaque année, 22 000 cancers de l’ovaire sont diagnostiqués aux États-Unis, 4 600 en France, et 75 % de ces cancers sont d’emblée classés de haut grade.

Dr A. T.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Tiers payant : l'UFML Syndicat réclame une loi rectificative pour supprimer l'obligation

ufml

L'échéance légale se rapproche à grands pas et elle inquiète toujours la profession. En vertu de la loi de santé, le tiers payant est censé... 7

Temps de travail : les internes divisés sur le règlement des heures sup'

interne

Marisol Touraine avait promis l'an dernier la création d'un temps de travail additionnel (TTA) permettant à tous les internes d'être... 2

Santé des migrants : le CCNE contre toute instrumentalisation de la santé

ccne

Après le Défenseur des droits, l'Académie de médecine, et Santé publique France, le Comité consultatif national d'éthique (CCNE) joint sa... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter