Une activité physique à domicile et en salle préserve l’autonomie des seniors

Une activité physique à domicile et en salle préserve l’autonomie des seniors

28.05.2014
  • 1401266442525533_IMG_130525_HR.jpg

    Une activité physique à domicile et en salle préserve l’autonomie des seniors

Il n’est jamais trop tard pour agir. L’activité physique retarde la perte d’autonomie chez les sujets âgés, y compris les plus vulnérables. La conclusion de l’étude randomisée LIFE (Lifestyle Interventions and Independance for Elders) menée chez 1635 sujets sédentaires âgés de 70 à 89 ans semble enfoncer des portes ouvertes, mais de tels résultats ne sont pas obtenus sans effort.

Le programme testé était structuré et exigeant, puisqu’il comprenait 150 minutes de marche/semaine et des exercices de gymnastique (renforcement musculaire, souplesse, maintien postural), à la fois à domicile (3 à 4 fois/semaine) et en salle (2 fois/semaine).

Le seuil des 400 mètres

Les participants étaient tous sédentaires et à risque élevé de glisser vers la dépendance (score Short Physical Performance Battery) mais encore capables de marcher 400 mètres d’affilée.

« Même si 400 mètres peut sonner comme un chiffre arbitraire, c’est une limite importante pour les sujets les plus âgés, expliquent l’équipe dirigée par Marco Pahor, université de Floride. Quatre cents mètres, c’est un tour de stade, ou la distance du parking au supermarché ou encore 2 ou 3 pâtés de maison alentours. C’est une distance importante pour maintenir une vie indépendante».

Un effet réel mais exigeant

Au bout de 2,6 ans de mise en œuvre, un programme très structuré d’activité physique s’est soldé par l’apparition d’un handicap moteur chez 246 participants (30,1 %) par rapport à 290 (35,5 %) dans le groupe éducation à la santé (ne comportant pas de volet sur le sport). Un handicap chronique (c’est-à-dire présent lors de 2 examens médicaux ou suivi du décès) a été constaté chez 14,7 % du groupe activité physique par rapport à 19,8 % du groupe éducation thérapeutique seule.

Pour les auteurs, ces résultats suggèrent « qu’une activité physique structurée est un moyen efficace et réaliste pour limiter le handicap chez les sujets âgés fragiles et malgré le déclin fonctionnel lié à l’âge». Il reste à obtenir et à garder l’adhésion et la motivation des sujets sur le long cours. De plus, des points restent à préciser, car il y a eu davantage d’hospitalisations dans le groupe sportif. Si ce phénomène peut s’expliquer par un meilleur repérage, il faudrait s’assurer que ce ne soit pas en rapport avec une augmentation des accidents cardiaques ou d’autres pathologies.

JAMA, publié en ligne le 27 mai 2014

Dr I.D.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Climat et santé : le CNOM appelle les médecins à sensibiliser leurs patients

pollution

« Les médecins sont les premiers à prendre en charge les conséquences du changement climatique sur la santé de leurs patients. Ils doivent p... 4

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

aphp activite

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... 5

Les libéraux de l'UNPS cherchent des alternatives au tiers payant généralisé

tiers payant

Discuter avec le gouvernement d'une alternative au tiers payant généralisé ? L'Union nationale des professionnels de santé (UNPS) n'est pas... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter