Tarifs journaliers des hôpitaux : des écarts considérables « inadmissibles », dénonce une enquête

Tarifs journaliers des hôpitaux : des écarts considérables « inadmissibles », dénonce une enquête

22.05.2014
  • 1400767928524370_IMG_130197_HR.jpg

    Tarifs journaliers des hôpitaux : des écarts considérables « inadmissibles », dénonce une enquête

Dans les hôpitaux publics, le tarif journalier de prestation (TJP) est défini de manière « totalement opaque », a dénoncé et illustré ce jeudi l’Observatoire citoyen des restes à charge, qui a constaté des « écarts inadmissibles » de prix entre établissements. Constitué par le CISS (collectif interassociatif sur la santé), « 60 millions de consommateurs » et la société Santéclair, cet observatoire a analysé à la loupe les tarifs hospitaliers et restes à charge dont doivent s’acquitter les assurés sociaux à l’issue d’une hospitalisation.

Variable d’ajustement

L’analyse du TJP, qui sert de base au calcul du ticket modérateur de 20 %, révèle des disparités de un à six entre les hôpitaux publics pour la même prestation, des situations « incompréhensibles » qui rendent imprévisibles les restes à charge des patients, selon l’étude.

Pour les hospitalisations ne relevant pas de la chirurgie, l’enquête révèle que les tarifs pour une même prestation oscillent entre 358 euros par jour au centre hospitalier de Nogent-le-Rotrou et 2 230 euros au CH de Lunéville. Dans les CHU, les écarts tarifaires sont un peu moins significatifs, allant de 862 euros à l’AP-HP à 1 476 euros à Rouen. En chirurgie, l’hôpital qui facture le TJP le plus élevé est le CH d’Autun (2 766 euros), et le moins cher celui de Vesoul (772 euros)...

26 euros par séjour

L’Observatoire, pour qui ces tarifs « s’apparentent à une variable d’ajustement du budget de l’hôpital », en appelle à la forfaitisation du ticket modérateur sur les soins réalisés dans le cadre de séjours hospitaliers.

« Ces coûts sont la plupart du temps très bien pris en charge par l’assurance-maladie et les complémentaires », concède Marc Morel, directeur du CISS.

Le reste à charge pour le patient est en moyenne de 26 euros par séjour. « Mais pour ceux qui n’ont pas de complémentaires, il s’élève à 500 euros par séjour en moyenne », regrette-t-il. Et pour certaines hospitalisations prolongées, la note peut s’envoler jusqu’à 5 000 euros. Environ 4 millions d’assurés sociaux ne disposent pas de complémentaire.

Un scandale, selon la FHP

La branche MCO de la FHP (Fédération de l’hospitalisation privée) a aussitôt salué une enquête « mettant au jour le véritable scandale financier que constitue le tarif journalier des prestations (TJP), facturé par les hôpitaux publics ».

‘Selon ce syndicat de cliniques, les écarts de tarifs génèrent un « surcoût annuel non justifié d’un milliard d’euros pour la collectivité au détriment des patients et des complémentaires ».

« C’est un scandale aux multiples effets pervers et que nous dénonçons depuis des années », déclare Lamine Gharbi, président de la FHP-MCO.

H.S.R.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
HPV

Papillomavirus : 50 organisations médicales réclament une vaccination universelle

Un appel pour un dépistage et une vaccination universelle contre le papillomavirus (HPV) vient d'être lancé par 50 organisations médicales, parmis lesquelles les Académies de médecine, de pharmacie, de chirurgie et des sciences... 4

Tiers payant intégral, moratoire sur les fermetures de lits et coercition : les communistes élaborent leur propre loi de santé

communistes

Quatre-vingt-six mesures dont 37 de première urgence. C'est ce que contient la proposition de loi de santé alternative que députés et... 13

Les députés retoquent l'obligation d'un stage dans les déserts médicaux pour les carabins

stage etudiant

Rétropédalage des députés ! L'obligation, introduite en commission, de faire un stage en zone sous-dotée pour les étudiants en médecine,... 7

Hépatite C : après la guérison, le risque de cancer du foie maintenu par une mutation épigénétique

hep c

Pour le première fois, des chercheurs de l'université de Strasbourg, dirigés par Thomas Baumert (Unité Inserm U1110), montrent que des... Commenter

Loi de santé : la CSMF menace d'un « conflit dur » avec les médecins si les députés ne se calment pas

affaires sociales

Réunie en assemblée générale ce week-end, la CSMF a tenu à mettre en garde le gouvernement sur le risque d'un « conflit dur » avec... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter