Le Royaume-Uni va lancer une étude pour évaluer les effets du téléphone portable chez l’enfant

Le Royaume-Uni va lancer une étude pour évaluer les effets du téléphone portable chez l’enfant

22.05.2014
  • 1400762843524343_IMG_130181_HR.jpg

Le Royaume-Uni va lancer une grande étude de cohorte qui vise à suivre pendant 3 ans, 2 500 à 3 000 élèves âgés de 7 ans à la rentrée de septembre 2014 afin d’évaluer si le téléphone portable ou autre technologie sans fil a un effet sur le développement neurocognitif et le comportement des enfants.

L’étude SCAMP (Study of cognition, adolescents and mobile phones) est selon les auteurs, « la plus importante menée à ce jour ». Conduite par des chercheurs du Collège impérial de Londres (Imperial College London), de l’université Birbeck et l’Institut tropical et de santé publique suisse et soutenue par le ministère de la Santé britannique, elle va solliciter toutes les écoles de la banlieue londonienne.

À la recherche d’une preuve scientifique

Les chercheurs expliquent que, jusqu’à présent, peu de données existent sur une vulnérabilité particulière des enfants comparés aux adultes exposés aux ondes électromagnétiques. Des recommandations notamment anglaises préconisent une utilisation limitée des téléphones portables chez les moins de 16 ans, un conseil qui « ne repose que sur un principe de précaution... en l’absence de preuve scientifique », soulignent les auteurs.

Or font-ils observer, 70 % des enfants de 11-12 ans possèdent un téléphone portable et 80 % des élèves du secondaire utilisent du WIFI.

Les participants seront soumis à tests d’évaluation de l’attention, de la mémoire et devront compléter un questionnaire à l’âge de 7 ans et 9 ans en présence de leur professeur et chercheurs qui vérifiera les conditions de passation. Les données collectées permettront d’estimer aussi leur compréhension du langage mais aussi la présence de certains symptômes comme une anxiété ou une hyperactivité. Une association éventuelle sera recherchée en fonction de la fréquence et le mode d’utilisation du téléphone et autres appareils électroniques sans fils et du style de vie.

Dr Lydia Archimède
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
23.05.2014 à 10h59

« Je ne vois pas comment cette étude pourra apporter une preuve indiscutable en l'absence de groupe contrôle, et pour cause, il devient impossible d'avoir des groupes non exposés. C'est d'ailleurs le Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Une étudiante en PACES de Marseille se suicide, la communauté médicale en émoi

suicide Fac marseille

Une étudiante inscrite en première année commune aux études de santé (PACES) à la faculté de médecine d'Aix-Marseille vient de se donner la... 9

Lévothyrox: le Conseil d'État donne raison au gouvernement dans sa gestion des effets indésirables

Levothyrox

Le Conseil d'État a donné raison ce 13 décembre au gouvernement, face à un patient traité avec le médicament Levothyrox, qui avait saisi en... 3

Réguler l'installation des spécialistes de secteur II en zone surdotée : la mesure choc du CESE

cese

Depuis plusieurs semaines, la question de la liberté d'installation ne quitte pas le débat public. Le Conseil économique, social et... 20

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter