Un stagiaire à l’origine de l’empoisonnement de trois chercheurs à l’Institut Gustave-Roussy

Un stagiaire à l’origine de l’empoisonnement de trois chercheurs à l’Institut Gustave-Roussy

28.04.2014
  • 1398691305518622_IMG_128617_HR.jpg

    Un stagiaire à l’origine de l’empoisonnement de trois chercheurs à l’Institut Gustave-Roussy

Un homme de 24 ans, soupçonné de tentative d’empoisonnement après l’intoxication fin mars de trois chercheurs de l’institut Gustave-Roussy de Villejuif (Val-de-Marne), a été arrêté mercredi à Versailles et mis en examen vendredi. Ancien stagiaire de l’hôpital, il « a reconnu en partie les faits », a précisé une source judiciaire, confirmant une information du parisien.fr. L’homme a été laissé libre et placé sous contrôle judiciaire.

Trois chercheurs de l’unité de recherche avaient été pris le 31 mars de vomissements et de maux de tête après avoir bu un café préparé dans une bouilloire de leur salle de pause. Après des examens à l’hôpital, les employés étaient sortis dans la journée.

Des traces d’azoture de sodium dans la bouilloire

Le même jour, les membres de l’unité découvraient que la porte du réfrigérateur de leur salle de repos avait été forcée et que plusieurs tubes de culture des laboratoires avaient été déplacés derrière des meubles du pavillon. La direction avait déposé plainte après la découverte dans la bouilloire utilisée par les chercheurs d’une substance toxique, l’azoture de sodium, un produit utilisé dans les laboratoires pour conserver des échantillons biologiques. Des examens avaient prouvé que l’eau du robinet était propre à la consommation.

Le suspect a été mis en examen pour « empoisonnement avec préméditation », « tentative de destruction par substance explosive », pour avoir placé « des bouteilles de gaz dans un congélateur », et « destruction de bien d’utilité publique », a souligné la source judiciaire. Selon une source policière, le jeune homme a déclaré après son arrestation avoir agi « pour se venger de Gustave-Roussy », qui auraient « publié ses travaux sans le lui demander ».

S. L. (avec AFP)
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 4 Commentaires
 
29.04.2014 à 00h06

« Laissé en liberté, alors ce n'est pas bien sérieux n'est ce pas ? »

Répondre
 
28.04.2014 à 21h40

« Les articles sont sous le nom de son auteur principal avec des noms ajoutés par le PU-PH Prof des Universités qui valorise ainsi le travail de personnes pour lesquelles il souhaite un avenir dans so Lire la suite

Répondre
 
28.04.2014 à 20h24

« Pas rassurant »

Répondre
 
28.04.2014 à 19h47

« " Et d'autres qui publient des thèses qui ne sont pas les leurs", étrange ressemblance sous différents états ! »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Les gynécologues s'inquiètent de la désaffection « historique » pour le dépistage du cancer du sein

dépistage

Si le dépistage organisé est perfectible, il reste bien sûr indispensable. Face à la désinformation, les gynécologues jouent la carte de la... 4

Hépatite A et B : AIDES lance un appel à la vaccination à l'approche de l'été

hépatite

AIDES, l'association française de lutte contre le VIH et les hépatites virales, a récemment invité les personnes les plus concernées à se... Commenter

Stages en cabinet, exonération de charges, bus médicalisés... : le SML délivre son ordonnance contre les déserts

Après la prise de position d'Agnès Buzyn contre la coercition à l'installation, le SML se réjouit du pragmatisme ministériel. Le syndicat... 5

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter