Le paradoxe de la sous-médicalisation et des inégalités de santé en France

Le paradoxe de la sous-médicalisation et des inégalités de santé en France

28.04.2014
  • 1398701580518731_IMG_128633_HR.jpg

C’est un paradoxe : le système de santé français considéré comme l’un des plus performants par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) est aussi un des pays de l’Europe de l’Ouest où les inégalités sociales et territoriales sont les plus marquées. La sous-médicalisaton, était un des thèmes abordés lors d’un colloque organisé à la Faculté de Bobigny.

Depuis la fin de la dernière guerre mondiale, l’espérance de vie a progressé de façon constante. D’après les données de l’INSEE, à 35 ans une femme peut espérer vivre encore en moyenne 49 ans et un homme 43 ans, dans les conditions de mortalité observées en 2000-2008 en France.

En un quart de siècle, les femmes de 35 ans ont gagné 4,4 ans d’espérance de vie et les hommes près de 5 ans.

Différente selon le sexe, l’espérance de vie l’est aussi selon la catégorie sociale. Ainsi les hommes cadres de 35 ans peuvent espérer vivre encore 46 ans, les hommes ouvriers 39 ans et les inactifs 28,5 ans.

Par ailleurs, les cadres, hommes ou femmes ont également une espérance de vie sans incapacité plus longue que les ouvriers, d’après une étude basée sur l’Échantillon démographique permanent de l’enquête sur la santé et les soins médicaux de 2003.

Des inégalités de recours aux soins

Les difficultés d’accès aux soins, le renoncement de recours aux soins pour des raisons financières ou l’usage partiel des droits et des services par manque d’information (non recours à l’ACS = Aide à l’aquisition d’une complémentaire santé) expliquent en partie la « sous médicalisation » constatée en France, souligne Florence Amrouche, mandataire judiciaire à la Protection des Majeurs (protection des personnes vulnérables).

En France, les dépenses de santé sont financées à hauteur d’environ 75 % par la sécurité sociale. Le reste à charge des patients peut être financé grâce à une assurance complémentaire obtenue par le biais de l’employeur, ou grâce à une cotisation volontaire (mais 14 à 20 % des personnes aux revenus les plus modestes ne sont pas couverts par une complémentaire santé en raison de son coût). La CMUC peut être, elle, obtenue gratuitement sous condition de ressources.

Cependant, la mise en œuvre d’une politique d’accès aux soins des plus défavorisés ne garantit pas toujours leur accès réel aux soins (refus de soins aux bénéficiaires de la CMUC ). (1)

De plus, en France 25 % des médecins généralistes, 40 % des médecins spécialistes sont inscrits en secteur 2 et peuvent pratiquer des dépassements d’honoraires. Une partie des contrats de couverture complémentaire ne prenant en charge que le ticket modérateur, ces dépassements sont à l’origine de restes à charge pour les patients y compris pour ceux atteints de maladie chronique dont les soins afférents sont couverts par une exonération du ticket modérateur pour affection de Longue durée (ALD).

« Sur- et sous-médicalisation, surdiagnostics et surtraitements », 3e Colloque de Bobigny organisé par le groupe Princeps, le Département de Médecine Générale de la Faculté de Médecine de Bobigny, la société de formation à la thérapeutique du Généraliste, l’association Civic Santé.

Dr Michellne Fourcade
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 10 Commentaires
 
04.05.2014 à 22h03

« 1- Je ne propose pas de solution mais constate qu'effectivement être médecin dans une "zone blanche" est chronophage et on reste au service de ses patients en continu, à l' "ancienne".
Mais les pat Lire la suite

Répondre
 
03.05.2014 à 04h25

« De toute façon la sous-médicalisation va augmenter car hôpitaux locaux fermés = MG fait tout en 18h/j (accouchement , med pompier avec soins chir aux trauma, radioligue, HAD mais pathos lourdes) Lire la suite

Répondre
 
29.04.2014 à 09h31

« Les médecins sont comme tant d'autres professions mal payés. Le revenu moyen d'un médecin généraliste est de 5000 euros, autant dire qu'une mobilisation sur le sujet de l'opinion publique me semble Lire la suite

Répondre
 
29.04.2014 à 08h13

« Mes deux filles vivent actuellement à l'étranger (Hong Kong et Toronto...) et n'ont rien à debourser lorsqu'elles consultent un medecin là bas, avec par contre, à Toronto, des locaux pas très modern Lire la suite

Répondre
 
30.04.2014 à 23h18

« Réponse au "médecin du 29/04/2014 à 08H13
HONGKONG. Ville : Médecins réservé à l'élite (armée,état) hôpitaux et soins étrangers très rapides avec assurances et cartes européenne française et souvent Lire la suite

Répondre
 
28.04.2014 à 22h55

« Certes
Pour autant les avocats, notaires, experts-comptables et libéraux de tout champ d'activité ne sont pas non plus gratuits et encore moins installés dans les campagnes ni les quartiers défavori Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 6

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 3

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter